L'excentrique Californien, trublion pop inclassable, défend à La Villette son album "Pom Pom".

Ce fou-furieux, prodige de la nouvelle vague pop psyché et délurée, emprunte aussi bien au rock noise qu'au freak-folk.

De son vrai nom Ariel Marcus Rosenberg, Ariel Pink, originaire de la banlieue chic de Los Angeles, se passionne à l'adolescence pour le death metal. Après une enfance difficile (parents divorcés, soeur lourdement handicapé), il part étudier à l'université des Arts de Californie et se met à la pratique de la guitare, de la basse et des percussions, entre autres instrusments. C'est au début de son apprentissage, en 1996, qu'il décide de prendre pour nom de scène Ariel Pink.

Quatre ans plus tard sort son premier opus, "The Doldrums" et le musicien signe sur Paw Tracks, le label d'une autre formation inclassable, Animal Collective. Il publiera ses futurs albums chez 4AD.

Regardez le clip de "put Your Number in May Phone", extrait de l'album "Pom Pom" :


Sa pop résulte d'un habile bricolage mêlant folk psyché, variété, rock garage. En 2008, avec quelques complices, il fonde le groupe Ariel Pink's Haunted Graffiti. La joyeuse bande tourne avec la crème de la nouvelle vague psyché/destroy (Chairlift, Cryptacize, Vivian Girls), passe par Coachella. Suivront deux albums, en 2010 et 2012, puis son dixième opus, "Pom Pom", publié en novembre 2014.

« Ariel Pink fait comme si cinquante ans de pop n’avaient jamais existé. Ce type est un illusionniste ou un escroc ou un grand toqué ou un génie. Et probablement tout ça à la fois », peut-on lire sur les inrocks.com

2015 est sans conteste l'année "française" d'Ariel Pink, qui, outre son passage à Paris au Pitchfork festival, a travaillé avec la chanteuse et DJ Soko (article en anglais).

Distribution

  • Date 29 octobre 2015
  • Durée 56min
  • Production La Blogothèque