Noel Gallagher n'écarte pas une reformation d'Oasis "pour l'argent"

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 27/01/2015 à 21H09, publié le 27/01/2015 à 19H16
Noel Gallagher en novembre 2014 dans un show TV anglais.

Noel Gallagher en novembre 2014 dans un show TV anglais.

© Brian J Ritchie/Hotsauc/REX/SIPA

Six ans déjà depuis la rupture fracassante d'Oasis dans les coulisses de Rock en Seine. Six ans déjà que les fans rongent leur frein. Depuis, tous espèrent que la réconcilation des frères Gallagher n'est qu'une question de temps. Ils ont aujourd'hui quelques raisons d'espérer. Noel vient en effet de déclarer qu'une réunion d'Oasis "est toujours une possibilité". S'il y a un gros chèque à la clé.

"Tant qu'on aura des cheveux"

"Personne ne nous a encore fait une offre", assure Noel Gallagher dans le mensuel "Q" (daté mars 2015) publié mardi outre-Manche et dont il orne la couverture. "Je me suis retrouvé dans la même pièce que Liam, et même là, personne n'a dit "Est-ce qu'Oasis n'était pas super ? Vous devriez vous reformer", remarque-t-il, presque dépité.

"Mais si jamais je le faisais, ce serait uniquement pour l'argent", prévient l'ex-guitariste d'Oasis. "Est-ce que je le ferai pour une oeuvre de charité ? Pas question. On n'est pas ce genre de personnes. Pour Glastonbury ? Je ne pense pas que Michael Eavis (l'organisateur du méga festival anglais) a suffisamment d'argent", dit-il avec son habituelle arrogance teintée d'humour.

"Mais est-ce qu'on se remettra ensemble un jour ? Tant que tout le monde est en vie et a encore des cheveux, c'est toujours une possibilité. Mais uniquement pour l'argent", insiste-t-il.
La couverture de "Q" daté mars 2015 avec Noel Gallagher.

La couverture de "Q" daté mars 2015 avec Noel Gallagher.

© DR
Se reformer ? Pourquoi faire ?

Noel Gallagher, dont le second album, "Chasing Yesterday" ("A la poursuite d'hier", hum...) est annoncé pour mars, assure qu'il n'est pas pressé de reformer son ancien groupe. Il cite l'exemple des Stone Roses, qui après avoir été harcelés pour se reformer ont dit oui, et dont "plus personne ne parle depuis". 

"Je crois que c'est enraciné dans la psyché anglaise - cette idée que les jours glorieux, l'Empire, sont derrière nous", analyse-t-il. "Led Zeppelin ! The Smiths ! The Jam ! Ils devraient tous se reformer. Pourquoi ? Pour qu'un tas de quarantenaires aillent au O2 (vaste salle de Londres) et disent "Ils ne sont pas aussi bons qu'ils l'étaient." Ce serait la même chose avec Oasis. Oui, nous ne sommes pas aussi bons qu'avant."

"Si vous avez vu Oasis (sur scène), tant mieux pour vous"

Les fans noteront cependant un mieux dans ses propos, comparés à ceux qu'il tenait il y a un peu plus d'un an. "S'il y a une reformation, je ne serai pas dedans", avait-il déclaré à Rolling Stone en novembre 2013.  "Je ne pense pas qu'il y ait quelque chose à terminer. (...) Si vous avez vu Oasis (sur scène), tant mieux pour vous. Sinon, c'est dur. Moi je n'ai jamais vu les Beatles. Et voilà tout."

En décembre déjà, il s'était dit "putain de triste" au sujet de la rupture de Beady Eye, le groupe monté par Liam Gallagher. Il avait alors conseillé à son petit frère, par interview interposée, de "faire un disque en solo". On attend toujours la réponse de Liam.