Mort de Jim Morrison : Marianne Faithfull incrimine son ex-petit ami

Par @Culturebox
Publié le 06/08/2014 à 20H16
Jim Morrison

Jim Morrison

© Kobal / The Picture Desk / AFP

Dans une interview au magazine "Mojo", la chanteuse anglaise Marianne Faithfull affirme que son ex-petit ami, Jean de Breteuil, fournisseur de drogues pour les stars, est responsable de la mort du chanteur des Doors, Jim Morrison, survenue le 3 juillet 1971 à Paris.

Le chanteur avait été retrouvé mort dans la baignoire de son domicile parisien. Quelque 43 ans plus tard, les circonstances du drame demeurent cernées de nombreuses zones d'ombre. Aucune autopsie n'ayant été effectuée à l'époque, la disparition tragique de la star âgée de 27 ans continue d'alimenter les fantasmes des amateurs de rock et des fans des Doors.

"Je suis persuadée que c'était un accident"
Pour Marianne Faithfull, il ne fait aucun doute que le chanteur appelé "roi lézard", devenu obèse et alcoolique, a été victime d'une surdose. "Il (Jean de Breteuil) est allé voir Jim Morrison et l'a tué. Je veux dire, je suis persuadée que c'était un accident. Le pauvre. La dose était-elle trop forte ? Ouais. Et il est mort."

Marianne Faithfull, 67 ans aujourd'hui, ajoute qu'elle était censée accompagner Jean de Breteuil pour son rendez-vous avec Jim Morrison, mais qu'elle y avait renoncé au dernier moment pour rester à l'hôtel où était descendu le couple. "J'ai instinctivement senti que quelque chose n'allait pas. J'ai décidé de prendre quelques Tuinal (des barbituriques) et de ne pas y aller", se souvient-elle.

"De toute façon, tous ceux qui ont été mêlés au décès de ce pauvre garçon sont morts. Sauf moi", ajoute Marianne Faithfull qui se définit régulièrement comme une "survivante" de cette époque. Jean de Breteuil, notoirement connu pour avoir été le fournisseur d'héroïne pour les stars, avait été retrouvé mort au Maroc, quelques semaines seulement après le décès de Jim Morrison.
The Doors : "The End"