Morrissey annonce son retour cet automne avec un nouvel album engagé

Par @Culturebox
Mis à jour le 23/08/2017 à 14H27, publié le 23/08/2017 à 13H44
Morrissey, toujours aussi engagé et enragé. Ici en concert à Reading en janvier 2013.

Morrissey, toujours aussi engagé et enragé. Ici en concert à Reading en janvier 2013.

© Owen Sweeney/AP/SIPA

L'ancien chanteur des Smiths, récemment signé sur le label BMG, annonce la sortie d'un nouvel album solo. "Low in High-School", qui succède à "World Peace is none of your business" paru en 2014, sortira le 17 novembre. Morrissey compte y exposer une fois de plus ses opinions politiques tranchées.

Enregistré entre la Provence et Rome

"Low in High-School" a été enregistré en partie en France, aux studios La Fabrique de Saint-Rémy-de-Provence (comme le dernier Radiohead), mais aussi dans le studio romain de Ennio Morricone. A la production : Joe Chiccarelli, déjà vu à l'oeuvre chez Beck, les White Stripes et les Strokes.

A l'occasion de ce 11e album solo, Morrissey a lancé son propre label baptisé Etienne, équivalent en français de son prénom, Steven. Etienne Records sera distribué par BMG, une branche du géant allemand des médias Bertelsmann.

Pourfendeur de la monarchie britannique, farouche défenseur des animaux, à 58 ans, le fondateur du groupe The Smiths continue d'imprimer son rock mélancolique d'opinions bien trempées. 

Pour BMG, signer Morrissey est "un rêve"

"Le talent de Morrissey pour mêler opinions politiques et mélodies est plus manifeste que jamais sur "Low in High-School", capturant l'esprit d'un monde en changement perpétuel", écrit BMG, qui se montre très fier de sa nouvelle prise. 

Pour Korda Marshall, l'un des responsables des nouveautés chez BMG, signer Morrissey est "un rêve". "Il n'y a pas beaucoup d'artistes aujourd'hui qui peuvent égaler Morrissey", souligne la maison de disques. "Il a un talent extraordinaire. Il est prodigieux, cultivé, plein d'esprit et surtout, courageux".

Morrissey remonté contre "la censure" de l'industrie musicale

Connu pour ne pas mâcher ses mots, Morrissey avait des relations tendues avec son précédent label, Harvest/Universal. Avant sa signature chez BMG, il avait dénoncé le vérouillage dont sont victimes les artistes selon lui au sein de l'industrie musicale, rappelle le NME. Le chanteur engagé accusait les majors de "censurer" toute parole politique susceptible d'attiser la révolte, en faveur de groupes tièdes taillés pour les charts.

Un concert de Morrissey est d'ores et déjà annoncé le 10 novembre au Hollywood Bowl de Los Angeles. Une tournée devrait suivre, dont les dates seront annoncées ultérieurement.