Les Francofolies s'invitent en Nouvelle-Calédonie du 8 au 10 septembre

Par @Culturebox
Publié le 07/09/2017 à 11H24
Les Francofolies s'installent sur la scène du Centre culturel Tjibaou à Noumea

Les Francofolies s'installent sur la scène du Centre culturel Tjibaou à Noumea

© MARC LE CHELARD / AFP

Des Francofolies ont lieu pour la première fois en Nouvelle-Calédonie du 8 au 10 septembre avec une affiche que se partagent des artistes venus de Métropole et issus de la scène locale, ont annoncé jeudi les organisateurs.

Après La Réunion en mars, la Nouvelle-Calédonie est la seconde déclinaison ultra-marine du mythique festival créé en 1985 à La Rochelle par Jean-Louis Foulquier. "Un festival doit être porté par des gens qui ont un projet artistique. C'était le cas de ceux que j'ai rencontrés ici avec une volonté d'emmener la culture au-delà des frontières", a déclaré à la presse Gérard Pont, directeur des Francofolies, évoquant sa rencontre avec les responsables de la société calédonienne organisatrice de l'évènement.
Affiche Francofolies Nouvelle Calédonie

Artistes calédoniens aux têtes d'affiche de Métropole

En dépit de l'éloignement du Caillou à plus de 24 heures d'avion de Paris, il s'est réjoui de la "facilité" avec laquelle des artistes "de la famille des Francos" avaient répondu présents. "La Nouvelle-Calédonie, ça fait rêver. (...) En plus, le festival a lieu sur une scène magique comme il en existe peu, celle du Centre culturel Tjibaou à Nouméa (dernier des grands travaux de François Mitterrand, ndlr)", a également déclaré Gérard Pont.

Le programme du festival s'articule autour de trois soirées aux identités musicales propres, mêlant chaque fois des artistes calédoniens aux têtes d'affiche de Métropole. La première fait la part belle à des nouveaux venus de la scène française tels que Claudio Capéo ou le trio féminin L.E.J tandis que la musique urbaine des rappeurs Black M et Youssoupha sera à l'honneur samedi. La dernière soirée accueille trois figures poétiques et tourmentées de la chanson: Hubert-Félix Thiéfaine, Miossec et Cali.

Dans le centre-ville de Nouméa, un "village festivalier", consacré à des artistes aux talents éclectiques, est ouvert gratuitement au public. "On n'a pas voulu faire du copier-coller avec La Rochelle, la danse et les contes, très importants dans la culture calédonienne, ont leur place", a indiqué Chris Tateossian, co-organisateur. Enre 6.000 et 7.000 personnes sont attendues à cette première édition, qui se tient simultanément avec un Forum francophone du Pacifique, organisé par le gouvernement calédonien.