Sécurité renforcée pour les 66e "Fêtes de la mirabelle" de Metz qui débutent le 20 août

Par @Culturebox
Publié le 18/08/2016 à 18H45
Metz pendant les "Fêtes de la Mirabelle" en 2005.

Metz pendant les "Fêtes de la Mirabelle" en 2005.

© Pascal Brocard/PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN

Metz a décidé de maintenir ses 66es fêtes de la Mirabelle prévues du 20 août au 4 septembre, mais les festivités seront placées sous haute surveillance dans le contexte de risque terroriste, a annoncé ce 18 août le maire PS de Metz, Dominique Gros.

"C'est une position politique qui consiste à refuser de changer de style de vie et de style d'organisation de la vie dans une ville" malgré la menace terroriste, s'est justifié Dominique Gros.

Feu d'artifice et concerts de Keziah Jones et d'Imagination maintenus

Le 27 août, le feu d'artifice des fêtes de la Mirabelle, précédé d'un concert gratuit de Keziah Jones et du groupe Imagination, où sont attendues 25 à 35.000 personnes, aura lieu en même temps qu'un match de football à domicile, opposant Metz à Angers, et qui devrait attirer entre 17 à 20.000 spectateurs dans le stade Saint-Symphorien.

"Nous ferons face" à cet afflux de personnes dans les rues de l'agglomération lorraine, a assuré le directeur départemental de la sécurité publique, Hervé Niel, tout en admettant que "le risque zéro n'existe pas".

Soutien aussi des militaires de l'opération Sentinelle

La ville bénéficiera d'un renfort de gendarmes mobiles et du soutien des militaires de l'opération "Sentinelle", en appui aux forces de la police nationale et de la police municipale. Le site du feu d'artifice sera fermé en espace clos au moyen de dispositifs anti-intrusion et de véhicules de sécurité. Les spectateurs y accéderont par  des points d'entrée avec filtrage après palpation et ouverture des sacs  systématique.

Les autres jours, l'accès des véhicules aux principaux lieux de rendez-vous sera interdit et des dispositifs anti-intrusion seront mis en place. Les pompiers se tiendront prêts à intervenir, leur nombre pouvant atteindre le millier en cas de besoin. "C'est le prix à payer si nous voulons continuer à vivre normalement", a  déclaré Hervé Niel. L'an dernier, près de 100.000 personnes avaient assisté aux concerts, spectacles de rue, bal et feu d'artifice des fêtes de la Mirabelle à Metz.