Les Eurockéennes s'ouvrent avec Stromae, Robert Plant et... les intermittents

Par @Culturebox
Mis à jour le 02/07/2014 à 12H46, publié le 02/07/2014 à 12H44
Stromae, ici aux Eurockéennes de Belfort de 2011

Stromae, ici aux Eurockéennes de Belfort de 2011

© SEBASTIEN BOZON / AFP

Stromae, Robert Plant, Shaka Ponk et The Black Keys sont parmi les têtes d'affiche annoncées aux 26e Eurockéennes de Belfort, qui débutent vendredi prochain, le 4 juillet, et que les organisateurs veulent ériger en "fer de lance" du soutien aux intermittents.

"L'idée est de faire de ce festival un fer de lance de la contestation et d'expliquer aux 100.000 festivaliers attendus en quoi cette réforme est dangereuse pour le statut des intermittents", a déclaré le directeur du festival, Jean-Paul Roland.

Le directeur des Eurockéennes Jean-Paul Roland, très engagé au côté des intermittents

Comme toutes les grandes manifestations estivales, le festival belfortain est menacé de perturbations liées à ce conflit, mais la direction n'a pas ménagé ses efforts depuis trois semaines pour afficher son soutien aux professionnels du spectacle. Au point que le slogan de cette édition 2014, prévue de vendredi 4 juillet à dimanche 6 juillet sur la presqu'île de Malsaucy, sera "Ecoutons les intermittents" qui sont 230 à travailler sur le festival, précise Jean-Paul Roland. Il qualifie de "bêtise" l'agrément donné par le gouvernement à la  nouvelle convention d'assurance chômage contestée.
 
En accord avec les organisateurs, diverses actions de soutien aux intermittents seront menées sur les scènes, les écrans géants et dans le public. Les troupes de théâtre de rue présentes sur le festival devraient  également participer à ces "joyeuses perturbations", comme les nomme Jean-Paul Roland.

Perturbations 

Mais la CGT Spectacle a déposé un préavis de grève national pour le mois de juillet, appelant à une "grève massive" vendredi, qui est également le jour  d'ouverture du festival "in" d'Avignon. La Coordination des intermittents et précaires (CIP) de Franche-Comté a annoncé à l'AFP "la tenue d'une réunion d'information de tous les intermittents travaillant aux Eurockéennes, jeudi 3 juillet à 8 heures sur le site du festival, suivie d'un vote sur la grève ou la non grève vendredi 4".

"Du côté des intermittents qui travaillent en interne sur le festival, on ne bloquera pas les concerts", prévoit Lemmy, un électricien intermittent  employé depuis 13 ans par le festival qui souligne "l'attachement affectif" des techniciens aux "Eurocks".
 
"Mais les boîtes de production extérieures viennent avec leurs propres intermittents et on ne peut pas dire s'ils choisiront de faire grève ou pas. Chacun fera en fonction de ses convictions", ajoute-t-il. Pour Jean-Paul Roland, "le sentiment n'est pas à la grève" et "un jour d'annulé, ce serait la fin des Eurockéennes". "Notre système économique est  constitué de 90% de recettes propres - pour un budget de 7 millions d'euros -,  nous dépendons donc directement de la venue du public", explique le directeur.

Les Pïxies, Stromae... et Robert Plant

Au-delà de ces incertitudes, côté programmation, la manifestation ne dérogera pas à l'alchimie qui a fait sa renommée, entre têtes d'affiche et  découvertes. Au total, quelque 63 groupes de rock, pop, rap, électro sont attendus. Les légendaires Pixies américains lanceront les festivités vendredi 4 sur la  grande scène, avant de laisser la place à la star belge Stromae et ses tubes électro-pop entraînants.
Detroit, la formation de l'ancien chanteur de Noir Désir, Bertrand Cantat, sera l'autre événement de la première soirée. La soirée du samedi 5 juillet sera marquée par le show électro-rock très visuel des Français de Shaka Ponk et le live du DJ américain Skrillex.
 
Le même jour, les Écossais de Franz Ferdinand et le Français Gaëtan Roussel (chanteur de Louise Attaque et Tarmac) entraîneront les festivaliers dans leur univers rock. Les Américains de The Black Keys, qui reviennent aux "Eurocks" avec un  nouvel album, présenteront leur blues rock en clôture du festival dimanche 6 juillet. Ils seront précédés par une autre légende, Robert Plant, 65 ans, ancien  leader de Led Zeppelin, et le collectif Fauve, qui a connu une ascension  fulgurante en 2013.

La jauge du festival, déjà complet vendredi et samedi, passe de 33.000 à  34.000 personnes par jour, après une 25e édition anniversaire d'exception qui avait réuni 127.000 visiteurs en quatre jours.