Led Zeppelin : Page et Plant vont comparaître pour plagiat au sujet de "Stairway to Heaven"

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 12/04/2016 à 17H50, publié le 12/04/2016 à 17H29
Robert Plant et Jimmy Page en concert avec Led Zeppelin en 1975.

Robert Plant et Jimmy Page en concert avec Led Zeppelin en 1975.

© Rex Features/REX/SIPA

L'intro de "Straiway to heaven", l'une des plus célèbres chansons de Led Zeppelin, est-elle un plagiat ? Certains le pensent, dont les membres de Spirit, auteur du titre "Taurus" auquel le groupe de Jimmy Page et Robert Plant aurait volé la progression d'accords de son hit cultissime paru en 1971. Quarante cinq ans après, la justice s'apprête à trancher.

Fortes similitudes entre les deux morceaux, selon le juge

Le guitariste Jimmy Page et le chanteur Robert Plant sont invités à comparaître pour plagiat le 10 mai devant une cour de Los Angeles. Le juge Gary Klausner a en effet estimé que "Straiway to heaven" présente de "substantielles" similitudes avec le "Taurus" de Spirit paru en 1967. Difficile de ne pas lui donner raison sur ce point (écoutez le "Taurus" de Spirit en bas de page).

Le plaignant est Michael Skidmore, administrateur de biens du guitariste de Spirit Randy Wolfe (surnommé Randy California), mort en 1997 en tentant de sauver son fils de la noyade. Selon lui, Jimmy Page aurait écrit "Stairway to Heaven" après avoir été en tournée avec Spirit en 1968 et 1969.

De fait, en 1968, le groupe anglais Led Zeppelin a bien effectué une tournée américaine pour défendre son premier album. Et a assuré au moins quatre concerts en première partie du groupe californien Spirit.

Les deux groupes ont respiré le même air à la fin des sixties

Mark Andes, le bassiste de Spirit, expliquait déjà il y a deux ans à Business Week que les membres de Led Zeppelin avaient entendu "Taurus" à ce moment là, se réappropriant ensuite le morceau pour les premières mesures de "Stairway to Heaven", l'un des titres les plus connus du rock. 

Peu avant sa mort en 1997, le guitariste de Spirit Randy Wolfe avait déjà accusé Jimmy Page de lui avoir volé son morceau. Et s'énervait dans une interview au magazine Listener : "Ils ont fait des millions de dollars dessus et ils n'ont jamais dit merci, jamais dit "est-ce qu'on peut vous dédommager ?", pestait-il.

Led Zeppelin a été déjà accusé à plusieurs reprises de plagiat, notamment pour "Whola Lotta Love", "Dazed and Confused" et "The Lemon Song".

 Le juge avoue implicitement qu'il lui sera ardu de trancher

"Même s'il est vrai qu'une telle progression d'accords est une convention banale qui abonde dans l'industrie musicale, les similitudes transcendent ici la structure de base", a souligné le juge.

"Ce qu'il reste c'est une appréciation subjective du "concept et du ressenti" de deux oeuvres – une tâche qui n'est pas plus appropriée à un juge qu'à un jury", a-t-il ajouté, rapporte The Independent. Débats sportifs en vue, donc.

Et si Jimmy Page avait été inspiré de façon subliminale, "à l'insu de son plein gré" ? Il a en tout cas réussi à faire de cette progression d'accords une pure merveille. A vous de juger.