Le groupe libanais Mashrou' Leila finalement autorisé à jouer à Amman

Par @Culturebox
Mis à jour le 02/05/2016 à 08H55, publié le 29/04/2016 à 14H20
Le groupe libanais Mashrou' Leila au Printemps de Bourges le 26 avril 2015

Le groupe libanais Mashrou' Leila au Printemps de Bourges le 26 avril 2015

© Guillaume Souvant / AFP

Le groupe de rock alternatif libanais Mashrou’ Leila est finalement autorisé à jouer à Amman, a annoncé le site de L'Orient Le Jour. Le concert prévu vendredi 29 avril dans la capitale jordanienne avait été interdit par les autorités qui accusaient le groupe de faire l'apologie "de l'homosexualité et du satanisme". L'annulation avait provoqué un tollé chez ses fans.

Autorisé au dernier moment, Mashrou' Leila ne pourra toutefois pas jouer comme prévu vendredi. Il affirme que le délai de 24 heures "est insuffisant du point de vue logistique et organisationnel", rapporte L'Orient Le Jour.

Mashrou' Leila a finalement reçu l'aval des autorités jordaniennes, a annoncé le groupe sur les réseaux sociaux. L'annulation de son concert avait déchaîné la colère des fans sur les réseaux sociaux.

Un député jordanien, Bassam al-Battouch, qui avait lui-même demandé l'interdiction, avait estimé sur Facebook que "le groupe libanais controversé fait l'apologie d'idées étrangères à notre société et culture arabo-musulmane". Il évoque dans ses chansons "sexe et homosexualité, appelle à la rébellion contre les gouvernements et les sociétés, et fait l'apologie du satanisme", ajoutait-il.
 
Mashrou' Leila avait indiqué sur sa page Facebook qu’il avait reçu une notification d'interdiction du ministère du Tourisme. Celui-ci se justifiant en disant que le concert était "en contradiction avec le caractère historique du site" antique romain où le groupe devait se produire.
"Djinn", du dernier disque de Mashrou' Leila, "Ibn el-Leil"


Le groupe avait dénoncé l'arbitraire de l'annulation

Mais "officieusement nous avons été informés que nous n'aurons plus jamais le droit de nous produire en Jordanie à cause de nos croyances politiques et religieuses et de notre défense de l'égalité des sexes et de la liberté sexuelle", avait ajouté le groupe en soulignant avoir organisé trois concerts par le passé sur ce même site. Les musiciens dénonçaient cette "censure", et promettaient de défendre leur droit de jouer "en toute liberté".
Mashrou' Leila, "Habibi", Live in Baalbeck
 
Mashrou’ Leila avait donné jeudi une conférence de presse où le groupe déplorait "l’arbitraire de la décision" des autorités jordaniennes, rapportait L’Orient Le Jour. Ils regrettaient "de priver de ce fait leurs fans jordaniens mais aussi, plus particulièrement palestiniens (des territoires occupés) et des autres pays arabes qui ont l’habitude de se déplacer en masse pour assister à nos concerts en Jordanie" et rappelaient leur attachement "à la liberté de parole".
 
Le chanteur du  groupe, Hamed Sinno, ne cache pas son homosexualité, considérée comme un délit passible de prison dans les pays arabes, y compris au Liban.
 
Mashrou'Leila  devait lancer lors de ce concert son nouvel album, Ibn al-Leil (fils de la nuit), à Amman.