Le groupe culte Grateful Dead a tiré sa révérence à Chicago

Par @Culturebox
Mis à jour le 07/07/2015 à 13H01, publié le 07/07/2015 à 12H28
Grateful Dead

Grateful Dead

© Jay Blakesberg/AP/SIPA

Pendant des décennies, les fans des Grateful Dead ont enregistré, débattu et noté méthodiquement les chansons interprétées par le légendaire groupe de rock lors de leurs 2.300 concerts.

Donc les paris allaient bon train dimanche soir parmi les "Deadheads", les fans du groupe qui le suivent de concert en concert, pour deviner quel serait l'ultime morceau joué par les musiciens de la génération hippie, dont certains ont désormais les tempes grisonnantes, à l'instar de "Touch of grey", leur seul titre à avoir figuré parmi les dix premiers du classement américain.

Devant des milliers de fans en pleurs et portant pour beaucoup ses fameux tee-shirts multicolores, le groupe a terminé son tout dernier concert, qui a duré plusieurs heures, avec une version acoustique et minimaliste de la chanson "Attics of My Life". Les Grateful Dead l'ont rarement interprétée, sauf à la fin de leur carrière, avec des paroles adaptées : "I have spent my life seeking all that's still unsung" (J'ai passé ma vie à chercher tout ce qui reste méconnu).
La chanson a aussi apporté une touche d'émotion aux cinq derniers concerts -trois à Chicago et deux près de la ville natale du groupe, San Francisco-, qui ont fait râler certains fans étant donné que le groupe s'est toujours targué de ne jamais se mettre en avant.

Record de ventes de billets pour Chicago

Les Dead ont quand même lancé des feux d'artifice avec, lors du concert du 4 juillet, jour de fête nationale aux Etats-Unis, des éclairages de l'Empire State Building à New York dédiés au public de Chicago pendant la chanson "US Blues".

Mais ils ont refusé de projeter un hologramme (photo en relief) de leur historique chanteur Jerry Garcia, décédé après un concert en 1995, trouvant l'idée de mauvais goût. Les billets de ces derniers concerts ont été les plus convoités de ces dernières années, avec des prix atteignant des sommets au marché noir. Quelque 71.000 billets ont été vendus pour le seul concert de dimanche soir, un record pour le stade de football américain Soldier Field.