Keith Richards : huit choses à savoir sur son album solo "Crosseyed Heart"

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 15/09/2015 à 12H15, publié le 14/09/2015 à 11H36
Keith Richards le 8 septembre 2015 à Londres.

Keith Richards le 8 septembre 2015 à Londres.

© Beretta/Sims/REX Shutterstock/Sipa

Le guitariste de légende des Rolling Stones sort son troisième album studio en solo le 18 septembre, le premier depuis "Main Offender" en 1992. Autant dire un évènement. Comment, pourquoi et avec qui Keith Richards a-t-il enregistré ce "Crosseyed Heart" très attendu ? Voici tout ce qu'il faut savoir sur la nouvelle échappée en solo de l'auteur de certains des riffs les plus révérés du rock'n'roll

1. Un album né du désoeuvrement

A 71 ans, Keith Richards reste un modèle de musicien dont l'appétit de jouer n'est jamais rassasié. Le guitariste a commencé à travailler sur cet album solo (le troisième après "Talk is Cheap" en 1988 et "Main Offender" en 1992) vers 2011, alors que les Rolling Stones étaient en pause après leur Bigger Bang Tour. Désoeuvré, il n'avait même plus de mémoires à écrire, sa monumentale autobiographie "Life" ayant fait un carton l'année précédente. Réalisant qu'il n'avait pas été en studio avec les Stones depuis 2004 et que cela lui manquait, le dieu de la guitare a d'abord programmé des sessions en studio avec son ami Steve Jordan, batteur (chez les Blues Brothers) et fidèle collaborateur de ses échappées en solo (chez les X-Pensive Winos). Ils ont ensuite travaillé à deux de façon sporadique durant trois ans, sans pression, sans deadline. Et selon Jordan à un rythme "civilisé" avec des sessions un ou deux après-midi par semaine, bien loin des précédents albums en mode "minuit – huit heures du mat". Ces premiers enregistrements à deux avec Steve Jordan, "ça a été une vraie partie de plaisir", assure Keith.

2. Un coup de chapeau à ses héros

Cet album, un quinze titres enregistré sur une bande analogique, est un retour aux sources et un mélange de tout ce qui a forgé l'identité musicale de "Mister rock'n'roll". "J'ai réalisé après l'avoir terminé que je tirais vraiment mon chapeau à tous ceux dont j'ai appris", explique-t-il à Entertainment Weekly. "Il y a Robert Johnson, et Gregory Isaacs, Lead Belly et Otis Redding." Il y chante notamment "Good Night Irene", un classique de la folk américaine de Lead Belly. Mais le disque touche à tous ses styles favoris : blues, country, reggae et bien sûr rock stonien.

3. Qui joue sur cet album ?

Le batteur Steve Jordan donc, tient la batterie mais il a aussi co-produit l'album et co-écrit de nombreuses chansons. "Sans Charlie Watts – ou Steve Jordan -, je ne suis personne", expliquait Keith Richards à "M Le Magazine du Monde" en août. "Je joue contre le batteur, on sculpte le rythme, on syncope, on s'amuse. C'est toujours un plaisir de jouer avec des batteurs de ce calibre, ils vous bottent le train." En compagnie de Jordan, il a commencé par enregistrer toutes les parties de guitare, piano et basse avant d'appeler d'autres musiciens. Parmi eux, le guitariste des X Pensive Winos Waddy Watchel et le pianiste Ivan Neville, ainsi que l'organiste Charlie Hodges, qui accompagnait Al Green dans les années 70. Des musiciens de tournée des Stones comme Bernard Fowler et Blondie Chaplin ont complété le line-up lors du fignolage les morceaux.

4. Le dernier enregistrement de l'ami Bobby Keys

Né le même jour que Keith, le 18 décembre 1943, le saxophoniste Bobby Keys était son frère de débauche depuis des décennies. Il a tiré sa révérence en décembre 2014. Sur "Crosseyed Heart" on peut entendre ses tout derniers enregistrements. "Bien sûr, nous n'avions pas idée que ce seraient ses derniers enregistrements", se souvient Keith dans Entertainment Weekly. "Mon dieu, cet homme me manque. C'était un sacré bon ami et un brillant saxophoniste. Il m'a accompagné durant presque toute ma carrière. Je continue à faire comme s'il était vivant. Mais je sais qu'il ne l'est pas. Il me manque terriblement."

5. Un duo avec Norah Jones

La chanteuse aux 5 Grammys Norah Jones est invitée sur la ballade "Illusion". C'est Keith, très admiratif, qui l'a réclamée. Sur cette chanson, "c'était évident qu'il fallait une femme", explique le vieux pirate. Seul au micro ça n'allait pas. "Il manquait le point de vue féminin dans cette histoire." Alors il l'a appelée, elle a aimé la chanson, a écrit sa partie et "s'est placée magnifiquement".

6. Compagnon de route du disque : un doc sur Netflix

En parallèle à la sortie de "Crosseyed Heart", Netflix diffuse à partir du 18 septembre un documentaire sur le guitariste réalisé durant l'enregistrement. "Je réalise que les gens pensent que Keith Richards c'est fumer un joint, une bouteille à la main, pestant contre le fait que le débit d'alcool est fermé", regrette-t-il dans la bande annonce du film. Dans "Under The Influence" le réalisateur Morgan Neville s'attache justement à changer cette image et à mettre en lumière les influences du guitariste de légende, en mêlant images d'archives et interviews actuelles. Il le suit en pélerinage dans trois villes qui ont beaucoup compté : Chicago, où il est question de Buddy Guy, Muddy Waters et Chess Records, Nashville, où il est question de country, et New York où il vit et où le disque a été enregistré.

7. Les Stones en studio en 2016 ?

"Ca fait trop longtemps qu'on n'a pas enregistré", estime le pouls scénique des Pierres qui roulent. "J'essaye de ramener les Stones en studio", dit-il à Entertainment Weekly. "Mais franchement je ne crois pas qu'on y arrive cette année. Après nos dates en Amérique du sud en février et mars, j'adorerais entrer en studio en avril. Mais je connais les gars. Quand ils terminent une tournée, ils ne veulent plus rien faire!". Lui en revanche envisage, s'ils décident de faire un break, de mener une petite tournée en solo.

8. Mick, les Stones et lui

Inutile de voir dans cette échappée en solo le signe d'un regain d'aigreur entre les frères ennemis Keith et Mick. Si le guitariste rythmique n'épargnait pas son complice dans son autobiographie "Life", ils ont surmonté une fois de plus cette guéguerre d'égos. Leur collaboration unique, dont la tension s'est toujours révélée hyper fructueuse, est au-dessus de ça. Jagger et moi "on écrit ensemble sans communiquer. (…) Ca fait cinquante ans qu'on joue ensemble et il est toujours étonnant", reconnait Keith dans "M le Magazine du Monde". "Mick et moi formons un drôle de couple, mais il y a entre nous des affinités qui dépassent l'entendement." D'ailleurs, à la question de savoir pourquoi il a attendu 23 ans pour sortir un nouvel album solo, Keith répond à EW : "J'attendais le bon moment. Parce que, quand les Stones travaillent, hey, c'est mon numéro uno!"

"Crosseyed Heart" de Keith Richards sort le 18 septembre (Mercury/Universal)