Jesse Hughes, chanteur des Eagles of Death Metal : "Je n'ai jamais tenté d'entrer au concert" de Sting au Bataclan

Par @Culturebox
Mis à jour le 13/11/2016 à 17H50, publié le 13/11/2016 à 10H13
Jesse Hugues se rend au cérémonie de mémoire devant le Bataclan, à Paris, le 13 novembre 2016

Jesse Hugues se rend au cérémonie de mémoire devant le Bataclan, à Paris, le 13 novembre 2016

© PHILIPPE WOJAZER / AFP

Le chanteur du groupe américain Eagles of Death Metal, Jesse Hughes, a assuré dimanche à Paris qu'il n'avait pas l'intention d'assister au concert de Sting samedi soir, pour la réouverture du Bataclan, alors que la direction de la salle affirme l'avoir refoulé à l'entrée.

"Je ne voulais pas voir le concert, je voulais simplement voir la salle ouverte", a déclaré le chanteur Jesse Hugues à la presse, à la mairie du XIe arrondissement de Paris. "Je n'ai jamais tenté d'entrer dans le concert", a-t-il insisté, répondant au codirecteur de la salle, Jules Frutos. Ce dernier a affirmé samedi soir avoir interdit l'accès à deux membres du groupe, dont Jesse Hughes, ainsi qu'à leur manager, en raison des déclarations polémiques du chanteur. "Il y a des choses qu'on ne pardonne pas", avait tranché le codirecteur du Bataclan, en référence notamment à des soupçons exprimés par Jesse Hughes à l'encontre des vigiles du Bataclan.

Dimanche,  le chanteur des Eagles of Death Metal a joué la carte de l'apaisement et fait part de sa gratitude envers la France: "Je suis pour l'éternité redevable au peuple français", a-t-il affirmé devant des journalistes.

Dimanche matin, dans un communiqué au magazine américain Billboard, le manager des Eagles of Death Metal, Marc Pollack, avait fermement nié que les deux membres du groupe aient été refoulés samedi : "Jesse n'a même pas essayé d'entrer dans la salle pour le concert de Sting", avait-t-il affirmé. L'information est "fausse", "pas de commentaire", avait-t-il déclaré à l'AFP.

Les relations entre la direction du Bataclan et le groupe américain, qui jouait dans la salle le soir de l'attentat, se sont dégradées depuis un an. En mars 2016, Jesse Hughes avait estimé que l'attaque avait été préparée de l'intérieur de la salle de concert, exprimant des soupçons à l'encontre des vigiles. Ensuite, le guitariste avait assuré : les insinuations "que quiconque affilié au Bataclan a joué un rôle dans les événements du 13 novembre sont non fondées et sans aucune base, et j'en assume l'entière responsabilité". Suite à ces déclarations, deux festivals français avaient annulé les concerts du groupe prévus cet été.

Eagles of Death Metal à Paris pour l'hommage devant le Bataclan

Le groupe de rock américain a assisté dimanche matin à l'hommage aux personnes tuées ou blessées au Bataclan lors des attentats du 13 novembre. Derrière des lunettes aux verres fumés rouges, Jesse Hughes a assisté à la cérémonie, à quelques mètres des familles des victimes. Lui et les autres membres du groupe étaient recueillis et silencieux durant la cérémonie.

Après le dévoilement d'une plaque en mémoire des 90 personnes tuées dans la salle de spectacles il y a un an jour pour jour, les musiciens, qui ont été salués par François Hollande et Manuel Valls, sont restés un moment parmi la foule. Ils "ont serré dans les bras chacune des victimes" présentes pour l'hommage, a raconté à l'AFP Thierry, qui assistait à leur concert au Bataclan le soir du 13 novembre 2015 mais qui n'a pas été blessé. "Le groupe était ému (...) ils ont déposé une gerbe de fleurs", a-t-il indiqué.