"Here come" premier opus des ébouriffants Suisses de Duck Duck Grey Duck

Par @Culturebox Rédacteur en chef adjoint de Culturebox
Mis à jour le 05/02/2015 à 09H20, publié le 04/02/2015 à 11H10
Duck Duck Grey Duck

Duck Duck Grey Duck

© Magali Dougados

Ils sont trois. Suisses. Et pourraient bien être l'une des révélations de la scène rock 2015. Duc Duck Grey Duck arrive pour une tournée en France avec un album "Here come..." (sous le label Casbah-Record) qui offre un incroyable mélange de rock, de soul sixties, de surf-music sans oublier la touche psyché qui nous renvoie aux années 70. "Here come" vaut vraiment le détour.

Avec un nom pareil, nos Trois Suisses s'exposent à la vanne facile du genre les trois vilains canards. Mais autant le dire tout de suite, de vanne il n'y en aura pas car les compères ont réussi un joli tour de force en mélangeant habilement influences et références et tout cela en deux ans à peine d'existence.

Tenez par exemple avec "Mama Don't Mind", qui ouvre l'album, on a un pied à Woodstock. une guitare qui sonne un peu Jimi, un micro qui semble très loin... 

Retour en arrière : 
En 2013, Robin Girod guitariste de Mama Rosin s'associe à Nelson Schaer (Erika Stucky, Trionyx) à la batterie et au bassiste Pierre-Henri Beyrière pour fonder ce groupe au nom improbable Duck Duck Grey Duck. Très vite leur originalité leur ouvre les salles de concert suisses mais aussi allemandes et françaises.

De cette union vont naître une quinzaine de chansons. pour un album produit par un certain Yvan Bing dont le CV parle de  lui-même : Moriarty, Mama Rosin, Wu Tang Clan, Gilberto Gil... Excusez du peu.

Résultat à l'image de Couleur3,  les radios sont plus qu'attentives et "Mexico" arrive en playlist.
 


L'album foisonne donc de styles empoignés avec égal succès. Un petit coup de Surf  dans la "Swimming Pool"


Avant d'embarquer pour un "Wrong Dream", psyché du meilleur tonneau. En guise de clip, nos compères nous offrent pour l'instant quelques séquences tournées dans un pub et dans un style qui colle bien au caractère du morceau en question. 


Avec "Like a bee", on se retrouve soudainement entre rock et rockabilly.  L'abeille vous pique et vous fait lever de votre chaise à tous les coups.


On n'oubliera pas bien sûr le son Garage de "Walkin" . 

Les Trois Suisses de Duck Duck Grey Duck, vous l'entendez bien, sont donc plutôt difficiles à cataloguer. Mais il y a une patte Duck Duck Grey Duck et une travail d'Yvan Bling qui donnent l'homogénéité à ce "Here come".
Un premier opus qui en appellera d'autres on l'espère.
 

La pochette de "Here come" Duck Duck Grey Duck © DR


Duck Duck Grey Duck sera
au festival Les Nuits de l’Alligator
le 17 février au Brise Glace à Annecy,
le 18 février à La Laiterie  à Strasbourg,
le 19 février à L'Autre Canal à Nancy,
le 20 au Big band Café à Hérouville-Saint-Clair,
le 21 au Chabada  à Angers,
le 5 mars à Paris à la Maroquinerie.