Festival Rock en Seine

du 25 au 27 août 2017

Rock en Seine boucle une quinzième édition réussie avec 110.000 festivaliers

Par @Culturebox
Publié le 28/08/2017 à 15H20
110.000 festivaliers se sont réunis pour l'édition 2017 du festival, qui fêtait ses quinze ans d'existence.

110.000 festivaliers se sont réunis pour l'édition 2017 du festival, qui fêtait ses quinze ans d'existence.

© SADAKA EDMOND/SIPA

L'édition 2017 du festival Rock en Seine, que Culturebox vous a fait vivre, a réuni 110.000 festivaliers sur trois jours. Un chiffre en légère baisse par rapport aux 120.000 visiteurs qui ont foulé le domaine de Saint Cloud l'année dernière, alors que la concurrence des festivals du genre en Ile-de-France s'accroît.

Sans grande star, mais avec des valeurs sûres comme PJ Harvey ou The XX et des jeunes artistes fédérateurs telle Jain, Rock en Seine a rempli son contrat en attirant 110.000 festivaliers, fêtant dignement sa 15e édition, avant d'entamer un nouveau cycle.

Cette affluence est la même que la précédente édition, qui avait accusé une légère baisse par rapport au maximum atteint jusqu'à présent (120.000 personnes). De quoi satisfaire le directeur François Missonnier. "C'était un pari, il est gagné", s'est-il félicité dimanche lors d'une dernière journée qui devait faire le plein comme samedi (40.000 spectateurs, 30.000 le vendredi).

Une concurrence de plus en plus rude

Un pari car cette année Rock en Seine a vu comme les autres festivals franciliens (Solidays, We Love Green), l'apparition du mastodonte Lollapalooza. Pour sa première édition parisienne, le festival sous bannière Live Nation a fait fort en attirant 110.000 personnes en deux jours avec des têtes d'affiche que lui seul pouvait s'offrir comme les Red Hot Chili Peppers ou The Weeknd.

Finalement, seul Solidays aura pâti de cette concurrence accrue, avec une baisse de fréquentation de 20% (169.000 personnes en trois jours), quand We Love Green a vu la sienne grimper de 20% (58.000 spectateurs en deux jours). Pour Valérie Pécresse, la présidente de la Région Ile de France qui subventionne Rock en Seine à hauteur de 600.000 euros, cette 15 édition réalise "un bon score car elle a fait beaucoup de place aux jeunes talents".

Cette aide a été maintenue, alors que Mme Pécresse est dans l'expectative concernant l'avenir du festival racheté fin mars par l'homme d'affaire Matthieu Pigasse. Ce dernier est en effet en discussion avec le groupe américain AEG, leader mondial des salles de spectacles, pour une entrée dans le capital.

Une perspective qui a "inquiété" la présidente de la Région. Mais elle a dit à une poignée de journalistes avoir été tout de même ensuite "rassurée" par M. Pigasse, absent remarqué au Domaine National de Saint-Cloud car il est actuellement aux Etats-Unis. "Il m'a assuré qu'il ne cèderait pas la majorité des parts et qu'il maintiendrait toutes les obligations liées à l'ouverture sociale, à la diversité de la programmation, à l'émergence des talents, telles qu'on les avait signées", a-t-elle déclaré. "On va voir si les engagements qu'il a pris sont tenus. Et surtout si la majorité du capital reste française", a-t-elle conclu.

Une édition "de transition"

Au bilan artistique de cette 15e édition que François Missonnier a qualifié "de transition", Rock en Seine a offert pas mal de moments forts : la grande prêtresse rock PJ Harvey a envoûté le public avec son rock devenu poétique avec le temps, la jeune française Jain, a elle emballé avec sa pop world, pour sa dernière date d'une tournée longue de deux ans.

Le réjouissant Mac De Marco a offert un concert plein d'entrain et de chaleur, s'amusant notamment à porter sur ses épaules un heureux fan. Assurément une des images de ce festival précisément réputé pour son excellente ambiance.

Mac Demarco au festival Rock En Seine 2017

Un état d'esprit qui a également traversé les guitares énergiques de Ty Segall, le rap-rock de l'épatant duo anglais Sleaford Mods et le hip hop surpuissant de Cypress Hill. L'émotion fut aussi au rendez-vous avec le concert de Her, bien présent malgré la perte d'un de ses membres fondateurs Simon Carpentier, décédé des suites d'un cancer il y a deux semaines.

Ty Segall au festival Rock En Seine 2017

Le soulagement, enfin, avec les Allah-Las, heureux d'être à Rock en Seine vendredi soir, deux jours après leur concert annulé à Rotterdam en raison d'une "menace d'attentat". Dans un contexte où les risques étaient élevés, le dispositif de sécurité était très renforcé pour cette édition, avant même cette affaire. Et les Californiens ont bel et bien joué, ravissant leurs fans comme les nombreux curieux qui ne les connaissaient pas jusqu'à cette médiatisation inattendue.