Festival Rock en Seine

du 25 au 27 août 2017

Rock en Seine 2017 siffle la fin de la saison des festivals avec Franz Ferdinand, Pj Harvey et The xx

Par @Culturebox
Mis à jour le 25/08/2017 à 11H12, publié le 17/08/2017 à 17H35
La chanteuse britannique PJ Harvey au "Sziget" Island Festival à Budapest, en août 2017.

La chanteuse britannique PJ Harvey au "Sziget" Island Festival à Budapest, en août 2017.

© ATTILA KISBENEDEK / AFP

En quinze ans d’existence, Rock en Seine est devenu un des rendez-vous favoris des festivaliers de l’été. Le festival, qui se tiendra dans le domaine de Saint-Cloud, au sud ouest de Paris, a toujours mêlé rock, électro et hip hop. Cette édition ne déroge pas à la règle: plus de 75 formations sont attendues sur les trois jours du festival, du 25 août au 27 août. Culturebox y sera.

Cette année, pas de tête d’affiche qui “écrase” les autres, comme l’explique François Missonnier, directeur du festival, dans une interview accordée à Culturebox. Mais des grands noms du rock indépendant seront tout de même à l’honneur, pour cette édition 2017 de Rock en Seine. Parmi ces grands noms, les écossais de Franz Ferdinand, devenus incontournables depuis leur tube “Take Me Out”, en clou des festivités du vendredi, après un passage des américains de Black Lips, connus pour leur shows imprévisibles qui défient toute bienséance.

Les amateurs de punk rock auront eu de quoi secouer la tête sur le son explosif des Américains d’At the Drive in en fin d’après-midi, après avoir profité des riffs de hard rock des new-yorkais The Pretty Reckless. Toujours ce vendredi, les chouchous de l’indé The Shins raviront les fans de “Garden State”, le film qui les a révélé au grand public avec la chanson “New Slang”, sur la scène Industrie, jusqu’à minuit.

PJ Harvey, The Lemon Twigs et quelques découvertes françaises

Samedi, l’atmosphère sera nettement plus mélancolique et doucereuse avec le rock aux accents folk de Band of Horses, légèrement plus brute avec le duo américano-britannique The Kills, qui se produira sur la Grande Scène en début de soirée. Une soirée qui mettra à l’honneur la talentueuse PJ Harvey, qui a d’ailleurs fait partie des premiers artistes à chanter sur la scène du domaine de Saint-Cloud, en 2003.
Les nostalgiques des années 60 auront tous noté dans leur carnet un rendez-vous immanquable : celui du passage des frangins The Lemon Twigs. Les deux (jeunes) Américains connus pour leur look coloré aux accents vintage, dignes héritiers des Beach Boys et des Beatles, passeront sur la scène industrie dimanche en fin d’après-midi. Rock en Seine fera aussi la part belle aux découvertes françaises : parmi celles-ci, on note le son punk riche et sombre de Frustration, le garage rock séduisant de Mnnqns, ou encore la prometteuse fratrie strasbourgeoise Elements 4, à mi-chemin entre rock, pop et électro.

Her continue ses concerts en hommage à Simon Carpentier

Côté pop, on retrouvera les envolées joyeuses et colorées de Grouplove et des français de Thérapie Taxi, sans oublier les mélodies électro aux accents de musique du monde des Nantais d’Inüit. Le passage de Her, prévu samedi soir, sera empreint d’une forte émotion, quelques jours seulement après la mort du cofondateur du duo, Simon Carpentier, qui souffrait d’un cancer depuis plusieurs années. Les concerts du groupe ont été maintenus en hommage au musicien, décédé à l’âge de 27 ans, dimanche 13 août.
L’Australien Flume, nouveau DJ préféré de la scène électro internationale, fait lui aussi partie des têtes d’affiches. Le reste de la programmation "électro" est largement occupé par des artistes français, de l’electro chic de The Shoes aux sonorités rêveuses et vagabondes de Fakear, en passant par le son posé de FKJ et Arnaud Rebotini, figure de la fameuse "French touch".

Un anniversaire spécial

Le hip hop sera lui aussi bien représenté avec, du côté de la West Coast, les latino américains de Cypress Hill, et les revenants de The Pharcyde, un groupe dans le circuit depuis 25 ans. Côté jeunesse, on a le Californien Vince Staples, maître prometteur du hip hop aux sonorités électro, mais aussi les Français Columbine, aux textes ciselés évoquant l’adolescence. La Belgique s’imposera en force avec les jeunes de Roméo Elvis, accompagnés du beatmaker Le Motel, et Caballero & Jeanjass, qui se produiront sur la scène du Bosquet. Et pour ceux qui veulent se déchaîner, il reste les rebelles britanniques de Sleaford Mods, synthèse entre hip hop et punk rock, prévus samedi soir sur la scène du Bosquet.
Une édition riche, donc, pout fêter le quinzième anniversaire du festival. L'occasion de quelques bonus : ainsi, plusieurs performances de street art retraçant les quinze éditions du festival seront réalisées en direct, pendant les trois jours de festivités. Une expo photo dévoilera également de nombreux portraits du Studio Harcourt, installé dans les loges du festival depuis six ans. Enfin, pour célébrer le passage à l'adolescence de ce grand rendez-vous musical, un nouvel espace à destination des ados, le Summer Camp, leur proposera de nombreuses animations musicales.

Les équipes de Culturebox seront à nouveau sur place cette année pour vous faire vivre en direct le festival avec des compte-rendus de concerts, des interviews et de nombreuses captations Live.