Mac DeMarco débarque en France avec de délicates mélodies échevelées

Par @OlivierFlandin
Mis à jour le 21/08/2014 à 11H32, publié le 14/08/2014 à 10H53
Mac DeMarco, découverte enthousiasmante de la scène indépendante de Montréal 

Mac DeMarco, découverte enthousiasmante de la scène indépendante de Montréal 

© Danny Cohen

Phénomène récent et très prometteur du rock indépendant, Mac DeMarco retrouve la France pour trois concerts, à la Route du Rock de Saint-Malo (le 16 août) à Rock-en-Seine (le 22) puis le 27 novembre à l’Epicerie Moderne de Feyzin (Lyon)

Il y a moins de  trois ans, le label Captured Tracks de Brooklyn repérait les premiers morceaux bricolés d’un drôle de jeune homme inventif et attachant. Depuis tout est allé très vite pour Mac DeMarco qui présente sur scène les chansons de son 3e album "salad days".

Une affaire de style

Aux premières notes, la tentation est forte de plaquer sur le garçon d’évidentes influences et proximités artistiques (Lou Reed, Jonathan Richman, Baxter Dury..) mais très vite, l’oreille rapidement séduite devine une vraie personnalité, musicale et humaine. Il y a d’abord cette incroyable guitare, avec un vibrato à rendre malade dans les virages, qui donne une séduisante note de surf music à cette pop tendre et malicieuse.

Canadien, Mac DeMarco se partage aujourd'hui entre New-York et Montréal  et commence à passer, dans la presse et chez les programmateurs, du statut de découverte  hype à celui d’artiste attendu, notamment par tous ceux qui ont eu la chance de le voir sur scène lors de ses deux passages parisiens remarqués courant 2013, à La Maroquinerie puis au festival Pitchfork .
Concert de Mac DeMarco au Pitchfork festival à Paris en 2013
Le jeune homme semble prendre un malin plaisir à ne pas soigner son image, dilettante, un peu crade et  résolument déjantée. C’est avec une guitare à 30 dollars canadiens qu’il a réalisé ses premiers enregistrements. Un improbable instrument qui l’accompagne encore, et dont l'exotique sonorité renforce le charme de son style échevelé.

Sérieusement déjanté

Une certitude, MacDeMarco sait jouer avec les contrastes et les contre-pieds. Volontiers blagueur, avec une canette de bière tiède et une vielle clope au bec, le garçon et ses compagnons de scène sont adeptes de mauvaises blagues. Ils adorent  aussi massacrer en concert quelques reprises de Metallica,  de Clapton ou de Police. Mais dès que le public commence à rire, la reprise en main s’opère instantanément grâce à l’une ou l’autre de ses jolies mélodies, subtiles et langoureuses, et parfois un peu plus rock.

Mac DeMarco joue le vendredi  22 août à Rock en Seine , à 20h55 sur la scène de l'Industrie
Une autre date est prévue le 27 novembre à L’Epicerie Moderne de Feyzin (Lyon)
 
Découvrez Mac DeMarco en quelques vidéos

Le Clip de "Ode to Viceroy" du nom des cigarettes  "les moins chères et les plus dégueulasses au Canada " avec une image outrageusement salie, façon VHS oubliée dans le grenier depuis 1985.
Le Clip de "Ode to Viceroy"
Version calme et sérieux pour  "Cooking Up Something Good" en live acoustique à Paris, mais toujours la cigarette aux lèvres.
Live acoustique de "Cooking Up Something Good"
Un clip de son premier groupe Makeout videotape  où l’art du Do It Yourself est poussé à l’extrême dans la manière de faire un pied de micro avec un manche à balais.
"only you" de Makeout videotape, le premier groupe de Mac DeMarco
Un documentaire (en anglais) sur l’univers et le travail de Mac DeMarco
"Pepperoni Playboy" le documentaire de Jon Leone sur Mac DeMarco