Jake Bugg à Rock en Seine, le jeune prodige anglais joue dans la cour des grands

Par @OlivierFlandin
Mis à jour le 21/08/2014 à 11H25, publié le 20/08/2014 à 14H55
Jake Bugg, nouveau jeune prodige de la scène brit pop

Jake Bugg, nouveau jeune prodige de la scène brit pop

© PHOTOSHOT/MAXPPP

20 ans et déjà plus de 500 000 albums vendus. Jake Bugg, phénomène pop folk en Grande-Bretagne enchaîne les tournées depuis la sortie de son deuxième disque. Habitué désormais des grands festivals (même s'il dit les détester), il joue à Rock en Seine le vendredi 22 août. Nous l'avions découvert en concert en décembre dernier au Transbordeur de Villeurbanne.

Le concert commence par la diffusion d’un morceau de Robert Johnson alors que les trois musiciens (il est accompagné d’un bassiste et d'un batteur) entrent sur scène. Mais cette référence aux racines blues (et indirectement aux Stones) n’est qu’un tout petit ingrédient de la recette du succès du jeune garçon ténébreux.

Une voix et une maîtrise impressionnante

Nettement  mise en avant dans son nouvel album, moins « cachée »  sous les effets que sur le premier, la voix est le principal atout de Jake Bugg. Parfois un peu nasillarde à la Dylan, elle peut se faire frimeuse façon Liam Gallagher (Jake est d’ailleurs un chouchou de Noel, l’autre frangin d’Oasis), avec un accent du nord de l’Angleterre qui ne gâche rien, le jeune homme étant originaire d’un quartier modeste de Nottingham  qu’il n’a jamais quitté jusqu’au début de sa carrière fulgurante.
Jake Bugg en concert au festival de GlastonBury (2014)
De solides références

Difficile de parler du style de Jake Bugg qui navigue entre country, brit pop, folk américain, rock et blues. Il cite Donovan et The Smiths tout en reprenant les Everly Brothers sur scène avant d’entonner sobrement l’hymne punk de Neil Young "My My Hey Hey". Mais ce qui peut apparaître comme un manque d’inventivité est aussi une force. Car à 19 ans, une fois posées  toutes les références, forcément envahissantes à cet âge là, l’important est aussi de savoir les réinventer (c'est fait)  avant de trouver de nouvelles voies.

Une envie de carrière

Pour l’anecdote, Jake Bugg raconte avoir eu envie de faire de la musique en découvrant une chanson du chanteur américain Don McLean dans le dessin animé des Simpsons «Je ne sais pas pourquoi elle m’a plu. Du coup, j’en ai écouté d’autres de lui. Avant je n’aimais pas la musique. Un jour, mon oncle m’a donné une guitare, il m’a montré quelques accords et j’ai commencé à répéter. À 14 ans, j’ai écrit mes premières chansons. » Depuis, Jake a décidé de mener sa carrière à sa façon, en préférant l'expérience de la scène aux avances répétées des émissions de téléréalité de son pays.
Jake Bugg raconte dans ses chansons la vie de la classe ouvrière de Nottingham

Jake Bugg raconte dans ses chansons la vie de la classe ouvrière de Nottingham

© Mercury
Un second album surprise…et réussi

Parti à Los Angeles travailler seulement deux nouvelles chansons avec le grand producteur Rick Rubin (Beastie Boys, Aerosmiths, Kanye West, Adele, Mettalica…). Il a finalement enregistré un album entier en quinze jours, ce qui a provoqué un mouvement de panique chez sa maison de disque qui n’avait pas du tout prévu cela ! Mais le disque est à la hauteur des attentes de son public, de 16 à 60 ans ce soir là au Transbordeur. On y retrouve la même fougue maîtrisée du premier album, son sens inné de la mélodie et du refrain, avec une tonalité plus moderne qui ouvre une nouvelle voie au décidément très prometteur nouvel héros de Nottingham.

Shangri La de Jake Bugg - 1 cd Mercury

Jake Bugg joue à Rock en Seine le vendredi 22 août à 18h45 sur la grande scène
Son concert est diffusé en direct sur culturebox