Lana Del Rey : pourquoi on l'attend fébrilement à Rock en Seine

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 04/09/2014 à 21H55, publié le 19/08/2014 à 16H33
Lana Del Rey, attendue fébrilement à Rock en Seine 2014.

Lana Del Rey, attendue fébrilement à Rock en Seine 2014.

© Neil Kurg

Dans la classe des jeunes chanteuses américaines au succès planétaire, Lana Del Rey occupe une place à part. Glamour et vulnérable, semblant charrier un passé trouble et borderline, la jeune diva à la moue boudeuse continue de fasciner. Attendue fébrilement à Rock en Seine, elle y donnera ce soir son premier véritable concert à Paris depuis la sortie le 16 juin de son album "Ultraviolence".

Lana n'est pas qu'une poupée (de son)

En dépit de quelques artifices physiques ostensibles (lèvres gonflées, faux cils, ongles démesurés etc...), Lana Del Rey est une chanteuse moins fabriquée, plus authentiquement habitée que les Lady Gaga, Myley Cyrus et autres Rihanna. Moins provocante mais plus vénéneuse, elle oppose aux refrains agressifs sur-musclés et aux autoroutes FM de ses rivales un style dépressif et sensuel bien plus troublant.
 
Souvent critiquée, comparée à de simples miaulements, sa voix voluptueuse a pourtant gagné en technique au fil du temps, en particulier dans les aigus même s'il lui arrive encore de trébucher. Et quand bien même elle déraillerait, cela nous la rendrait encore plus touchante.
L'art de jeter le trouble et de transmettre beaucoup d'émotion avec peu

De la même façon qu'elle accorde peu d'interviews, Lana Del Rey ne se produit qu'avec parcimonie en concert et reste du coup hautement désirable et nimbée de mystère.

Dans une autre vie et sous d'autres noms, elle a écumé quelques clubs enfumés minables en tant que chanteuse débutante. Mais depuis que le phénomène Lana Del Rey a explosé en 2011, elle a été brutalement exposée dans de grandes arènes et a dû apprendre sur le tas, de façon douloureuse. Aujourd'hui, Elizabeth Grant (son vrai nom) reste une chanteuse timide en public, qui prend rarement plaisir à se produire en concert.
 
De fait, elle n'a rien d'une bête de scène. Lana est loin d'avoir le coffre d'une Adele. Et elle n'est pas non plus une showgirl à la Beyoncé. Son jeu de scène est minimal et aucun artifice tapageur (danseuses, dispositifs lumineux, baudruches etc...) n'est prévu pour pallier cette réserve, cette économie de gestes.
 
Mais l'auteur de "Video Games" a une botte secrète : elle sait faire passer beaucoup d'émotions avec peu de chose. D'abord, ses chansons dépressives et sentimentales sentent le vécu. Ensuite, elle compense ses faiblesses scéniques avec un charme fou, jouant entre soufre et naïveté, allure de vamp et poses sages. Un sourire d'elle, toujours candide sur scène, et on ne peut que fondre.
A quoi s'attendre à Rock en Seine ?

A traquer les dernières vidéos amateur sur youtube, on se rend compte que la belle commence à se détendre. A Carcassonne, le 17 juillet, en short en jean's, débardeur noir et fleur dans les cheveux, elle n'avait jamais parue aussi naturelle, détendue, souriante, presque heureuse d'être sur scène.
 
Si l'on en croit les setlists de ses 5 derniers shows, Lana Del Rey a opté pour le tempo lent et voluptueux de "Born to Die" et de sa "paradise edition" plutôt que pour les éclats rock de son nouvel album "Ultraviolence", avec lequel elle pense peut-être que le public n'est pas encore totalement familiarisé.

La première partie du show est désormais bien rodée et les six premiers titres semblent immuables  : Cola, Body Electric, Blue Jeans, West Coast, Born to Die, Ultraviolence. Ensuite, la playlist se modifie au gré de l'humeur en puisant dans sa courte discographie.

A Carcassonne le 17 juillet, elle a ainsi comblé ses fans en interprétant live pour la première fois "Fucked My Way Up To The Top", extrait de son dernier album. La foule était aux anges. A Rock en Seine, nous gratifiera-t-elle d'une nouveauté ? Nous, on prie pour qu'elle chante "Shades of Cool", jamais joué live à notre connaissance. Si elle arrive à gravir les sommets de pureté et d'émotion de cette chanson sur scène, on ne laissera plus jamais personne douter de sa voix.
 
Lana Del Rey est à Rock en Seine Dimanche 24 août, à 19h45 sur la Grande Scène