Festival Rock en Seine

du 25 au 27 août 2017

Rock en Seine : revivez tous les temps forts du dimanche !

Par @Culturebox
Mis à jour le 25/07/2014 à 15H31, publié le 25/08/2013 à 15H02
System of a Down à Rock en Seine 2013

System of a Down à Rock en Seine 2013

© Clément Martel / Culturebox

Les concerts, les coulisses, les interviews, les dernières informations, la programmation des live exclusifs... La rédaction de Culturebox est installée au Domaine de Saint-Cloud pour vous faire vivre en direct la 3e et dernière journée de l'édition 2013 de Rock-en-Seine.

23h15 La 11e édition s'achève, la pluie a cessé. Rendez-vous en 2014 !

23h05 System of a Down achève son set, alors que les premiers rangs sont lancés dans un gigantesque pogo. "Paris, je t'aime !" hurle Serj Tankian. 

22h15 Tricky, c'est parti ! Ce soir il est très rock, loin des valeurs trip-hop qui ont fait sa réputation, d'humeur électrique et querelleuse. Beaucoup ont du mal retrouver son empreinte... Au troisième titre, le doute se dissipe enfin. Puis, il enchaîne sur un morceau de rock hardcore et invite le public à envahir la scène. A vivre en direct sur Culturebox
 

Tricky fait monter la foule de Rock en Seine


21h45 La machine surpuissante de System of a Down se met en route. Date unique en France pour les Américano-Arméniens et, de fait, énorme événement pour les fans massés devant la grande scène. Démarrage furieux qui ne surprend personne, le public connaît chaque note de "Aerials" (de l'album "Toxicity") et entonne les paroles avec Serj Tankian, les ponctuant de "We love you" ! 

21h30 Show joyeux et débridé de Major Lazer, avec un invité surprise : Stromae, venu chanter son tube "Papaoutai" ! Un des moments marquants de cette 13e édition, le public adore. Stromae ne quitte pas la scene, il danse sur le hit "Pond the floor". Major Lazer fait monter la sauce en multipliant les faux departs de hits et en les mélangeant à des tubes reggae, rock ou carribèens. Ca fonctionne a plein, la foule fait des bonds.


20h20 Côté décibels, ce sont les Italilens de The Bloody Beetroots live qui décrochent le titre... Ambiance de rave punkoïde mâtinée de foire du Trône, on ne lésine pas sur les basses. Les musiciens portent le masque de Venom, l'ennemi juré de Batman dans les comics américains. Etrange... 

19h30 Skip the Use, qui nous a confié que son prochain album "sera encore plus rock", récolte le plus gros succès populaire de l'après-midi. Les milliers de spectateurs massés devant la scène de l'Industrie sautent au même rythme que Mat Bastard, en forme olympique. Le chanteur du groupe lillois dédie une des chansons "à la feuille d'impôt de Jérôme Cahuzac". 

19h00 Pas de parquet pour les festivaliers scène de la Pression Live. Pendant le concert des punk-rockers Américains de Parquet Courts, que nous avons rencontrés juste avant, c'est dans la boue que le pogo se lance ! "On aime votre vin", explique l'un de ces jeunes New-Yorkais d'adoption, et le mot "ménage à trois" ! Eux sont quatre sur scène, jouent avec fougue leur premier album "Light Up Gold", et ont l'air de bien s'amuser.

Parquet Courts à Rock en Seine 2013 

Parquet Courts à Rock en Seine 2013 

© Clément Martel / Culturebox


18h30 Record battu ! François Missonnier, le fondateur et directeur de Rock en Seine, dresse un premier bilan de l’édition 2013. En terme de fréquentation, d’abord, le record est tombé ! "Les samedi et dimanche étaient déjà complets, avec 40 000 places/jour. Il restait l’inconnue du vendredi… 38 000 billets ont été vendus. Soit un total de 118 000 pour les trois jours, sur 120 000 possibles. C’est une excellente nouvelle". Dans un contexte économique délicat, avec le retrait tardif du département des Hauts de Seine (265 000 euros de subvention), le budget était très serré. Un succès public mitigé aurait pu être lourd de conséquences. "Je peux vous annoncer qu’il y aura un Rock en Seine 2014", se réjouit François Missonnier.
Et pas question de déménager, malgré le désengagement départemental : "On est bien ici, tout simplement. Même si poser des scènes de rock sur des jardins dessinés par Le Nôtre est toujours un peu délicat !". 

Conférence de presse de François Missonnier

Conférence de presse de François Missonnier

© PY Grenu


17h50 Un jour après leur très énergique concert sur la scène de l'industrie, les rockers bordelais de JC Satàn se sont confiés à Culturebox. Leur concert ? "Un très bon show, sur une scène où ils ont pu jouer serrés les uns aux autres", comme dans les caves de leurs débuts. Jouer en live ? La quintessence de la musique, où le groupe tient par dessus tout à ne "pas faire la même chose que sur leur album", quitte à que tout ne soit pas parfait. Portrait à venir de ces Bordelais sympathiques et allumés. Et explication de leur nom énigmatique...

17h45 Après le set très pêchu des Computers, le 2e live Culturebox de l'après-midi vient de démarrer : The Eels. Tous habillés d'identiques survêtements bleus de la marque aux trois bandes.... Etonnant ! 

The EELS à Rock en Seine



16h05 Attablée devant une assiette d'huitres, la jeune Lianne La Havas nous reçoit. Jouer sous la pluie ? "Ce n'est pas grave", explique cette Londonienne, "j'ai eu un tel beau temps lors de mes concerts cet été qu'il fallait bien que ça tourne un jour". Elle ajoute que du coup, elle admirera encore plus le public qui se déplacera pour assister à son concert, à 20h15 sur la scène de l'Industrie. Interview complète à venir.

15h50 Sur la scène de la Cascade, le groupe floridien Surfer Blood tente de réchauffer les corps et les esprits avec leur rock enthousiaste. Mission difficile à remplir pour ces quatre jeunes hommes, tant le temps et l'heure incitent à rester tranquilles. 

Surfer Blood à Rock en Seine 2013

Surfer Blood à Rock en Seine 2013

© Clément Martel / Culturebox


15h45 Un peu plus de trois heures avant leur concert, on croise Mat Bastard et Yan Stefani, chanteur et guitariste de Skip the Use, attablés au restaurant de l'Espace VIP. La pluie ? "Pas un problème" rigole Mat. "On vient du Nord Pas de Calais, on te rappelle". Le groupe enchaîne tous les grands festivals depuis deux ans. "Il nous manque juste les Vieilles Charrues". Interview complète ici...

15h30 On se promène devant une grande Scène au public très clairsemé. "J'aime bien l'ambiance parka et parapluie" s'amuse un spectateur. "Bienvenue à Rock en... boue !" scande un autre. 

15h05 Encore des LIVE aujourd'hui sur Culturebox : pas moins de trois concerts : The Computers pour débuter, à 16h05, Eels (17h45) et enfin Tricky (22h15).

Tricky

Tricky

© RICHARD POHLE/THE TIMES/SIPA


14h55 La pluie au rendez-vous de cette dernière journée. Arrosée toute la nuit, l'immense pelouse de Saint-Cloud est boueuse. Les ponchos, les Kway voire les sacs poubelles ont remplacé les tenues légères de vendredi. En 48 heures, les festivaliers ont perdu 15°. Certains campeurs, éreintés, commencent à plier bagages. Dommage, car cette ultime journée propose une affiche variée et gourmande.

Le programme : 

Grande Scène
21h45 System Of A Down
19h45 The Bloody Beetroots Live
17h45 Eels
16h05 The Computers
14h30 Temples

Scène de la Cascade
20h45 Major Lazer
18h45 Skip The Use
16h55 Mac Miller
15h15 Surfer Blood

Scène de l’Industrie
22h05 V V Brown
19h50 Lianne La Havas
17h50 Is Tropical
16h10 Wall Of Death
14h30 St. Lo

Scène Pression Live
22h15 Tricky
20h45 Chvrches
18h45 Parquet Courts
16h55 Ms Mr
15h15 Polica