Coup de coeur pour We Are Match et sa pop complexe, dimanche à Rock en Seine

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Publié le 26/08/2015 à 17H46
We Are Match avec de gauche à droite : Jim, Paco, Simon, Gwenael et Aurélien.

We Are Match avec de gauche à droite : Jim, Paco, Simon, Gwenael et Aurélien.

© Vladimir Besson

Après 18 mois passés en studio au cœur d'une forêt près de Paris, cinq jeunes perfectionnistes du son s'apprêtent à sortir un admirable premier album de pop complexe, l'étourdissant "Shores". A Rock en Seine, We Are Match est attendu dimanche sur la modeste Scène de l'Industrie mais on est sûrs de voir bientôt ce groupe français ambitieux grimper sur les plus grandes scènes sous les hourras.

Déjà bardé de médailles en chocolat (Inrocks Lab 2013, lauréats du FAIR 2015 etc), le quintet s’est fait repérer il y a deux ans avec un remarquable premier EP enregistré en 5 jours, "Relizane", d'où émergeait la délicate mélancolie de "Violet".

Enthousiasmée par un de leurs premiers concerts fin 2013, on attendait la suite avec impatience. Elle arrive le 25 septembre sous la forme d'un premier album passionnant qui promet d'enchanter notre automne.

Un album rigoureux et sensible

Dans ce missile baptisé "Shores", ils ont beaucoup mis. Cet album est plein comme un œuf – de climats, de trouvailles, de merveilleuses harmonies vocales, de captivantes polyrythmies, de dynamiques lignes de basse, d’accidents heureux et de samples curieux. Les compositions équilibristes, dont les mélodies sont toujours consciencieusement dévoyées, sorties des rails où elles pourraient sagement rester, restent rebelles à toute classification, comme le disque.

We Are Match est profondément singulier, mais on pense néanmoins à Alt-J pour la rigueur et la retenue couplées à une grande sensibilité, mais aussi pour la voix principale, celle de Paco. Comme le groupe de Leeds, leur musique est à la fois organique et synthétique et se prête autant à la danse qu'à une écoute plus cérébrale. On songe aussi à Breton sur les deux titres les plus sombres, "Speaking Machines" et "Old Chimneys", à deux doigts du math-rock.

Enregistré dans leur repaire au coeur d'une forêt

Pour composer cette cathédrale sonore, les cinq copains de presque toujours ont pris leur temps. Ils sont allés s'isoler pendant un an et demi dans une maison en forêt au sud de la capitale. Là, loin des mondanités parisiennes, ils ont vécu ensemble, échangé et débattu du matin au soir. Ils ont surtout bâti sur place leur studio idéal, y rassemblant leurs instruments favoris, dont quelques synthés hors d'âge et des instruments jouets. Dans ce refuge à l'abri du monde ils ont pu donner libre cours à leur créativité au gré de leurs humeurs et de leur fantaisie.

S'ils citent Damon Albarn, Tinariwen, François & the Atlas Mountains et "des artistes égyptiens" parmi leurs influences, les cinq complices se définissent avant tout comme de "vrais, vrais, vrais passionnés de musique ! Depuis qu'on est ados on collectionne les disques et tout nous influence."

Hors musique aussi, beaucoup. "Les livres - on lit énormément -, le cinéma, la BD et les jeux vidéo : tout ce qui peut provoquer un peu d’imagination nous passionne. On se fabrique au fur et à mesure un socle d'influences communes parce qu’on se fait découvrir les choses les uns les autres en permanence dans différents domaines."

Un groupe démocratique qui ringardise l'idée de rôles prédéfinis

Cette circulation interne permanente et ce partage fertile font déjà de We Are Match plus qu'un groupe, plus qu'un collectif : il s'agit d'une véritable entité plus forte que la somme de ses parties. A les en croire, cette formation est surtout une démocratie exemplaire comme on aimerait en voir à l’œuvre plus souvent (et pas que dans la musique).

Imaginez : personne au sein du groupe n’a de rôle prédéfini, coulé dans le bronze, tel que chanteur, guitariste ou batteur. Chez eux, tout le monde chante, tout le monde compose, tout le monde écrit, tout le monde produit et chacun met sans complexe ses idées, même les plus saugrenues, sur la table, en débat, toujours, tout le temps.

En Osmose

"Vu qu’on est tous des passionnés, on a appris à jouer un peu de tous les instruments et on participe tous au chant. Même s’il y a un chanteur principal, ce n’est pas forcément à lui de trouver la ligne de chant. Idem pour la guitare. On est très démocrates parce qu’on considère avant tout que même si quelqu’un joue mieux de la guitare qu’un autre, ce n’est pas forcément lui qui aura la meilleure idée."

Cela paraît vraiment fou mais cette osmose les conduit aussi à écrire les paroles collectivement. "On aime avoir des thèmes communs, des thèmes qui nous touchent profondément afin que chacun ait la possibilité de chanter. Parce que si on est amenés à chanter et qu’on n’a pas, ne serait-ce qu’une émotion, ce serait mentir. Alors on réfléchit aux thèmes tous ensemble. Ca occasionne des discussions délirantes parfois. A 3h du matin on se retrouve à parler de légendes grecques en studio. En discutant, beaucoup d’idées nous viennent, des thèmes émergent, on les façonne ensemble, voilà comment on fonctionne."

Démangés par la scène

Le studio et les délires sonores c'est bien, à condition d'en sortir : aujourd'hui, à quelques semaines de la sortie de son premier album, We Are Match a surtout hâte d'en découdre sur scène. Car Gwen, Aurélien, Simon, Jim et Paco, 25 ans d'âge moyen, impressionnent aussi en concert. En live, il s'agit d'un groupe soudé, à la fois fragile et puissant, hyper concentré, au service de chansons sinueuses qu'on imagine ardues à transposer.

"Quand on pense à de grosses échéances comme Rock en Seine on a une petite montée d'adrénaline", reconnaissent-ils. "Mais on a hâte d'en découdre et de partager la musique avec les gens car faire de la scène a toujours été le but de notre groupe."

A Rock en Seine, ils iront voir "Tame Impala déjà. Et puis Alt-J et les Chemical Brothers. Offspring aussi, parce qu'on les écoutait à fond dans nos chambres quand on avait dix ans. On ira également voir Balthazar et Last Train, un groupe français qui passe juste après nous et qui fait du bon rock'n'roll." Fraternels avec ça.

We Are Match est concert à Rock en Seine, Dimanche 30 août – 14h30 - Scène de l'Industrie
Le concert est à suivre en direct et en replay sur Culturebox