"Casseurs flowters" : steak d'autruche VS mamie Janine

Par @Culturebox
Mis à jour le 25/08/2016 à 12H14, publié le 25/08/2016 à 10H14
OrelSan et Gringe devraient reprendre leur carrière solo pour un temps

OrelSan et Gringe devraient reprendre leur carrière solo pour un temps

© BALTEL/SIPA

Après un deuxième album, un film ("Comment c'est loin") et leur série "Bloqués", OrelSan et Gringe, referment samedi la parenthèse des "Casseurs Flowters" sur la scène de Rock en Seine. L'occasion de revenir sur cinq infos complètement improbables qui se cachent dans les coulisses du duo barré du rap français.

Skateshop et steak d'autruche

2000. A l'heure où Facebook n'existe pas encore, le bouche à oreilles fait, comme souvent, bien les choses. Aurélien Cotentin (futur OrelSan), fils de directeur de collège et amateur de basket, entend parler d'un type qui, comme lui, vit à Caen et rappe plutôt pas mal. Le jeune garçon de dix-huit ans se rend alors au skateshop où Guillaume Tranchant (Gringe) fait un stage de fin d'études.
 
La rencontre des futurs Casseurs se fait au milieu des planches à roulettes et des t-shirts trop grands. Détail dont se souvient d'ailleurs bien Gringe : la tenue vestimentaire que portait son futur compère ce jour-là : un ensemble militaire cambodgien improbable. Un déjeuner dans un restaurant mexicain plus tard (OrelSan y aurait pris un steak d'autruche au jus de cactus), les deux jeunes décident d'acheter un micro et de montrer un groupe.

O.R.E.L et Gringo

En 2001, les deux amis sortent une première mixtape intitulée "Fantasy : Episode 1", forte de neuf titres. C'est la période O.R.E.L et Gringo. Ce n'est que plus tard que le nom de "Casseurs Flowters" s'impose. Il faut y voir un hommage aux personnages du film de Chris Columbus, "Maman, j'ai raté l'avion" (1990). Les "Casseurs flotteurs" ("Wet Bandits" dans la version originale) forment un duo de braqueurs dont la spécialité est d'inonder les maisons qu'ils cambriolent en laissant les robinets ouverts. Chez Orelsan et Gringe, c'est plutôt la passion du rap qui coule de source. 

Gringe participe à "Ils sont cools", 5e single de l'album solo d'OrelSan "Le chant des sirènes" (2012)

Amnésie à la SACEM

OrelSan a par ailleurs choisi son nom d'artiste après avoir constaté que "Orel" avait déjà été déposé à la SACEM (Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de Musique) par quelqu'un d'autre. Il lui faudra plusieurs années avant de se rendre compte que la personne en question n'était autre que lui-même. Déjà à l'ouest Orelsan? 

La passion pour Michel Blanc et Sambou Yatabaré

Dans "Comment c'est loin" (2015), OrelSan - qui réalise cette comédie avec Christophe Offenstein - s'inspire du parcours vécu au côté de Gringe pour raconter l'histoire d'une amitié immature entre deux rappeurs un peu inutiles, évoluant dans un monde où tout doit être rentabilisé. Les "Casseurs" jouent par ailleurs leur propre rôle. En avril dernier, OrelSan a expliqué sur le plateau de Laurent Ruquier (à partir de 3'35) qu'il s'était inspiré de "Marche à l'ombre", long-métrage sorti en 1984 et dirigé par Michel Blanc. Séduit par le scénario de "Comment c'est loin", ce dernier a failli jouer dans le film. Il a fini par convaincre Gringe et OrelSan de ne pas chercher à prendre des acteurs connus pour le bien de l'histoire.

Admirateur de Jean-Claude Dusse, ça se comprend. Mais avec ces deux-là, on n'est jamais à l'abri de nouvelles surprises. Dans une interview accordée au magazine So Foot en 2011, Orelsan, qui avoue volontiers ne pas être un expert du football, déclare avoir "toujours bien aimé Yatabaré, personnellement". Sambou Yatabaré, joueur de 27 ans du Werder Brême, est passé par la SM Caen de 2007 à 2011. OrelSan précise que ce qu'il apprécie chez le joueur souvent croisé près du stade Malherbe, c'est "sa nonchalance de ouf". Quand les grands esprits se rencontrent.

Casseurs feat mamie Janine

Dans la chanson "J'essaye, j'essaye", présente dans la BO de "Comment c'est loin", la rappeuse qui scande le refrain ("J'essaye, j'essaye, de faire de mon mieux / Et je m'ennuie quand tout devient sérieux / En partant je leur dis droit sans les yeux / J'aurais dû faire un peu mieux") n'est autre que Janine, la mamie d'OrelSan. A noter : sa voix est modifiée par l'auto-tune. Le clip en noir et blanc réserve de jolis moments de complicité entre Janine et son petit-fils.