À peine sortis de l'adolescence, les gamins de Chicago présentent "Disgraceland", un deuxième album so garage et noisy.

Le rock peut-il, après plus de cinquante ans de remue-méninges, demeurer un espace de défoulement subversif et foutraque pour une jeunesse qui ne passe pas ? Grâce à The Orwells, jeunes cousins des Black Lips, trois fois oui.

Fouteurs de souk lorsqu’ils ont été invités dans le primordial talk-show américain de David Letterman, satanés branleurs quand ils se sont publiquement foutus des Arctic Monkeys, qui les avaient invités en première partie de leur tournée nord-américaine, les quatre gamins de l’Illinois et les tubes à réaction crasses, remuants et drôles de leur deuxième album "Disgraceland" accompagnent une excitante certitude : celle de concerts aussi incendiaires que jouissifs.

Distribution

  • Date 14 novembre 2014
  • Durée 30min
  • Production Neutra Production
A lire aussi