Royal Blood : découvrez la nouvelle bombe du rock anglais

Mis à jour le 07/10/2015 à 14H48, publié le 19/09/2014 à 17H44
Royal Blood , c'est Mike Kerr (basse, chant) et Ben Thatcher (batterie).

Royal Blood , c'est Mike Kerr (basse, chant) et Ben Thatcher (batterie).

© Warner

Quel est ce groupe de "sang royal" en train de tourner au phénomène outre-Manche ? Mike Kerr et Ben Thatcher sont Royal Blood à eux deux, mais ils font du bruit pour quatre. Leur rock incendiaire au son surpuissant a une particularité de taille : il se passe de guitare. Elle est remplacée chez eux par une basse extraordinaire dopée aux effets, qui n'a pas encore livré tous ses secrets.

Une ascension en flèche

Tout est allé très vite pour Royal Blood. Amis depuis l'adolescence, Mike Kerr (basse, chant) et Ben Thatcher (batterie), aujourd'hui basés à Brighton, ont usé leur énergie dans plusieurs formations sans lendemains avant que tout ne se décide sur un coup de tête, fin 2012. De retour d'un séjour de neuf mois en Australie, Mike propose à Ben de jouer ensemble. Six mois plus tard, en juillet 2013, le batteur des Arctic Monkeys (avec lesquels ils partagent le même manager aujourd'hui) arbore un T-shirt à leur nom au concert de Glastonbury.
 
Mi-novembre 2013, sort leur premier single, "Out of the black". Un son énorme et primitif doublé d'un chant d'homme blessé furibard à la Jack White ruant dans les brancards : il n'en faut pas plus pour attirer sérieusement l'attention. Un second single, l'orageux "Little Monster", dans lequel Mike Kerr montre cette fois une facette vocale aussi charmeuse qu'éruptive, achève de convaincre en février 2014 qu'il y a là plus qu'un heureux hasard.
Salués par Jimmy Page

Cet été, à la veille de la sortie de leur premier album paru il y a quelques jours, Royal Blood a écumé les festival britanniques, de Glastonbury à Reading et fait forte impression également à Rock en Seine. A New York au mois de mai, c'est leur Dieu en personne, Jimmy Page, guitariste de Led Zeppelin, qui était venu les saluer dans leur loge après leur concert au Mercury Lounge.

Une ascension fulgurante pour ces nouveaux petits princes du rock britannique qui pourrait être couronnée fin octobre du prestigieux Mercury Prize où ils figurent dans la short-list des nominés.
L'art de se passer de guitare

Depuis les White Stripes, les duos du rock se bousculent, des Black Keys à Blood Red Shoes, Death From Above 1979 ou Drenge. Mais aucun n'avait osé avant eux se passer carrément de guitare ! D'ailleurs il faut souvent se pincer pour y croire – essayez "Figure it out" pour voir.
 
Pourtant, inutile de chercher une six-cordes derrière ce mur du son, ni sur scène ni même en studio. Mike Kerr, chanteur et bassiste de Royal Blood, joue effectivement de sa basse comme d'une guitare. Mais ce pianiste de formation le jure : il n'y a aucun son de guitare sur leur premier album ni sur scène, caché derrière un rideau ou en piste additionnelle.
Les petits secrets de Mike Kerr
 
La botte secrète de ce fan "obsessionnel" de Queens of the Stone Age, Led Zeppelin et Dave Grohl (Nirvana, Foo Fighters, Them Crooked Vultures) est le fruit de centaines d'heures à expérimenter dans le but de faire sonner son instrument de la façon la plus énorme possible. Jusqu'à obtenir un son de basse singulier, qui lui est propre. Une "arme" revendiquée, qui lui a permis de créer Royal Blood, dit-il, et sur laquelle il refuse de trop s'étendre.
 
Tout juste sait-on qu'il branche sa basse sur trois à cinq amplis réglés chacun de façon différente. "J'utilise trois amplis, tous Fender, en ce moment", dit-il à Boon Magazine. "J'utilise deux Super-Sonics, qui sont des amplis de guitare, et un 8X10 Bassman. Ma basse est une Gretch Electomatic Jr. Tout ce qu'il y a au milieu est entièrement secret mais c'est à peu près tout ce que j'utilise." Avec quelques pédales d'effets en supplément.
 
"Nous ne faisons rien en studio que nous ne pourrions faire live", martèle-t-il. Ce qui explique sans doute l'effet ravageur de leurs hymnes inflammables en concert. Ca tombe bien, ils seront en France pour une poignée de dates cet automne. Et forcément, ça va saigner.
Royal Blood est en concert le 14 novembre à Rouen, le 15 novembre à Tourcoing et le 16 novembre à La Cigale (Paris) dans le cadre du festival des Inrocks.

Album Royal Blood par Royal Blood (Warner)