Inrocks Festival 2014 : tout ce qu'on va adorer cette année

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 07/10/2015 à 16H31, publié le 08/11/2014 à 14H26
Guillaume Brière et Benjamin Lebeau de The Shoes, très attendus au festival des Inrocks 2014.

Guillaume Brière et Benjamin Lebeau de The Shoes, très attendus au festival des Inrocks 2014.

© Romain B.James

Programme copieux pour le festival des Inrocks 2014 qui se tient du 11 au 18 novembre à Paris et en régions. Damon Albarn, Lykke Li, Brodinski, Baxter Dury en sont les têtes d'affiche, mais les plus attendus sont les Écossais Jesus & Mary Chain, venus fêter les 30 ans de leur premier album, et les Rémois The Shoes, cueillis au sortir du studio. Tour d'horizon avec le programmateur JD Beauvallet.

Coup d'envoi du festival... à la Scala de Londres !

Outre les six jours de concerts dans plusieurs salles de la capitale (Cigale et Boule Noire mais aussi Casino de Paris) et la caravane qui mènera certains groupes dans six villes en régions, les Inrocks mettent cette fois le pied hors de France avec une date en Angleterre le jour même du coup d'envoi du festival à Paris le 11 novembre.

Une soirée à la prestigieuse Scala de Londres, qui ressemble autant à un petit caprice de programmateur qu'à un pied mis dans la porte pour ouvrir la Perfide Albion au flot de groupes enthousiasmants que l'hebdomadaire a encore ramené cette année des quatre coins de France dans son filet Inrocks Lab.
 
"Pour nous, c'était un fantasme depuis toujours de faire une soirée à Londres", explique Jean-Daniel Beauvallet, rédacteur en chef musique des Inrocks et co-programmateur du festival. "Comme le Tour de France a débuté cette année à Londres, on s'est dit, allez, nous aussi on commence le festival à Londres le 11 novembre. Depuis des années, on fait jouer des groupes anglo-saxons devant un public français et là on fait l'inverse, on fait jouer trois groupes français  - François & The Atlas Mountains, Isaac Delusion et Petit Fantôme - devant un public anglo-saxon."
Brodinski "Let The Beat Control Your Body"
Soirées clubbing pour un "festival-bis de nuit"
 

Mais la plus grosse nouveauté de cette édition réside dans les trois soirées électroniques programmées carrément au Showcase, l'un des gros nightclubs de la capitale. "Nous avons toujours trouvé frustrant les soirées à Paris qui se terminent à 23 heures", explique Jean-Daniel Beauvallet.

"Jusqu'ici, nous faisions de petits after-shows à droite à gauche. L'an passé, Gesaffelstein au Yoyo (la boîte sous le Palais de Tokyo) a servi de test. Or, notre lectorat nous a suivi.  Du coup, cette fois, nous avons décidé de monter quasiment un festival bis de nuit avec des têtes d'affiche électroniques."
 
Parmi ces têtes d'affiche, Cassius (samedi 15 novembre au Showcase) et Brodinski (jeudi 13 novembre au Showcase), qui sortent à peine de studio où ils ont concocté chacun des albums très attendus promis pour l'an prochain. "Après avoir passé des mois à travailler sur leurs albums, je crois qu'ils auront vraiment envie de faire la fête", assure Jean-Daniel Beauvallet. 

Livreront-ils forcément des extraits de leurs derniers enregistrements à cette occasion ? "Je pense qu'il ne résisteront pas à la tentation. Il suffit de passer quelques secondes en studio avec Cassius pour se rendre compte à quel point ils sont excités par leurs nouveaux morceaux." Quant à Brodinski, "on ne sait pas à quelle sauce on va être mangés. Il revient des États-Unis où il a enregistré avec des rappeurs d'Atlanta et des invités sont à prévoir."
Une Roller-Disco night à Lyon
 
Alors que des soirées électroniques sont également prévues à Strasbourg et Toulouse, dans un cadre plus traditionnel de concerts (La Laiterie et le Bikini), Lyon se démarque avec une alléchante nuit au Sucre, la boîte de nuit ouverte l'an dernier. Baptisée Roller Disco Night, il s'agit d'une soirée comme il en existait dans les années 80 à La Main Jaune et son immense piste de rollers et en plus petit format au sous-sol du Palace : vous venez danser en rollers sur un mix disco concocté cette fois par Maurice Fulton. Ça promet.
The Shoes et The Jesus & Mary Chain très attendus à la Cigale

Électros mais plus pop, The Shoes sont attendus quant à eux avec ferveur sur les planches de la Cigale (jeudi 13 novembre) pour leur premier live depuis longtemps. Ces piliers de la scène rémoise proches de Woodkid sortent de plusieurs semaines de studio et joueront "en exclusivité des titres de leur nouvel album", prévu pour l'an prochain. "On sait que ce ne sera pas un concert de routine", insiste JD Beauvallet, "car ils l'ont monté exprès pour le festival. Mais on ne sait ni avec qui ni comment. C'est très excitant."

Autre point fort de la programmation 2014 : le retour des Écossais Jesus & Mary Chain. Ces fers de lance du shoegaze à la fin des années 80 viennent jouer (le 16 novembre à La Cigale) leur premier album culte "Psychocandy", qui fêtera ses 30 ans l'an prochain. "Ce concert compte beaucoup pour moi", explique Jean-Daniel Beauvallet, "car cette date s'est montée sur la base de l'amitié et de la fidelité, quelque chose qui se fait rare aujourd'hui dans ce milieu-là. Lorsque les dates de la tournée au Royaume-Uni ont été annoncées, Alan McGee (leur manager historique et directeur artistique de Creation Records) nous a dit : "vous avez été les tout premiers à défendre Jesus & Mary Chain au milieu des années 80, alors je vous accorde la premiière date de leur tournée européenne. Nous sommes très fiers."
Feu! Chatterton, tête de pont des Inrocks Lab

Si les formations françaises se retrouvent principalement dans le volet électronique de la programmation, on note également à l'affiche nos chouchous du rock à texte Feu! Chatterton (samedi 15 à la Cigale). Lauréats du Prix du public et du Prix du jury de l'Inrocks Lab (mais aussi du FAIR) cette année, leur présence annonce peut-être un changement pour les futures affiches de ce festival connu pour sa couleur très anglo-saxonne.

"Pour les sessions Inrocks Lab, on a eu une année fantastique", se félicite Jean-Daniel Beauvallet. "On est descendus partout en France, ça a été un recrutement digne de l'Armée de terre ! (rires). "On a écouté d'abord énormément de choses car des milliers de groupes se sont inscrits. On a en a vu ensuite des dizaines et des dizaines un peu partout et on a donc eu une idée assez juste de ce qui se passe en France."
"C'est assez excitant car ça se barre dans tous les sens. Feu! Chatterton étaient un peu en avance;  ils sont plus mûrs, ils ont une réflexion sur la musique et sur le son qui est plus riche que les autres. Le groupe mérite la hype qu'il l'entoure actuellement parce qu'elle n'est pas construite sur du vent, Feu! Chatterton maîtrise son écriture et ils ont une vraie star avec leur chanteur Arthur. Il a le son, la voix, il a la gueule et puis aussi le culot, car il en faut pour aller défendre des chansons comme ça sur scène." Ce n'est pas nous qui dirons le contraire. Ce groupe est un sacré joyau. 

Culturebox retransmet en streaming de nombreux concerts du festival, dont Damon AlbarnMoodoïdGlass AnimalsRoyal BloodPalma VioletsBaxter DuryParquet CourtsThe AcidAsgeir Feu! ChattertonChet Faker et Seinabo Sey

Consultez le programme du festival Inrocks Philips