En concert à Bruxelles, Johnny Hallyday chante "Rester vivant"

Par @Culturebox
Mis à jour le 27/03/2016 à 14H51, publié le 27/03/2016 à 09H12
Hallyday en concert à Bruxelles le 26 mars 2016

Hallyday en concert à Bruxelles le 26 mars 2016

© PATRIK STOLLARZ / AFP

"Rester vivant" : le nom de la tournée de Johnny Hallyday, en concert à Bruxelles samedi, résonne étrangement avec les attentats qui ont frappé la capitale belge. Le concert s'est terminé sur "Quand on n'a que la l'amour" du Belge Jacques Brel. "Je voudrais dédier ce morceau à toutes les victimes des attentats, à tous les Bruxellois et à tous les Belges. Je vous aime", a dit le rockeur français.

Reportage : S. Ricottier / F. Creteur

"Une partie de mon sang est français par ma mère et l'autre belge par mon père", a lancé au début du spectacle le chanteur à son public, qui a entonné en retour des "Johnny, Johnny, Johnny!". 

Malgré les attentats sanglants de mardi (31 morts), des spectateurs ont dit ne pas vouloir "capituler" face à "la barbarie" : à guichet fermé avec près de 12.000 places, tous ont voulu montrer qu'il fallait "rester debout". "Si on doit céder à la panique, on ne va nulle part. Je ne suis pas  inquiète, j'ai confiance en la sécurité et... en Johnny!", s'exclame Lindsey, la trentaine, venue de Charleroi.

Le dernier album de Johnny contient le morceau "Un dimanche de janvier", qui salue la marche républicaine organisée après les attentats de début 2015 à Paris contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher.
Si le chanteur français a maintenu ses deux dates dans la capitale belge, c'est notamment grâce à l'assurance d'un dispositif de sécurité renforcé. Son concert était initialement prévu peu après les attentats parisiens du 13 novembre mais avait dû être annulé car Bruxelles avait alors été placée en alerte maximale face aux menaces d'attentats. "Nous avons triplé les effectifs et bénéficions du renfort de la police et de l'armée. Tout le monde est palpé, ce qui n'est pas forcément le cas d'habitude car la loi belge ne nous y oblige pas", a admis auprès de l'AFP Stefan Feldbusch, coordinateur de la sécurité du Palais 12 où se déroulait le concert.

Le chanteur de 72 ans est apparu sur scène en sortant d'une immense tête de mort, symbole de sa tournée, sous les hurlements de la foule. Vêtu de son habituelle veste en cuir, ses lunettes de soleil et arborant une immense croix au cou, il a enchaîné les tubes sous les crépitements des smartphones. Après "Rester vivant", il a enchaîné "Oh Carole", "Requiem pour un fou", "Quelque chose de Tennessee" ou "Gabrielle", entonné à tue-tête par la foule.

Sa prestation a été retransmise en direct dans plus de 300 cinémas en France, selon le service de presse, une première pour l'interprète d'"Allumer le feu". Une consécration pour Michel, Bruxellois au t-shirt à l'effigie de Johnny, venu "oublier cette terrible semaine". Car pour lui, "quand on vient voir Johnny, on n'a plus peur".