Diaporama 15 photos
Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox

David Bowie par Masayoshi Sukita : 15 clichés commentés par l'auteur

Mis à jour le 11/01/2016 à 17H25, publié le 17/03/2015 à 15H59

La galerie parisienne Stardust exposait en mai 2015 une vingtaine de clichés de David Bowie réalisés par l'un de ses photographes fétiches, le Japonais Masayoshi Sukita. Ce dernier, commentait pour nous 15 de ses photos emblématiques du Thin White Duke. Et nous éclairait ce faisant sur le personnage et sur la fameuse séance dont a été tirée la pochette de "Heroes" en 1977. Emotions.

  • The First Time I Saw You - 1972
    01 /15
    The First Time I Saw You - 1972
    L'une des photos emblématiques de la première séance de Mr Sukita avec Bowie, réalisée à Londres et qui débuta une longue collaboration. 
    © Masayoshi Sukita
  • After Smiling and Waving - 1972
    02 /15
    After Smiling and Waving - 1972
    "Durant la séance, David avait adoré faire cette photo", se souvient le photographe. Tellement qu'il l'avait fait tirer en format poster pour accueillir les spectateurs dans le hall du Rainbow Theatre lors de ses concerts suivants. "J'ai alors compris que quelque chose s'était passé entre nous, qui s'est ensuite poursuivi", dit-il.
    © Masayoshi Sukita
  • I Saw You Again At The Rainbow Theatre - 1972
    03 /15
    I Saw You Again At The Rainbow Theatre - 1972
    La seconde séance photo de Mr Sukita avec Bowie se déroula dans les backstages du Rainbow Theatre, et scella définitivement leur collaboration.
    © Masayoshi Sukita
  • Watch That Man II - 1973
    04 /15
    Watch That Man II - 1973
    Les tenues du couturier Kansai Yamamoto "étaient merveilleuses", se souvient Masayoshi Sukita. "Avant de photographier David Bowie, j'avais travaillé dans la mode. Au Japon il y avait alors deux sortes de photographes de mode : ceux qui faisaient la femme et ceux qui faisaient l'homme. Je m'étais retrouvé chez l'homme car la femme était un domaine engorgé. Cela m'a beaucoup servi dans mon travail avec Bowie."
    © Masayoshi Sukita
  • Watch That Man - 1973
    05 /15
    Watch That Man - 1973
    Ces photos sont une "collaboration" entre Bowie et moi, insiste Masayoshi Sukita.
    © Masayoshi Sukita
  • He'd Blow Your Mind
    06 /15
    He'd Blow Your Mind
    "Ma façon de photographier Bowie a toujours été le fruit d'un échange d'énergie entre nous. Un choc des esprits. Au niveau créativité, nous nous nourrissions mutuellement."
    © Masayoshi Sukita
  • Keep Your Lectric Eye - 1973
    07 /15
    Keep Your Lectric Eye - 1973
    "Bowie, qui a travaillé avec le mime Lindsay Kemp, jouait ses personnages", souligne Mr Sukita. "Dès que je braquais l'appareil sur lui, il trouvait toujours des poses intéressantes."
    © Masayoshi Sukita
  • As I Asked You To Focused On - 1973
    08 /15
    As I Asked You To Focused On - 1973
    "C'est en cela que Bowie est incroyable : il a l'esprit fashion mais il ne dépend ni de la mode ni de ses vêtements, et il n'hésite pas à se mettre à nu", souligne Masayoshi Sukita.
    © Masayoshi Sukita
  • Starman - 1973
    09 /15
    Starman - 1973
    Encore une tenue de Yamamoto. Que fait-il juché sur ces chaussures de geisha ? "Il s'amuse à battre des ailes comme un oiseau"
    © Masayoshi Sukita
  • Gimme Your Hand - Tokyo 1973
    10 /15
    Gimme Your Hand - Tokyo 1973
    "C'était Durant la première tournée au Japon de Bowie,  dans une salle très connue de Tokyo, Kokaido, située dans le quartier de Shibuya. Le concert était excellent. Très théatral, Bowie, habillé en Yamamoto, s'était déshabillé au fur et à mesure jusqu'à finir presque nu. Le couturier Yamamoto était là et je lui ai demandé ce qu'il avait pensé du show. Il m'a répondu que la nudité était bien plus belle que ses vêtements ! (rires)"  
    © Masayoshi Sukita
  • Le cliché utilisé pour la pochette de "Heroes" - 1977
    11 /15
    Le cliché utilisé pour la pochette de "Heroes" - 1977
    "David Bowie était au Japon avec Iggy Pop (en promo pour son album "The Idiot") et ils m'ont contacté pour savoir si je voulais faire des photos avec eux. J'ai fait une heure avec Iggy et une heure avec Bowie. Il s'agissait d'un travail personnel, il n'était pas question de faire une pochette de disque. J'ai ensuite sélectionné une vingtaine de clichés de cette séance que j'ai envoyés à David. Deux ou trois mois plus tard, il m'a demandé l'autorisation d'utiliser celle qui orne la pochette de l'album "Heroes". J'étais très fier. Et j'aime toujours autant cette photo."
    © Masayoshi Sukita
  • Séance de "Heroes", la photo qui précède - 1977
    12 /15
    Séance de "Heroes", la photo qui précède - 1977
    On a beaucoup dit que la pause de la pochette de "Heroes" était une référence à l'expressionnisme allemand cher à David Bowie. Mais en voyant cette photo, qui la précède, on a plutôt l'impression qu'il se passe tout simplement la main dans les cheveux au ralenti. "Je n'ai jamais demandé à Bowie pour quelle raison il avait fait ce geste", dit Mr Sukita. 
    © Masayoshi Sukita
  • Séance photo de "Heroes" en couleur - 1977
    13 /15
    Séance photo de "Heroes" en couleur - 1977
    Mr Sukita se souvient surtout que le musicien avait réclamé des blousons en cuir ce jour là et qu'il avait commencé la séance (toujours celle de "Heroes") très bien coiffé et terminé les cheveux en bataille. "Souvent, les musiciens sont inquiets de leur image, ils se demandent si leur coiffure va bien etc… Lui, il s'en fichait totalement", témoigne-t-il. "Il détruisait régulièrement son image, et ici sa coiffure".
    © Masayoshi Sukita
  • The Same Old Kyoto - 1980
    14 /15
    The Same Old Kyoto - 1980
    "Bowie adorait Kyoto", assure Mr Sukita. La star était venue pour filmer une publicité pour une boisson et il avait appelé le photographe. "Durant son séjour d'une dizaine de jours, il avait loué une voiture et c'est lui qui prenait le volant et nous conduisait partout." A Kyoto, personne ne savait qui il était et cela lui donnait une liberté nouvelle. 
    © Masayoshi Sukita
  • David Bowie New York 1989
    15 /15
    David Bowie New York 1989
    "Ce jour là, Bowie a voulu mettre le CD de la musique du film "Furyo" (dans lequel il avait joué) composée par Ryuichi Sakamoto et le Yellow Magic Orchestra", se souvient Monsieur Sukita.  "Il était très concentré, presque immobile, et à un moment donné son regard a semblé très emu, il avait les larmes aux yeux. C'est vrai que c'est un film sur la guerre. Je me suis alors approché. Ca a été un moment très fort, j'avais l'impression de voir passer toutes les subtilités de Bowie dans son regard, c'était magique."
    © Masayoshi Sukita