Bowie pensait disposer d'encore assez de temps pour enregistrer une suite à "Blackstar"

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 15/01/2016 à 14H54, publié le 15/01/2016 à 13H12
David Bowie en 2015, session photo pour la promo de l'album "Blackstar" .

David Bowie en 2015, session photo pour la promo de l'album "Blackstar" .

© Sony Music

Le Thin White Duke se savait condamné mais il pensait avoir encore le temps d'enregistrer une suite à son ultime album "Blackstar" paru vendredi 8 janvier, deux jours avant sa mort. C'est ce que révèle son ami et fidèle producteur Tony Visconti dans une interview réalisée par Rolling Stone mercredi et dans laquelle il raconte la dernière année de David Bowie.

Bowie avait écrit 5 nouvelles chansons et comptait les enregistrer rapidement

Durant les dernières semaines de sa vie, alors qu'il souffrait d'un cancer en phase terminale, David Bowie a été plus actif que jamais. Selon Tony Visconti, David Bowie lui avait annoncé une semaine avant sa mort qu'il voulait faire encore un album. Il avait écrit et réalisé les démos de cinq nouvelles chansons et avait hâte de retourner en studio.

"Il était si courageux", souligne-t-il dans un entretien à Rolling Stone réalisé mercredi, "et son énergie était incroyable pour quelqu'un qui avait le cancer. Il n'a jamais fait montre de la moindre peur."

Il se savait condamné depuis novembre

Selon le producteur, qui a commencé à travailler avec David Bowie en 1969 sur "Space Oddity", le musicien de légende savait depuis novembre que son cancer était en phase terminale. Mais leur dernière conversation via FaceTime quelques jours avant sa disparition prouve qu'il ignorait disposer d'aussi peu de temps devant lui. "Je pensais, et il pensait, qu'il avait encore quelques mois. La fin a dû être très rapide."

Cancer, rémission, aggravation : une dernière année en dents de scie

Toujours dans cet entretien, Visconti raconte avoir appris que Bowie était malade de sa bouche, en aparté, il y a un an, à son arrivée pour les sessions d'enregistrement de l'album "Blackstar" à New York. La star ne pouvait le cacher à l'équipe tant son aspect physique en disait long. "Il revenait juste d'une séance de chimio et il n'avait plus ni sourcils ni cheveux sur la tête", se souvient le producteur.

Courant 2015 cependant, le pronostic s'améliore. "Il était optimiste, la chimiothérapie fonctionnait". A un moment donné, "au milieu de 2015", il était même en rémission. "J'étais ravi", raconte Tony Visconti mais Bowie était inquiet. "Ne te réjouis pas trop vite", lui avait-il dit alors, prudent. De fait, en novembre 2015 le cancer est revenu. "Il s'était généralisé et on ne se remet pas à ce stade", souligne Visconti.

"Blackstar", album d'adieu réalisé sans stress

A cette époque, "Blackstar", qui a été enregistré en trois sessions entre janvier et mars 2015, était terminé. Cet album, a-t-il raconté au L.A.Times avant la mort du Thin White Duke, a été réalisé sans stress, au studio Magic Shop à Soho. Alors que Bowie avait l'habitude d'arriver les mains dans les poches aux sessions durant le reste de sa carrière, avec éventuellement deux ou trois chansons déjà écrites, il était cette fois totalement préparé.

Le fait de ne pas annoncer de sortie par avance "lui donnait le temps d'être créatif" selon Visconti. "De jouer du saxophone sur ses démos, d'apporter des parties de guitare radicales." Depuis quelques années, il faisait désormais "de la musique pour lui".

Mais le climat crépusculaire et certaines paroles de ce disque qui en disent long rétrospectivement à la lumière de sa mort, n'avaient pas échappé au producteur. Durant sa réalisation, Tony Visconti dit à Rolling Stone lui avoir lancé : "Enfoiré, tu écris un album d'adieu, en fait". Bowie avait simplement ri en guise de réponse.