Damon Albarn évacué de scène après 5h de concert au Roskilde Festival

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Publié le 06/07/2015 à 16H16
Damon Albarn joue avec Blur au British Summer Time Festival le 20 juin 2015.

Damon Albarn joue avec Blur au British Summer Time Festival le 20 juin 2015.

© SBD/WENN.COM/SIPA

On connaît des musiciens particulièrement généreux et endurants en live, de Bruce Springsteen à Laurent Garnier. Mais peu doivent se faire escorter hors de scène par la sécurité pour avoir dépassé de loin les heures imparties. C'est ce qui est arrivé ce week-end à Damon Albarn au festival danois de Roskilde.

Le leader de Blur et des Gorillaz, qui se produisait avec de nombreux invités dans le cadre de son projet Africa Express, jouait depuis cinq heures lorsque les organisateurs ont voulu siffler la fin de la récré. Il était quatre heures du matin mais Damon Albarn ne voulait visiblement pas quitter la scène.

Il a joué au piano "Should I stay or Should I go" des Clash, accompagné par les choeurs déraillants de la foule puis il a demandé si le public voulait en finir. Bien entendu, il en voulait encore : "we want more, we want more" grondaient les fans. "On se fout de ce qu'ils disent, vous en voulez plus, on va vous en donner plus", a alors répondu Damon avant d'ôter son blouson, comme prêt à la bagarre.

Un des molosses de la sécurité s'est alors approché, lui a remis son blouson sur les épaules, et comme Damon ne bougeait pas d'un pouce, il s'est vu contraint de porter le musicien hilare hors de scène sous les huées du public.  On peut voir l'incident ci-dessous.


Durant ce concert marathon de Africa Express, Damon Albarn était accompagné notamment de son complice Graham Coxon (guitariste de Blur) et il a fait monter sur scène de nombreux invités, dont Laura Mvula, Nick Zinner (Yeah Yeah Yeahs), et Songhoy Blues avec lequel il a joué "Should I Stay or Should I go" de Clash (vidéo amateur ci-dessous). Il a également joué plusieurs titres de Gorillaz, dont Clint Eastwood.