Sélectionner votre région

  • area1
  • area2
  • area3
  • area4
  • area5
  • area6
  • area7
  • area8
  • area9
  • area10
  • area11
  • area12
  • area13
  • area14
  • area15
  • area16
  • area17
  • area18
  • area19
  • area20
  • area21
  • area22
  • area23
area1area2area3area4area5area6area7area8area9area10area11area12area13area14area15area16area17area18area19area20area21area22

Bruce Springsteen : quelques clés en écoutant "High Hopes"

Publié le 13/01/2014 à 20H09, mis à jour le 14/01/2014 à 10H55
Bruce Springsteen le 6 novembre 2013 à New York.

Bruce Springsteen le 6 novembre 2013 à New York.

© John Minchillo/AP/SIPA
Le nouvel album de Bruce Springsteen s'appelle "High Hopes" : grands espoirs. En écoutant ce 18e album studio, en vente ce lundi (et en streaming ci-dessous), il n'est pas inutile d'avoir connaissance de quelques détails autour du successeur de l'enragé "Wrecking Ball". Le Boss y reste toujours aussi engagé, mais moins exaspéré. Tout en implorant un changement, il délivre un message d'espérance.
Une approche inédite pour Springsteen
"High Hopes" est un album ovni dans la discographie du Boss. Durant sa riche carrière, Bruce Springsteen, 64 ans, ne nous a pas habitués à ce genre d'approche, que les mauvaises langues qualifieront de grattage de fonds de tiroirs. Ce disque est en effet un mélange eclectique de reprises, de vieilles chansons et de chutes de studio revisitées. Mais à l'arrivée, s'il est fait de bric et de broc et de morceaux écrits jusqu'à 20 ans en arrière, c'est un album très cohérent et au message clair (gardez espoir), taillé pour le présent.



Tom Morello de RATM en "muse" du Boss
Le guitariste de Rage Against The Machine, qualifié de "nouvelle muse" par Springsteen lui-même, est présent sur huit chansons sur douze de "High Hopes". Comment s'est-il retrouvé là ?  En son temps Rage Against the Machine avait repris sur scène "The Ghost of Tom Joad", l'un des titres les plus bouleversants de Springsteen. En 2008, le Boss lui avait demandé de le jouer avec son groupe, ce qu'ils ont fait depuis à plusieurs reprises, et une amitié est née.

Après sa participation à l'album "Wrecking Ball" du Boss, Morello a remplacé le fidèle Steve Van Zandt sur le volet australien de la tournée. Et a fini par devenir l'aiguillon du projet qu'avait Springsteen en tête de réunir le meilleur de ses inédits. C'est lui qui a suggéré de reprendre "High Hopes", déjà recyclé par Springsteen sur scène. Il l'a aussi poussé à revisiter le titre des punks australiens The Saints. "Tom et sa guitare sont devenus ma muse, amenant ce projet à un autre niveau. Merci pour l'inspiration Tom", a écrit Springsteen sur son site.

Reportage : Christophe Airaud



Les nouvelles versions
Plusieurs chansons sont de nouvelles versions de titres déjà enregistrés, dont le magnifique "The Ghost of Tom Joad" en duo avec Tom Morello (conscient de l'honneur) dans une version orageuse et électrique. D'autres morceaux, auxquels les fans sont habitués en live, bénéficient pour la première fois d'un enregistrement nickel en studio.

On retrouve ainsi "American Skin (41 shots)" écrite en 2000 après la mort de Amadou Diallo, jeune immigré guinéen criblé de balles par des policiers de New York. Mais puisque l'histoire se répète hélas, Springsteen dédie aujourd'hui sur scène cette chanson au jeune afro-américain Trayvon Martin, dont le meurtre en Floride, en février 2012, avait ému Obama. Cette chanson est celle qui a donné le plus de fil à retordre à Tom Morello, de son propre aveu.

Remarquée aussi, la version recueillie de "The Wall", cette chanson écrite en hommage aux amis qui ne sont jamais revenus de la guerre du Vietnam, et chantée par Springsteen en concert entre 2003 et 2005.




Les reprises
Sur ce nouvel album, on trouve donc une reprise des Saints, "Just Like Fire Would", dont la punkitude est adoucie et régurgitée dans le style du Boss comme si elle avait toujours fait partie de son répertoire.

La chanson titre, "High Hopes", a reçu le même traitement au point qu'on s'étonne qu'il s'agisse d'une reprise. Ce morceau signé de Tim Scott McConnell des Havalinas, sorti en 1987, vient de se hisser grâce à Springsteen au rang d'hymne d'espérance en temps de crise. 

L'album contient également une reprise de "Dream Baby Dream", enregistré en 1979 par le groupe punk new yorkais Suicide et déjà interprétée live par Springsteen, notamment durant sa tournée acoustique en 2005. Cette version dépouillée referme majestueusement l'album ("come on, open up your heart, keep the fire burning and dream baby dream").

L'album "High Hopes" (Columbia/Sony Music) est à l'écoute sur Deezer :

 


Tous les lives