Bruce Springsteen publie un de ses concerts cultes

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 26/12/2014 à 19H06, publié le 26/12/2014 à 18H59
Bruce Springsteen et son grand complice Clarence Clemons, saxophoniste du E Street Band, sur scène en 1978.

Bruce Springsteen et son grand complice Clarence Clemons, saxophoniste du E Street Band, sur scène en 1978.

© Lynn Goldsmith / Rex Features

Le concert de Bruce Springsteen & The E Street Band donné le 9 août 1978 au théâtre Agora de Cleveland, fait partie des live les plus prisés des fans du Boss. Durant plus de trois décennies, ils se sont échangés l'enregistrement pirate de ce show sous le manteau, en cassette, CD puis MP3. Aujourd'hui, ils peuvent enfin se l'offrir en qualité audio HD.

Il y a quelques semaines, Bruce Springsteen lançait un site dédié à la publication (payante) de ses archives, live.brucespringsteen.net. Le 24 décembre, en guise de cadeau de Noël, le Boss a publié l'un de ses concerts les plus demandés, halte à Cleveland en 1978 de sa tournée "Darkness On the Edge of Town".

La setlist à elle seule en dit long : le show démarre avec "Summertime Blues" (Eddie Cochran) et se termine par une autre reprise, celle de "Twist and Shout" longue de 7mn24.

D'autres reprises, en particulier "Gloria" et "Not Fade Away" ponctuent le déroulé des morceaux de l'album "Darkness On The Edge of Town", ainsi que ses propres anciens titres tels "Because The Night" (co-écrit par Patti Smith et Springsteen), "Rosalita" ou  "Born to Run".  Il contient aussi le titre instrumental "Paradise by the C", créé pour mettre en valeur le saxophone du regretté Clarece Clemons.

Un concert mythique

Comme le raconte Ultimate Classic Rock (via Rolling Stone), le concert avait été diffusé en simultané sur une station de radio locale WMMS, qui célébrait alors ses 10 ans. Grâce à cette diffusion, des copies pirates avaient circulé ensuite, donnant à ce concert un statut quasi mythique parmi les fans du Boss.

Toutefois, ces copies n'approchaient pas la qualité audio de cette première publication officielle. Selon l'archiviste en chef de Springsteen Toby Scott, les sept cassettes sur lesquels il a finalement remis la main se trouvaient non pas chez Sony, mais au Rock and Roll Hall of Fame où elles avaient été prêtées à l'occasion d'une exposition sur Asbury Park.

Chacun peut désormais télécharger ce concert de près de trois heures sur live.brucespringsteen.net moyennant une dizaine d'euros. Ou attendre fin janvier pour recevoir le CD en déboursant le double.