50 ans après, The Zombies, toujours bien vivants, sont en tournée

Par @Culturebox Rédacteur en chef adjoint de Culturebox
Mis à jour le 27/11/2015 à 10H45, publié le 25/11/2015 à 15H10
The Zombies sur scène à Marseille

The Zombies sur scène à Marseille

© France 3 / Culturebox

En 1965, le monde tombait sous le charme de "She's not there" le premier tube de The Zombies. 50 ans après Rod Argent et Colin Blunstone entretiennent la flamme.The Zombies est en tournée en France. Ils étaient en concert au Poste à galène à Marseille avant de faire revivre l'esprit des sixties à la Maroquinerie à Paris le 27 novembre.

Reportage : S. Khaldoun, P. Perrel, C. Boutain

Dans les années 60, en Angleterre il était difficile d'exister dans l'effervescence pop-rock qui entourait les Beatles, les Stones, The Animals, The Kinks.
Et pourtant The Zombies ont réussi à se faire une place grâce à un titre que l'on fredonne encore et à un album devenu culte.
50 ans après, les cheveux ont blanchi mais la passion est toujours là. 
A l'occasion de leur tournée qui les a fait s'arrêter à Marseille, François Bombard et son équipe ont rencontré deux de ces icônes des sixties:  Rod Argent et Colin Blunston.

Reportage: François Bombard, Sylvie Garat, Jean-Philippe Malet, Christian Herregods


Pour ceux qui ont vécu les années 60, The Zombies c'était donc çà:

Fondé en 1961 à Saint Alban's The Zombies rassemble: Rod Argent (orgue et composition), Colin Blunstone (chant), Chris White (basse et composition), Paul Atkinson (guitare) et Hugh Grundy (batterie).
Le groupe frappe fort dès son premier album. En 1964 ils enregistrent "She's not there". ce premier single va les faire connaître au monde entier. Numéro 1 dans les charts américains, il sera repris par Santana sur son album "Moonflower" en 1977.

Suivront "Leave Me Be", "Tell Her No" , "She's Coming Home", "Whenever You're Ready" ou encore "Gotta Get a Hold of Myself" qui entretiendront la flamme. Mais progressivement le succès s'efface et, en 1967 le groupe enregistre un dernier album "Odessey & Oracle".
La pochette de "Odessey & Oracle" de The Zombies © DR


A l'époque l'album fait d'abord un flop en Angleterre et aux Etats-Unis. mais, fin 68, l'un de ses titres "Time of the season" se hisse en 5e position des charts américains

Résultat: beaucoup finissent par comparer l'impact d' "Odessey & Oracle" à celui de "Pet Sounds" des Beach Boys qui a influencé plusieurs générations de musiciens.

Après ce rebond assez inattendu, le groupe se reformera brièvement au début des années 90 mais c'est la commémoration des 40 ans de "Odessey & Oracle" en 2008 qui va conduire les membres du groupe à se retrouver (sans Paul Atkinson mort 3 ans plus tôt) pour trois concerts.

Avec leur nouvel album "Still got that hunger" (On a toujours cette faim) dont la pochette n'est pas sans rappeler celle de leur album culte, The Zombies vient de faire son retour dans les Charts anglais pour la première fois depuis 50 ans.



Depuis The Zombies continuent leur route.
Ils seront ce 25 novembre à Vaux-en Velin au Centre Charlie Chaplin
au Seven casino d' Amneville le 26 novembre
à la Maroquinerie à Paris le 27 novembre
à la Batterie à Guyancourt le 28 novembre 
Puis le groupe se produira en Angleterre avant de traverser l'Atlantique pour 6 dates.