Reporters sans frontières fête la journée de la liberté de la presse en musique

Par @Culturebox
Mis à jour le 04/05/2015 à 10H15, publié le 04/05/2015 à 10H10
Le chanteur Arthur H au concert de RSF, le 3 mai 2015

Le chanteur Arthur H au concert de RSF, le 3 mai 2015

© JOEL SAGET / AFP

Plusieurs milliers de personnes se sont retrouvées dimanche à Paris pour un concert pour fêter les 30 ans de Reporters sans frontières et la journée mondiale de la liberté de la presse, quatre mois après l'attentat sanglant contre Charlie Hebdo. "Sans liberté de la presse, pas de contre-pouvoir" et "pas de liberté tout court", a déclaré Christophe Deloire.

Le secrétaire général de RSF a rappelé que l'organisation avait depuis trois décennies défendu des dizaines de milliers de journalistes dans le monde. De 10 à 15.000 personnes ont assisté au concert, selon les organisateurs. Personnalités emblématiques de la défense des libertés et artistes français - Jeanne Cherhal, Arthur H, Sly Johnson, HollySiz et Cassius - devaient se relayer jusqu'à 23h sur la scène installée place de la République. C'est de cette place qu'était parti le défilé du 11 janvier en hommage aux victimes des attentats des 7, 8 et 9 janvier qui ont fait 17 morts, décimant notamment la rédaction de Charlie qui a perdu 5 de ses dessinateurs emblématiques (Charb, Cabu, Tignous, Honoré et Wolinski).
Une partie de l'équipe de Charlie Hebdo au concert de RSf le 3/05/15

Une partie de l'équipe de Charlie Hebdo au concert de RSf le 3/05/15

© SADAKA EDMOND/SIPA
"Si vous êtes debout, c'est pour défendre l'histoire de ce pays, les droits de l'homme qui commencent avant tout par la liberté d'expression", a lancé Patrick Pelloux, chroniqueur à Charlie Hebdo, monté sur scène avec cinq autres femmes, membres de la rédaction. L'une d'elles, Malika a évoqué "une guerre" contre la liberté d'expression "qui n'a pas commencé le 7 janvier", dénonçant "les fondamentalistes qui s'attaquent à la République". 

"Nous entrons dans une nouvelle ère de la propagande, où l'information trafiquée, manipulée a plus de moyens que jamais", a averti le secrétaire général de RSF. Il a évoqué les nombreux professionnels tués dans l'exercice de leur fonction, citant les cas de la journaliste russe Anna Politkovskaïa, de l'Américain James Foley, et des membres de Charlie Hebdo. 

Il a ensuite donné la parole au Chinois Wu'er Kaixi, l'un des leaders du mouvement de Tiananmen à Pékin en 1989, en exil depuis 26 ans et qui a évoqué l'emprisonnement de sa compatriote Gao Yu, 70 ans. L'avocate iranienne Shirin Ebadi, prix Nobel de la paix en 2003, et des journalistes français, dont d'ex-otages en Irak comme Florence Aubenas ou en Syrie comme Didier François ont aussi pris la parole. Tout comme la mère d'Austin Tice, un journaliste américain retenu en Syrie depuis trois ans.

66 professionnels morts en 2014 dans l'exercice de leurs fonctions


A l'occasion de cette journée mondiale de la liberté de presse, le ministère des Affaires étrangères a rendu hommage dans une déclaration "à tous ceux qui la font vivre et en particulier aux journalistes de Charlie Hebdo, assassinés le 7 janvier". RSF, créé à Montpellier en 1985, est une ONG présente aujourd'hui sur les cinq continents, disposant de bureaux dans 12 villes du monde et d'un réseau de 150 correspondants qui traquent les abus et les violences envers les  journalistes et organisent leur défense. Chaque année, l'ONG publie un bilan des exactions commises contre les  journalistes. Le dernier, publié en décembre 2014, faisait état pour 2014 de 66 professionnels tués dans l'exercice de leurs fonctions, dont deux décapités. Les deux tiers ont perdu la vie dans des zones de conflit (notamment Syrie,  Irak, Gaza, Ukraine, Libye).

RSF a lancé la semaine dernière un "appel solennel" au Conseil de sécurité de l'ONU pour qu'il saisisse la Cour pénale internationale au sujet "des crimes de guerre contre les journalistes en Syrie et en Irak".