Mort du rappeur Prodigy du duo new yorkais Mobb Deep à l'âge de 42 ans

Par @Culturebox
Mis à jour le 21/06/2017 à 21H39, publié le 21/06/2017 à 09H10
Prodigy de Mobb Deep en septembre 2004 à New York.

Prodigy de Mobb Deep en septembre 2004 à New York.

© Johnny Nunez / Getty Images

Le rappeur Prodigy, moitié du duo de hip hop américain Mobb Deep, est mort le 20 juin à Las Vegas (Nevada) à l'âge de 42 ans. Hospitalisé depuis plusieurs jours après un concert, il souffrait depuis la naissance d'une maladie génétique, la drépanocytose. De très nombreux rappeurs, dont Nas, Q-Tip et El-P de Run The Jewels, lui ont rendu hommage sur les réseaux sociaux.

Des rimes d'une lucidité glaciale

A l'instar de Nas, du Wu Tang Clan ou de Gang Starr, Mobb Deep fait partie des groupes de hip hop qui ont marqué le son de la côte Est des Etats-Unis dans les années 90. Connu pour ses rimes sombres et son sens du détail, reflet de la vie dans les cités oubliées du Queens à New York où il avait grandi, Prodigy était un mc très respecté. Il a influencé de nombreux rappeurs, dont Eminem ou 50 Cent.

En trois albums avec son complice et ami d'enfance Havoc, "The Infamous" en 1995, "Hell on Earth" en 1996 et "Murda Muzik" en 1999, Mobb Deep s'est imposé comme l'un des groupes "hardcore" les plus cash, les plus tranchants et in fine les plus désespérés. 

Sur "Shook Ones (Part II)", le premier single de l'album "The Infamous" qui les fit accéder à la notoriété, Prodigy rime sur un son minimaliste et menaçant : "Your crew is feathearweight/ My gun shot will make you levitate/I’m only 19, but my mind is old / And when the things get for real, my warm heart turns cold." ("Ta bande est légère comme une plume / Mes coups de feu vous feront léviter/ Je n'ai que 19 ans mais mon esprit est vieux/ Et quand les choses se produisent, mon cœur chaud devient froid.")

La lucidité glaciale de Prodigy était devenue la marque de fabrique de Mobb Deep. Un rap sans compromis, qui rendait compte froidement, sans états d'âme, d'un quotidien sombre et violent.

Un vrai dur à cuire

Né en 1974 dans une famille de musiciens, Prodigy a lutté toute sa vie contre une maladie génétique qui l'a semble-t-il emporté. Elle n'avait pas éteint sa rage d'exister. Ce dur à cuire qui rappait que les rues l'avaient rendu fou, a eu des démélés avec plusieurs rappeurs, dont 2Pac et Jay Z. Il s'était aussi accroché avec 50 Cent, avant de signer avec Mobb Deep sur son label G-Unit en 2006.

Après un hiatus avec Havoc qui avait mis Mobb Deep en sourdine, le duo s'était réconcilié en 2013 et était reparti en tournée avant de publier leur ultime album, "The Infamous Mobb Deep" en 2014. En solo, il a réalisé plusieurs albums, dont la trilogie "H.N.I.C", entre 2000 et 2012. 

Prodigy a aussi eu maille à partir avec la justice. De fin 2007 à mars 2011, il a passé trois ans et demi derrière les barreaux pour détention illégale d'arme à feu, dans le terrible centre pénitentiaire de Rikers Island. Il y avait mis à profit son temps pour concocter un livre de cuisine, "Commissary Kitchen: my infamous prison cookbook".

Il a raconté sa vie en détails dans une autobiographie sortie en 2011, "My Infamous Life", saluée par la critique. Il s'y souvenait notamment de son père, braqueur et héroïnomane, qui l'avait laissé un jour à bord d'une voiture pendant qu'il dévalisait une bijouterie. 

En deuil, le hip hop lui rend hommage

"C'est avec une extrême tristesse et incrédulité que nous confirmons la mort de notre cher ami Albert Johnson, mieux connu par des millions de fans comme Prodigy du légendaire duo de rap new-yorkais Mobb Deep", a indiqué un agent du groupe dans un communiqué, précisant que la cause du décès n'a pas encore été établie. Il laisse une femme et deux enfants.

Depuis l'annonce de sa mort, des dizaines de rappeurs ont réagi sur les réseaux sociaux. Son partenaire Havoc bien sûr, mais aussi Nas, Chuck D,  Method Man, Ghostface Killah, Q-Tip, Lil Wayne, El-P de Run The Jewels, ScHoolboy Q, Danny Brown, Sean Diddy Combs...

 

Family. We Mobb Deep 4 Ever. RIP PRODIGY

Une publication partagée par Nasir Jones (@nas) le