Diaporama 15 photos, 6 vidéos
Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox

L'Exposition Hip Hop à l'Institut du Monde Arabe en 20 images

Mis à jour le 17/05/2016 à 12H22, publié le 01/07/2015 à 11H54

L'exposition "Hip-Hop du Bronx aux rues arabes" se poursuit jusqu'au 26 juillet à l'IMA, où une Block Party est prévue en clôture. Orchestrée par Akhenaton d'IAM, cette rétrospective brosse le portrait d'une culture née dans les rues déshéritées du Bronx qui a su traverser trois décennies sans perdre sa sève. Son secret ? La réinvention permanente sous tous les cieux. Visite guidée en 20 images.

  • AFRIKA BAMBAATAA (New York 1983)
    01 /21
    AFRIKA BAMBAATAA (New York 1983)
    Cet homme a eu un rôle moteur dans l'architecture et le déploiement du mouvement hip-hop à New York puis dans le monde, et en particulier en France. Leader dans les années 70 des Black Spades, un gang du Bronx, Afrika Bambaataa devient pacifiste et lance d'abord en tant que dj des "block parties" (fêtes de rue) pour occuper les jeunes de son quartier laissé à l'abandon et gangrené par la violence. Il fonde ensuite la Zulu Nation dont l'objectif est de transformer l'aspect belliqueux des gangs en énergie positive et établit ce faisant les tables de la loi du hip-hop. Son mouvement réunit sous une même bannière quatre disciplines avec des dj's, des mc, des danseurs et des graffeurs. Au début des années 80, Afrika Bambaataa crée une branche française de la Zulu Nation qui va rapidement prospérer : moins d'une décennie plus tard,  elle est la branche la plus importante du mouvement après celle du Bronx.
    © Laura Levine
  • LES LOIS DE LA ZULU NATION, BREVIAIRE DU HIP HOP
    02 /21
    LES LOIS DE LA ZULU NATION, BREVIAIRE DU HIP HOP
    Afrika Bambaataa a établi les lois de la Zulu Nation, qui fait du hip-hop un mouvement positif tout autant qu'une philosophie, et certains diront presque une religion. Dans ce bréviaire il est stipulé notamment que ""La Zulu Nation n'est pas un gang, c'est une organisation d'individus à la recherche de succès, de paix, de sagesse, de connaissance, de compréhension et de bon comportement dans la vie." Il est dit que "Les Zulus doivent chercher des moyens positifs pour survivre dans la société" et "être civilisés". "Les Zulus ne peuvent pas être membres d'organisations dont les fondements sont basés sur des actions négatives". "Les Zulus doivent être en paix avec eux-mêmes et les autres (…) ils ne doivent pas impliquer leur nom au crime ou à la violence." Enfin, on remarque que "Les Zulus doivent se saluer chaque fois qu'ils se rencontrent ou qu'ils se quittent, n'importe où sur cette planète". Peace out.
    © Laure Narlian/Culturebox
  • 03 /21
    AFRIKA BAMBAATAA & SOUL SONIC FORCE "PLANET ROCK" (1982)
    Afrika Bambaataa n'est pas qu'un théoricien. Il est aussi un artiste audacieux et novateur. Ce titre sorti en 1982 avec Soul Sonic Force, qui a fait le tour du monde et est devenu un classique, emprunte à Kraftwerk et Yellow Magic Orchestra combiné aux beats de la Roland TR 808 et au vocoder pour la voix. Ultra futuriste, il montre non seulement que le hip hop n'a aucune frontière musicale mais ouvre aussi la voie à l'électro, à la techno et à la house music.
  • REVOLUTION SONORE. LE GHETTO BLASTER
    04 /21
    REVOLUTION SONORE. LE GHETTO BLASTER
    Si le premier Ghetto Blaster, dit aussi "Boombox", est développé par Philips dès 1969, il faut attendre 1980 et l'arrivée du fameux JVC, surnommé "El Diablo" par la communauté portoricaine de New York, pour le voir adopté. Du gros son, de la chaleur et des basses : c'est l'objet musical nomade idéal pour le hip-hop. Il va permettre en particulier  l'avènement et la popularisation de la break-dance, les premiers danseurs acrobatiques faisant leurs démonstrations dans les rues de Manhattan équipés de cette énorme radio portable à cassettes. Pour Gac Original, 15 artistes ont été invités à redécorer une collection d'une cinquantaine de boombox, qui accueillent le visiteur à l'exposition de l'IMA.  Ici, Thia One, «EL DIABLO» JVC RC 550 - 1980, 2011, 49 x 37 cm, Mixte Collection Gac Original. 
    © Gac Original
  • LES DISQUES VINYLS
    05 /21
    LES DISQUES VINYLS
    Le vinyl est le support privilégié du travail des Dj's et des beatmakers, leur nourriture première. Les premiers dj's hip hop sont allés rechercher dans la soul, le blues, le funk et le jazz les éléments de leurs compositions. Les disques de James Brown et de George Clinton ont ainsi été pillés dans les grandes largeurs. Mais le hip-hop peut s'accomoder de toutes les musiques. La richesse d'une collection personnelle et la curiosité des artistes, qui recherchent des disques rares dans tous les styles, y compris rock, pop ou folklorique, ainsi que des extraits insolites parfois même hors du champ de la musique (cours de langues, publicités, extraits de dialogues de films, de discours ou d'émissions télévisées) vont bientôt faire toute la différence.
    © Laure Narlian/Culturebox
  • 06 /21
    MASTER CLASS "ALLONGER LE SON" A L'EXPOSITION DE L'IMA
    A l'exposition, une installation "Allonger le son", produite pour l'occasion, présente le hip hop dans sa dimension de révolution musicale. Sur un triple écran, un Dj détaille notamment "le pass-pass", "le mixe", "le scratch" ou le "beat juggling", techniques qui ont permis d'abord de prolonger les beats les plus jouissifs de certains morceaux, puis de créer de nouvelles compositions à partir de disques vinyles et de platines. Et enfin de faire de la platine un instrument de musique à part entière.
  • L'ORDINATEUR 1040 ST ATARI (Japon 1983)
    07 /21
    L'ORDINATEUR 1040 ST ATARI (Japon 1983)
    Au milieu des années 80, les musiciens se ruent sur l'Atari ST avec notamment l'arrivée du séquenceur Pro 24 de Steinberg. Avec son interface MIDI intégrée, l'Atari ST permet alors à tout un chacun de construire facilement un home studio. Il est dorénavant possible de relier un ou plusieurs instruments électroniques compatibles : synthétiseur, sampleur, boîte à rythmes… N'importe quel musicien peut dès lors répéter chez lui, réaliser des maquettes ou même enregistrer un album complet sans passer par un studio donc à peu de frais. Une révolution.
    © Laure Narlian/Culturebox
  • IAM A LA MAISON HANTEE (MARSEILLE, 1988)
    08 /21
    IAM A LA MAISON HANTEE (MARSEILLE, 1988)
    Vers 1985-86, la Maison Hantée, sur le Cours Julien à Marseille, est un lieu plutôt rock qui commence à ouvrir sa scène aux chanteurs de ragga et aux rappeurs. Parmi eux, le premier embryon d'IAM (qui s'appelait alors Lively Crew). L'acte de naissance du groupe est la sortie de la cassette "Concept" en 1990, avant le premier album d'IAM "…De la planète Mars",  enregistré un an plus tard. Une cassette enregistrée en une semaine dans la pièce à chauffe-eau de l'appartement d'Akhenaton. Ce dernier est le directeur artistique de l'exposition à l'IMA.
    © Jean-Pierre Maéro
  • MANUSCRIT DU MIA DE IAM (1992)
    09 /21
    MANUSCRIT DU MIA DE IAM (1992)
    Les manuscrit originaux de chansons sont toujours particulièrement émouvants. Celui-ci ne déroge pas à la règle, avec ses ratures et son papier de cahier Exacompta. "Je danse le Mia" est un tube d'IAM paru sur l'album "Ombre est Lumière", sorti en octobre 1993.
    © Collection Akhenaton / Photo Laure Narlian
  • LA BATTLE HISTORIQUE : BORN IN THE BRONX
    10 /21
    LA BATTLE HISTORIQUE : BORN IN THE BRONX
    La performance Live capturée sur ce vinyle est l'une des batailles de mc les plus légendaires de l'histoire du hip hop. Opposant les Cold Crush Brothers aux Fantastic Romantique Five, elle s'est tenue le 4 juillet 1981 au Word Harlem. Le spectacle est encore alors le principal vecteur du hip hop, les MC ne cherchant qu'une chose, électriser la foule. Cette battle est entrée dans l'histoire car elle a participé à la prise de conscience de la performance vocale qu'est le rap et en a fixé les codes. Les Fantastic Five sortirent gagnants de l'affrontement en remportant les suffrages du public. Depuis, les bras de fer verbaux entre mc's, de visu ou via les chansons, agitent régulièrement le mouvement et aident parfois à faire connaître des artistes.
  • 11 /21
    GRANDMASTER FLASH & THE FURIOUS FIVE "THE MESSAGE"
    Si le rap des premiers jours est un genre plutôt euphorique et festif, il va rapidement servir de support à l'expression du malaise social de ses représentants. Sorti en 1982, "The Message" est le premier morceau connu à introduire un discours politiquement engagé. Il raconte le quotidien d'un habitant du Bronx, son combat pour la survie dans cette "jungle" sans pitié, au bord du gouffre. Véritable hymne des premiers temps du hip-hop, mais aussi énorme hit mondial, il a ouvert la voie au rap conscient et au gangsta rap.
  • TRYPTIQUE BREAKDANCE PAR YOSHI OMORI - PARIS, LE GLOBO, 1988 - GALERIE CELAL
    12 /21
    TRYPTIQUE BREAKDANCE PAR YOSHI OMORI - PARIS, LE GLOBO, 1988 - GALERIE CELAL
    L'excellence et le beau geste sont deux valeurs cardinales du hip hop, qui valorise en outre le dépassement de soi. Les danseurs du mouvement ont le culte de la performance chevillé au corps et s'affrontent au cours de battles, généralement en groupes. Très physique, la breakdance est constituée de différentes figures acrobatiques au sol (toupies, coupoles) mais aussi de mouvements inspirés du mime, de la capoeira brésilienne et de nombreuses danses antérieures. Ses "inventeurs",  à la charnière des années 70 et 80, restent des stars inégalées : le Rock Steady Crew et les New York City Breakers. En France, la breakdance est popularisée par l'émission de télé "H.I.P H.O.P" animée par Sydney en 1984. La danse devient alors pour de nombreux jeunes la porte d'entrée privilégiée du hip hop. Plus tard, des passerelles avec la danse contemporaine ont permis aux break danseurs de fouler les scènes de théâtre.
    © Yoshi Omori
  • LES BREAKING MOVES DES NEW YORK CITY BREAKERS
    13 /21
    LES BREAKING MOVES DES NEW YORK CITY BREAKERS
    © NYC Breakers / Photo Laure Narlian
  • SKEED- CATACOMBES PAR OSHI OMORI- Galerie Celal
    14 /21
    SKEED- CATACOMBES PAR OSHI OMORI- Galerie Celal
    Comme la breakdance, le graffiti des débuts du hip hop est un art de la performance. Qu'il s'agisse d'Inscrire son nom pour se faire remarquer, ou d'un message subversif, humoristique ou même tendre ("bonne fête maman" sur les wagons du train qui passe sous ses fenêtres), le faire dans des lieux les plus difficiles d'accès est valorisé - comme ici dans les catacombes. Aux premiers jours du hip hop, le métro new yorkais est le terrain de jeu privilégié des graffeurs. 
    © Oshi Omori
  • 15 /21
    "STYLE WARS" DE TONY SILVER & HENRY CHALFANT (1983)
    "Style Wars" de Tony Silver & Henry Chalfant (diffusé sur PBS en 1983) documente le graffiti à New York et donne la parole aux artistes (Dondi, Seen, Case, Shy 147, Skeme) mais aussi à leurs opposants.
  • 16 /21
    LE STYLE AVEC "MY ADIDAS" DE RUN DMC
    La culture Hip Hop s'est affirmée très tôt dans des codes vestimentaires particuliers assortis d'accessoires. Survêtements, casquettes, boucles de ceintures et bagues dites "name plate" (avec le prénom ou le surnom), mais aussi les incontournables sneakers et les épaisses chaînes en or signent le style et le vestiaire de ceux qui en sont. Des codes dont a fini par s'emparer la mode, et ce à l'échelle mondiale, illustrant l"influence de cette culture au plan global. C'est en 1982 avec les New yorkais Run DMC que le style de la rue devient également un style pour la scène. C'est encore eux qui avec "My Adidas" en 1986 donnent le coup d'envoi des collaborations des rappeurs avec les marques.
  • LE CULTE DES SNEAKERS
    17 /21
    LE CULTE DES SNEAKERS
    Que sont les sneakers ? Des chaussures de sport détournées pour un usage citadin. Le hip hop va les hisser au rang de véritable accessoire de mode. Certaines, comme les Stan Smith, Puma Clyde, Jordan ou Air Max sont devenues mythiques. A l'IMA, la vitrine de 46 sneakers datant de 1985 à 1995 fait beaucoup parler les visiteurs. Lesquelles avez vous portées ? Et quels souvenirs vous évoquent-elles ? Dans le film culte de Spike Lee "Do The Right Thing", une paire de Air Jordan doit forcément rester immaculée...
    © Laure Narlian/Culturebox
  • ISLAM ET RAP AMERICAIN
    18 /21
    ISLAM ET RAP AMERICAIN
    Dans les années 1980 et 1990, de nombreux rappeurs américains s'inspirent des enseignements islamiques des Five percenters, une organisation créée à Harlem dans les années 60 par un ancien de la Nation of Islam. Parmi eux, mc Rakim Allah (de Eric B & Rakim), Big Daddy Kane, Poor Righteous Teachers, Brand Nubian et le Wu Tang Clan. D'autres, comme Public Enemy, A Tribe Called Quest, Ice Cube ou Mos Def, mêlent islam et luttes politiques dans leurs oeuvres. 
  • 19 /21
    Poor Righteous Teachers "Holy Intellect"
    Originaires du New Jersey, les Poor Righteous Teachers sont emblématiques du rap américain inspiré des Five Percenters. Ce titre est extrait de leur premier album "Holy Intellect" sorti en 1990.
  • AMMAR ABO BAKR et MO MAHMOUD SAID KHALED "GLORY TO THE UNIDENTIFIED" 2013 - LE CAIRE (EGYPTE)
    20 /21
    AMMAR ABO BAKR et MO MAHMOUD SAID KHALED "GLORY TO THE UNIDENTIFIED" 2013 - LE CAIRE (EGYPTE)
    Parti du Bronx aux Etats-Unis il y a plus de 30 ans, le hip hop a aujourd'hui essaimé sur toute la planète. Il a trouvé dans la rue arabe un terreau favorable et y a accompagné les récents soulèvements démocratiques. Le mouvement y trouve aussi une nouvelle jeunesse, renouant avec son aspect le plus contestataire, subversif et underground. Tout terrain, il s'est acclimaté à la culture arabe, qui lui injecte des extraits de poésie arabe classique et de samples de musiques traditionnelles. Né pour durer, le hip hop continue de s'enrichir et d'avancer.
    © Abdo El Amir
  • AMBIANCE PUBLIC ENEMY, LE GLOBO (PARIS) 1989 - Par OSHI OMORI, GALERIE CELAL
    21 /21
    AMBIANCE PUBLIC ENEMY, LE GLOBO (PARIS) 1989 - Par OSHI OMORI, GALERIE CELAL
    Pour refermer l'exposition "Hip Hop, du Bronx aux rues arabes", une Block Party est organisée sur le parvis de l'Institut du Monde Arabe le Dimanche 26 juillet à partir de 17h. Un évènement sur le modèle des fêtes de quartier qui ont vu le jour à la fin des années 70 dans le Bronx à New York (voir une vidéo des premières block party en 1979). Le concept est simple : une scène, un micro, une paire de platines et un plateau de pointures du rap international. Au programme : PUSHA T (USA), DISIZ (France), MALIKAH (Liban), NARCYSSIST (Irak, Canada) et VALD (France) ainsi que les dj sets de Manaré et Virgil Abloh. Première rétrospective en France entièrement consacrée à cette culture, l'exposition aura réuni plus de 40.000 visiteurs. Elle devrait être présentée à Rabat au printemps 2016. INSTITUT DU MONDE ARABE 1 rue des Fossés Saint Bernard 75006 Paris Tel 01 40 51 38 38
    © Yoshi Omori