Eminem demande pardon à sa mère dans un clip signé Spike Lee

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 12/05/2014 à 17H35, publié le 12/05/2014 à 16H57
Eminem enfant sur une photo du clip "Headlights".

Eminem enfant sur une photo du clip "Headlights".

© saisie écran

Cette vidéo de "Headlights" marque un tournant, d'ordre psychologique et intime, pour Eminem. Il s'agit en effet d'un hommage à sa mère alors que le rappeur de Detroit a passé une bonne partie de sa carrière à régler violemment ses comptes avec sa génitrice. Pour l'occasion, il a fait revenir au clip le cinéaste Spike Lee.

Dans ce clip touchant, publié le jour de la fête des mères aux Etats-Unis (dimanche 11 mai), Eminem tente de se racheter auprès de sa mère Debbie Mathers. Filmé en caméra subjective du point de vue de celle qui lui a donné la vie, cette vidéo regarde dans le rétroviseur, ouvre l'album de photos de famille et montre la frimousse du petit Marshall Mathers.

Paroles poignantes à coeur ouvert
Si ce n'est musicalement pas le meilleur morceau de son dernier album "The Marshall Mathers LP2", les paroles de "Headlights" sont quant à elles franchement poignantes. Eminem y regrette les charges blessantes de ses chansons passées telles que "My Mom" et "Cleaning out my closet" et dit pardonner à sa mère, une femme alcoolique et mentalement fragile qui portait "une lourde croix".

"Désolé, à l'époque j'étais en colère, maintenant je sais que ce n'est pas ta faute", dit Eminem en substance dans cette chanson. "Tu as fait du mieux que tu pouvais pour nous élever tous les deux", reconnaît-il, évoquant un foyer sans père et comment la garde de son demi-frère Nathan fut retirée à sa mère lorsqu'il était âgé de 8 ans. Il évoque aussi le poids qui lui incombait à lui, si jeune, d'endosser le rôle "d'homme de la maison" en tant qu'aîné. Enfin, il assure ne plus jouer en concert "Cleaning up my closet" et avoir envie de "rentrer sous terre" lorsqu'il l'entend à la radio.

Spike Lee à la réalisation
Le clip est signé du cinéaste Spike Lee ("Do the right Thing", "Malcolm X", "Summer of Sam") qui a réalisé peu de vidéos musicales dans sa carrière mais pas des moindres : "White Lines (don't don't do it')" de Grandmaster Flash & Melle Mel, "Fight The Power" de Public Enemy et "Hip Hop Hooray" de Naughty by Nature, classiques des classiques rap, sont notamment inscrits à son tableau de chasse.