Casseurs Flowteurs : l'album-concept loufoque d'Orelsan avec son pote Gringe

Par @Culturebox
Mis à jour le 03/06/2014 à 17H36, publié le 16/11/2013 à 15H56
"Casseurs Flowteurs", Orelsan et Gringe

"Casseurs Flowteurs", Orelsan et Gringe

Délaissant son côté sombre, Orelsan part en virée avec le rappeur Gringe pour un album-concept loufoque, inspiré des "buddy movies" américains et né d'une vraie histoire de potes.

Le premier disque éponyme des Casseurs Flowteurs, publié lundi, est un ovni dans l'univers du rap. L'album est construit comme un film et en a la durée (01 heure 43). Entre chaque chanson, des dialogues permettent de suivre la journée de deux glandeurs, de leur lever, à 14H58, à leur coucher à 06H16.
Le pitch ?

Orelsan et Gringe, apprentis rappeurs, doivent écrire un single. Mais les potes débarquent et la journée se transforme en soirée entre recherche de bière, embrouilles avec les petites amies et questionnement existentiel sur fond de gueule de bois. "On s'est inspiré des films qui nous parlent, des "buddy movies" américains comme "Napoleon Dynamite" de Jared Hess, les films de Judd Appatow ou "Les valseuses"", explique Orelsan à l'AFP.
"C'est un album qui se passe dans les intervalles, comme dans les films de Kevin Smith où ce sont les dialogues qui donnent de l'épaisseur au contenu", poursuit Gringe. Il ne s'agit pas d'un "album à sketches", souligne-t-il. "Il y a des morceaux qui sont décalés, mais on a fait nos classes dans le rap technique, on se prend la tête sur les textes, il y a des assonnances, des rimes construites qu'on fait durer".

Mais le concept a permis aux deux rappeurs de "s'amuser en cassant les codes", à l'image de "Bloqué", premier single où un même mot tient lieu de rime - une incongruïté dans le genre -, ou "Johnny Galoche", un R'n'B de pacotille. Le disque est truffé de dialogues loufoques, bourrés d'auto-dérision.

Comme dans les "buddy movies", les deux anti-héros sont en équilibre sur la ligne du tragi-comique. "L'important, c'était de montrer les ambiances entre potes. Dans ce cas là, même le pire truc, tu vas avoir tendance à le tourner en dérision parce que tu ne veux pas démoraliser tout le groupe", note Orelsan.

"La première fois qu'on s'est vu, on s'est dit qu'on allait monter un groupe et on l'a fait"

Derrière ce drôle de "buddy CD", se cache une vraie amitié, celle d'Aurélien Cotentin (Orelsan) et Guilaume Tranchant (Gringe), qui remonte au tout début des années 2000. "On avait des potes en commun, il était vendeur dans un skate-shop où j'allais souvent et je savais qu'il rappait", raconte Orelsan, lauréat de deux Victoires de la musique et d'un disque de platine pour "Le chant des sirènes".

"La première fois qu'on s'est vu, on s'est dit qu'on allait monter un groupe et on l'a fait. Le jour même, on est allé chourer une tour d'ordinateur dans mon IUT, s'acheter un micro avec nos petites économies et monter un home-studio dans la foulée", poursuit Gringe. S'en sont suivis sept-huit ans de colocation -- "colocation forcée, je l'ai bien parasité, avec d'autres", précise Gringe -- source évidente d'inspiration pour les Casseurs Flowteurs, qui ont invité leurs copains à jouer leur propre rôle sur le disque.
"Dans nos têtes, l'album se passe il y a trois ans. On n'est plus vraiment dans cette vie-là", note Orelsan. A voir. Le récit par Orelsan du vrai tournage du clip de "la mort du disque" pourrait être une scène de l'album. "On a loué une piscine, ramené du matos de plongée. On arrive et on avait oublié de recharger les caméras", raconte-t-il, dépité.

Comment détruire un CD

Le clip est une hilarante démonstration de toutes les façons de détruire un CD, de la batte de base-ball au cocktail molotov. La plus efficace ? "Le rouleau compresseur, ça ne fait rien, lui balancer un piano du haut d'un pont non plus. Le tigre, on n'en sait rien parce qu'il est parti avec le CD accroché au pied de porc. Finalement, je crois que c'est le mixer", estime Gringe.

Casseurs Flowters Orelsan et Gringe
Dans les bacs le 18 novembre 2013