Beyoncé et Jay-Z couronnés couple le plus puissant de l'industrie musicale

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Publié le 25/01/2014 à 18H15
Jay-Z et son épouse Beyoncé, le 17 juin 2013 au club 40/40 de New York.

Jay-Z et son épouse Beyoncé, le 17 juin 2013 au club 40/40 de New York.

© Kevin Mazur / Getty Images / AFP

Chaque année, le Billboard, bible de l'industrie musicale, publie son hit-parade des cent personnalités les plus influentes du milieu. Cette année, Beyoncé et son époux Jay-Z sont couronnés rois de ce "Power 100", coiffant au poteau les plus grands PDG de l'industrie de la musique et du divertissement.

Pour justifier son choix, le Billboard explique en préambule que le pouvoir est l'habilité à remodeler le monde autour de soi conformément à sa propre vision. A cet égard, Beyoncé et Jay-Z ont fait bouger les lignes avec éclat en 2013 en terme de marketing et de business musical. En jouant essentiellement sur la surprise.

Un partenariat en or inédit pour lui
Pour la sortie en juillet son album "Magna Carta Holy Grail", Jay-Z a réalisé un très joli coup en signant un partenariat inédit avec Samsung. Les possesseurs d'un téléphone portable Galaxy de la marque ont pu télécharger gratuitement et en exclusivité l'album trois jours avant sa sortie officielle. Ceci a permis à Jay-Z de gagner sur tous les tableaux (lire notre article détaillé ici), et surtout de pousser l'industrie à changer ses règles.

Après avoir traîné les pieds, cette dernière a fini par admettre grâce à lui que les classements du hit parade ne peuvent plus rester basés sur les seules ventes payantes mais doivent prendre en compte d'autres paramètres (comme le téléchargement gratuit légal). "Changer les règles", comme il l'avait tweeté en juin, était d'ailleurs le but de Jay-Z en engageant ce bras de fer avec la RIAA (Association américaine de l'industrie du disque). Mission accomplie donc.

Une surprise absolue pour elle
De son côté, Beyoncé a pris le monde de court elle aussi en sortant en décembre un album surprise que la rumeur n'avait même pas eu le temps d'annoncer. Préserver le secret jusqu'au bout d'une telle star à l'heure des réseaux sociaux, du jamais vu ! (Même si Bowie l'a bien joué aussi en 2013). D'autant que cet album "visuel", qui se regarde autant qu'il s'écoute (17 vidéos clips l'accompagnent), n'était disponible durant la première semaine que sous forme digitale, au prix d'un CD.

Résultat : emballement sur les réseaux sociaux (1,2 million de tweets en 12 heures) et record de ventes sur iTunes en 24 heures, où il s'est placé directement numéro un dans 97 pays, un record. L'objectif affiché de Beyoncé, qui n'est plus managée par son père depuis 2011 : court-circuiter les fuites et les intermédiaires (notamment les médias) et "s'adresser directement" à ses fans. Mais aussi créer l'excitation et concentrer un maximum de ventes en un minimum de temps.

Emballage et contenu
Du beau travail, de l'orfèvrerie dans l'art de créer le buzz, qui permet effectivement de saluer la créativité sans limite des deux stars en terme de business et de communication. On est juste un peu moins sûrs d'être d'accord avec la conclusion du Billboard selon lequel, '"en résumé, ils ont prouvé que le contenu est vraiment roi".

Certes, ces deux opérations ont forcé le public à découvrir le contenu de chacun de ces albums comme un tout (et non pas à coup de singles et de fuites organisées), débarrassé des préjugés. C'est déjà énorme. Mais à supposer que ces disques n'aient pas été à la hauteur artistiquement (l'album de Jay-Z est d'ailleurs loin d'être son meilleur), l'impact aurait été le même. On parle donc bien d'habileté marketing avant tout. Et donc, oui, de pouvoir. 
Beyoncé et Jay-Z en tête du "Power 100" et en couverture du magazine Billboard en janvier 2014.

Beyoncé et Jay-Z en tête du "Power 100" et en couverture du magazine Billboard en janvier 2014.

© DR
Les 9 autres premiers du Classement "Power 100" du Billboard :
2. Lucien Grainge (Chairman/CEO, Universal Music Group)
3. Coran Capshaw (Founder/owner, Red Light Management, Starr Hill Presents; Partner, ATO Records, TBD Records)
4. Michael Rapino (CEO, Live Nation Entertainment)
5. Martin Bandier (Chairman/CEO, Sony/ATV Music Publishing)
6. Doug Morris (Chairman/CEO, Sony Music Entertainment)
7. Irving Azoff (Chairman/CEO, Azoff MSG Entertainment)
8. Len Blatavnik (Vice chairman/owner, Warner Music Group
Founder/chairman, Access Industries)
9. Rob Light (Managing partner/head of music, Creative Artists Agency)
10. Jimmy Iovine (Chairman, Interscope Geffen A&M; 
Co-founder/CEO, Beats Electronics)