Asap Yams, co-fondateur du collectif de ASAP Rocky, est mort

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 19/01/2015 à 16H04, publié le 18/01/2015 à 16H26
ASAP Yams, co-fondateur du collectif hip-hop ASAP Mob.

ASAP Yams, co-fondateur du collectif hip-hop ASAP Mob.

© ASAPmob Instagram

De nombreux messages apparus dimanche sur les réseaux sociaux émanant du collectif de rap A$AP Mob ont annoncé la mort de A$AP Yams. De son vrai nom Steven Rodriguez, A$AP Yams était âgé de 26 ans. Ce natif de Harlem (New York, Etats-Unis), avait fondé en 2007 l'un des collectifs de hip-hop les plus populaires des dernières années, dont est issu le rappeur A$AP Rocky.

La mort de A$AP Yams a été annoncée en début d'après-midi (heure française, c'est à dire très tôt dimanche sur la côte Est des Etats-Unis), via plusieurs tweets et posts sur Instagram, dont ceui du compte Twitter du collectif et le compte Instagram de A$AP Rocky et de A$AP Ferg (ci-dessous). Le label Polo Grounds Music et la major du disque RCA ont confirmé quelques heures plus tard sa mort et offert leurs condoléances au collectif et aux proches du défunt.
 

R.I.P YAMS, I LOVE YOU BROTHER

Une photo publiée par PRETTY FLACKO (@asvpxrocky) le

Une overdose ?

On ignore encore les causes du décès mais certains évoquent une overdose, Steven Rodriguez étant connu pour ses addictions à la codéine et au Xanax. Il avait tweeté être en "rehab" (désintoxication) en juillet dernier. Son dernier tweet, en date de samedi, faisait d'ailleurs référence à la codéine. Et en octobre, il tweetait "Que je sois damné si je meurs sobre". Une figure influente

A$AP Yams avait fondé le collectif A$AP Mob en 2007 avec deux amis new-yorkais comme lui, A$AP Bari et A$AP Illz. Le rappeur A$AP Rocky avait rejoint le collectif en 2008 avant de signer un contrat avec une major du disque en 2011 et de décoller à l'international dès l'année suivante. Passionné de rap, Yams avait aidé à définir le son du collectif.

Connu pour ses blogs Tumblr (le premier Real Nigga, avait été fermé) sur lequel il postait des mixes érudits, il était considéré comme un découvreur influent et une puissance montante du rap américain, une sorte de Puffy en devenir.

En 2013, dans un portrait que lui consacrait le New York Times, A$AP Yams résumait ainsi son rôle de mentor auprès du rappeur dont la carrière est désormais internationale : "(A$AP) Rocky est comme Luke Skywalker et je suis Yoda". "Nous voulions devenir grands", racontait-il dans cet entretien, "mais nous ne voulions pas le faire en sautant dans la vague de quelqu'un d'autre. Nous voulions entrer dans le (rap) game avec notre propre vague."

A$AP Rocky le définissait comme "l'éminence grise dans l'ombre", et le considérait comme "une encyclopédie vivante". Dans le magazine XXL (fin de la page 4), Yams avait estimé début octobre que 2014 avait été "la pire année qu'ait jamais connu le rap". 

En son honneur, le site Complex publie une sélection des compilations mixées de A$AP Yams à télécharger.