Procès Jackson: le jury délibère

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 04/11/2011 à 09H47
Le Dr Conrad Murray, à son procès le 3 novembre 2011.

Le Dr Conrad Murray, à son procès le 3 novembre 2011.

© KEVORK DJANSEZIAN - AFP

A l'issue de 6 semaines de procès, le jury a commencé vendredi ses délibérations sur le sort à réserver au Dr Conrad Murray. Jeudi 3 novembre, le réquisitoire a qualifié d'"accablantes" les preuves de la culpabilité du médecin tandis que sa défense assurait que le médecin de Michael Jackson payait "pour les actes" de la star.

Cardiologue, le Dr Murray est poursuivi pour homicide involontaire et risque jusqu'à quatre ans de prison. Il est accusé d'avoir fait preuve de "négligence criminelle" dans les soins apportés à Michael Jackson, notamment dans l'administration du propofol, un puissant sédatif que le chanteur utilisait comme somnifère et qui a causé sa mort le 25 juin 2009, à l'âge de 50 ans.

Ce qu'a plaidé la défense du médecin
Durant sa plaidoirie d'un peu plus d'une heure, l'avocat du médecin, Ed Chernoff, a affirmé que son client n'était pas poursuivi pour ce qu'il avait fait mais "pour les actes de Michael Jackson".

Selon lui, le parquet a monté de toutes pièces la théorie selon laquelle le Dr Murray a mis le chanteur sous perfusion de propofol le matin de sa mort.

Pourquoi ? Parce qu'il fallait "trouver un responsable" à la mort de Michael Jackson. Et pour M. Chernoff, le seul responsable est le "roi de la pop" lui-même, "soumis à une pression considérable" avant les 50 concerts londoniens qui devaient marquer son grand retour sur scène à partir de juillet 2009.

Durant le procès, la défense a soutenu sans beaucoup convaincre que le chanteur s'était auto-injecté une dose mortelle de propofol pendant que son médecin avait le dos tourné.

Un réquisitoire sévère
"Pauvre Conrad Murray, tout le monde est contre lui!", a ironisé le procureur David Walgren dans sa réponse à l'avocat. Soudainement enflammé, il a lancé que le plus surprenant dans cette affaire, était peut-être que "Michael Jackson ait pu vivre aussi longtemps en étant entre les mains de Conrad Murray".

Dans son réquisitoire, M. Walgren avait jugé "accablantes" les preuves contre le médecin, et fait vibrer la corde sensible en faisant de nombreuses références à Paris, Prince et Blanket, les trois enfants du "roi de la pop", âgés respectivement de 13, 14 et 9 ans.

"Pour les enfants de Michael Jackson, cette affaire ne se terminera jamais, parce qu'ils n'ont plus de père", a-t-il dit. "Ils n'ont plus de père à cause des actes de Conrad Murray". "Un médecin a comme première obligation de ne pas nuire à son patient. Conrad Murray a violé ce serment de confiance jour après jour", a-t-il dit.

Selon le procureur, le chanteur et son docteur n'avaient pas une relation médecin-patient mais "employé-employeur. Et le service à rendre était de fournir du propofol" à la star, pour un salaire de 150.000 dollars par mois. 

Les actes du médecin n'ont peut-être pas été la seule cause du décès, mais "un facteur déterminant". "La justice exige un verdict de culpabilité", a-t-il conclu.

Le procureur acclamé par les fans
En sortant de la salle d'audience, le procureur a traversé le hall sous les applaudissements et les hourras des fans, qui venaient de former une haie d'honneur pour la famille Jackson. Katherine, la mère du chanteur, tout de noir vêtue, a serré plusieurs mains à de fans émus, sous les yeux de son mari Joe et de ses enfants Randy et La Toya.