We Love Green

du 31 mai au 01 juin 2014

Festival We Love Green 2014 : 5 bonnes raisons d'y aller

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 01/06/2014 à 13H15, publié le 23/05/2014 à 17H05
L'affiche de We Love Green 2014.

L'affiche de We Love Green 2014.

© DR

We Love Green s'est imposé en deux éditions comme le festival français le plus pointu en terme d'écologie et de programmation. Et il continue d'évoluer. Posées dans le cadre bucolique du Parc Bagatelle du Bois de Boulogne, deux scènes se répartissent cette année la vingtaine de groupes de rock indie et d'électronique à l'affiche samedi 31 mai et dimanche 1er juin. Tour d'horizon en 5 points.

Culturebox retransmet plusieurs concerts de We Love Green en streaming, dont Lorde, Foals, Jungle, Little Dragon et Moodoïd

1. Voir Lorde en exclu française
Couronnée à 17 ans meilleure artiste féminine de l'année aux Brit Awards 2014 et lauréate avec son hit "Royals" de la meilleure chanson aux derniers Grammy Awards, Lorde est une des révélations majeures des derniers mois. Adoubée par David Bowie pour qui elle représente l'avenir, la chanteuse néo-zélandaise précoce a sorti l'an passé un album de pop remarqué, "Pure Heroïne", dominé par sa voix, et dont elle a écrit paroles et musique. Cette jeune féministe revendiquée au caractère bien trempé, très critique du formatage et des hypocrisies du mainstream, crée l'évènement à chaque apparition scénique comme encore tout récemment au festival Coachella. Elle fera à We Love Green sa seule halte française de l'été.
(Dimanche 1er juin, concert à suivre en direct stream sur Culturebox)


2.  Découvrir Jungle en Live avant tout le monde
Jungle est un duo londonien auteur d'une pop groovy chaude, voluptueuse et entêtante comme on n'en avait pas entendue depuis des lustres. Resté longtemps mystérieux, en dépit d'un buzz underground entamé dès l'été dernier, le groupe sort enfin de sa tannière avec un album prévu pour la fin juin. Des premiers frémissements de notoriété avec "Platoon", illustré d'un clip mémorable où explosait l'incroyable talent de la petite championne de danse hip-hop âgée de 6 ans B-Girl Terra, au dernier titre dévoilé, "Busy Earnin", Jungle n'a commis que des sans-faute et continué logiquement à faire grimper l'intérêt et le désir. Après une petite poignée de dates en France ce printemps et avant les Eurockéennes et les Vieilles Charrues,  ils reviennent enflammer We Love Green. Préparez vous à fondre…
(Dimanche 1er juin, concert retransmis en direct stream sur Culturebox)
 


3. Lever les bras devant la scène electro
Si We Love Green est depuis le début l'assurance de faire moisson de sonorités quatre étoiles, avec cette fois Foals, London Grammar, Earl Sweatshirt, Cat Power, Moodoïd ou Little Dragon, le festival étrenne cette année une seconde scène dédiée aux dj's et à l'électro.

Cette scène propose une brassée de noms moins coutûmiers du circuit des festivals. Par exemple The Two Bears, duo house-soul-2step composé pour moitié de Joe Goddard de Hot Chip, les nouveaux prodiges de la scène electro house anglaise Jackmaster et George Fitzgerald, ou encore le maître de la collision dubstep-uk garage-jungle Joy Orbison en ping-pong avec Boddika. On remarque aussi le montréalais Lunice, complice de Hudson Mohawke chez TNGHT,  la venue de Dj Spinn producteur de ghetto-house de Chicago programmé à l'origine avec son complice le regretté Dj Rashad, la techno psyché de Dj Tennis couplée au chanteur de The Rapture Luke Jenner et le ping-pong toujours impec des vieux complices Pedro Winter et Riton. (Samedi et dimanche)
 


4. Se poser dans un cadre bucolique certifié bon pour la planète
Pelouse, arbres, fleurs, chaises longues  : pour peu que le soleil y mette du sien, We Love Green, qui se déroule dans les Jardins de Bagatelle du Bois de Boulogne, est aussi une partie de campagne qui donne un avant-goût des vacances. Les mauvaises langues peuvent bien n'y voir qu'un aimant à bobos, ce festival est 100% écolo-conçu : même la scénographie est recyclable ! La nourriture proposée (un peu chère, certes) est bio et locale, conforme au manifeste Slow Food. Les déchets sont triés et compostés. Et We Love Green dispose de son propre générateur solaire qui fournit le site en énergie propre. D'ailleurs, la manifestation a recu le prestigieux prix "Green Operations Award" de l'European Festival Awards pour sa précédente édition. Et toc.
 


5. Voir une expo de Fabrice Hybert et laisser ses petits entre de bonnes mains...vertes, forcément
Pour faire une pause, on peut aussi s'occuper les mains sur le stand de couronnes de fleurs ou de tresses du Comptoir Général, ou aller s'asseoir devant un écran géant où sont projetés en continu cinq films sur le thème du voyage et de la biodiversité, dont "When Bjork meet Attenborough" et "Empreintes" autour de Pierre Rabhi.

On peut aussi aller tester les malicieux POF (prototypes d'objets en fonctionnement) de l'artiste contemporain Fabrice Hyber, dont une installation trône au centre du festival. Avec son ballon carré ou sa main à six doigts, il déplace la fonction originelle de nombreux objets familiers, ouvrant, au moins en germe, de nouveaux champs des possibles. 

Pour occuper les enfants, bienvenus dans ce festival (l'entrée est gratuite pour les moins de 12 ans), un espace dédié leur propose tout un tas de chouettes activités comme la confection de masques d'animaux, la construction de moulins à vent, et même la production d'énergie : écolos jusqu'au bout des ongles, les organisateurs ont prévu de récupérer l'énergie produite par les petits sur les trampolines et les vélos ! Allez les kids, pédalez ferme qu'on fasse péter les amplis !

Culturebox retransmet plusieurs concerts de We Love Green en streaming, dont Lorde, Foals, Jungle, Little Dragon et Moodoïd

Festival We Love Green
Samedi 31 Mai et Dimanche 1erJuin
Parc de Bagatelle
Tarifs Pass 2 jours : 66 euros

Billet un jour : 38,50 euros
Gratuit pour les moins de 12 ans