Stromae redécouvre ses origines à Kigali, où il joue samedi

Par @Culturebox
Mis à jour le 17/10/2015 à 14H56, publié le 17/10/2015 à 14H46
Stromae le 17 octobre lors de sa conférence de presse à Kigali, capitale du Rwanda.

Stromae le 17 octobre lors de sa conférence de presse à Kigali, capitale du Rwanda.

© Tony Karumba / AFP

Le chanteur belge d'origine rwandaise s'est dit "ravi", samedi, d'être à Kigali pour clore sa tournée africaine avec un concert très attendu au Rwanda où il avait annulé une date prévue en juin. Un concert très symbolique pour Stromae, dont le père a été assassiné dans ce pays durant le génocide de 1994.

A Kigali "un sentiment particulier"

"Je suis évidemment ravi d'être là, surtout avec les problèmes de santé que j'ai eus et l'annulation qu'on a dû faire. Mais je suis super heureux d'être là et ça me fait bizarre de voir des têtes qui me ressemblent, enfin auxquelles je ressemble", a déclaré Stromae, alias Paul Van Haver, lors d'une conférence de presse à Kigali avant son concert, provoquant quelques rires dans la salle. "C'est un sentiment agréable, mais particulier," a-t-il assuré.

A la grande déception de ses fans, le chanteur avait dû annuler en juin les deux derniers concerts de sa première tournée en Afrique, prévus à Kinshasa et Kigali, pour raisons de santé. Il avait souffert des effets secondaires d'un traitement antipaludique.
A Kigali, ou des affiches à son effigie parsèment la ville, on attend de pied ferme Stromae samedi soir.

A Kigali, ou des affiches à son effigie parsèment la ville, on attend de pied ferme Stromae samedi soir.

© Tony Karumba / AFP

Une tournée éprouvante

"C'était assez horrible, c'était vraiment une très mauvaise période," a-t-il admis, évoquant une tournée "vraiment épuisante". "C'est un peu le destin qui fait que l'on termine la tournée ici à Kigali et je suis vraiment ravi de ça" a-t-il précisé, tout en ajoutant: "C'était quand même important de venir dans mon pays d'origine".

Les deux concerts ont été reprogrammés en octobre. Il a enchanté ses fans congolais samedi dernier à Kinshasa et les Rwandais l'attendent à bras ouverts.

Dans la salle, la mère de Stromae, une flamande qui avait fait le déplacement de Belgique, ainsi que son frère et des cousins, étaient présents. A Kigali, de grandes affiches annoncent le concert qui doit se dérouler samedi soir dans le stade de l'Université libre de Kigali (ULK).

En marge de sa prestation, le chanteur devrait rencontrer des membres de sa famille paternelle vivant au Rwanda et se rendre au mémorial du génocide.

Hâte de redécouvrir ses origines

Ses origines rwandaises - son père Pierre Rutare a été tué pendant le génocide qui, en à peine cent jours entre avril et juillet 1994, a fait environ 800.000 morts, essentiellement parmi la minorité tutsi - , le chanteur ne les évoque que rarement en public.

"J'étais déjà venu (au Rwanda) quand j'avais 5 ans mais je ne m'en souviens plus très bien... mes origines, je les connais uniquement à travers le prisme européen," a-t-il reconnu. "C'est pour ça qu'à chaque fois, par pudeur, j'essaie de garder une espèce de distance pour ne pas faire celui qui connait super bien ses origines (...) mais en tout cas, (j'ai) hâte de redécouvrir et découvrir encore plus mes origines," a-t-il expliqué.

Interrogé sur son état d'esprit alors qu'il s'apprête à chanter "Papaoutai" à Kigali, le chanteur a assuré y avoir pensé la veille en s'endormant. "Je me demandais dans quelle mesure est-ce que ça allait être difficile ou pas de chanter ce morceau là et finalement, l'aspect professionnel est revenu assez rapidement et je me suis dit +et bien tu vas le chanter comme tu l'as chanté face à n'importe quel public dans le monde+". Mais, a-t-il nuancé, "si je verse une petite larme à un moment, ce sera le coeur qui a parlé".