Paul McCartney : un concert généreux à Bercy

Par @Culturebox
Mis à jour le 31/05/2016 à 11H11, publié le 31/05/2016 à 10H31
Paul McCartney en concert à Bercy en mai 2016

Paul McCartney en concert à Bercy en mai 2016

© BERTRAND GUAY / AFP

Un an après un concert mémorable au Stade de France à Paris, Paul McCartney a offert un show généreux mardi soir au palais omnisport de Bercy, avec d'impérissables tubes des Beatles et des private jokes à foison.

Les Beatles revisités

A bientôt 74 ans (le 18 juin), avec plus de cinquante ans de carrière derrière lui, Paul McCartney fait toujours preuve d'une belle envie de s'amuser au cours de sa nouvelle tournée, "One On One", lancée en avril. "Salut les copains!", a-t-il lancé en  français en débarquant, veste noire sur chemise blanche, pour un concert où il enchaînera près de 40 chansons en 2h45.

Entouré de quatre musiciens (guitares, claviers et batterie), McCartney  passe d'un instrument à un autre - basse, piano à queue, piano droit, guitares  acoustique et électrique, ukulelele - pour revisiter le répertoire des Beatles et des Wings (son groupe entre 1971 et 1981) et défendre quelques uns de ses  titres les plus récents.

"A Hard Day's Night" en ouverture, le magnifique "Blackbird" seul à la  guitare, "Lady Madonna", "Ob-la-di, Ob-la-da", "Back in the USSR", "Hey Jude", "Yesterday" l'explosif  "Live and Let Die" (des Wings écrit pour le James Bond éponyme de 1973), ... Même si la voix est parfois un  peu moins assurée, le public est aux anges et en redemande.

McCartney s'adresse au public tantôt en anglais tantôt en français. Il multiplie les clins d'œil : au "5e Beatle" George Martin, décédé en début d'année, pour qui il joue "Love Me Do"; à son "ami John" Lennon, il dédie "Here Today"; pour son "ami George" Harrison, ce sera "Something"... Le souvenir de  Jimi Hendrix flotte aussi quelques instants quand résonne l'intro de "Foxy Lady".

"Michelle" en hommage à Paris

Mais Paul McCartney a aussi une pensée pour Paris une ville où il "aime  toujours venir jouer mais cette fois c'est vraiment particulier", précise-t-il  en référence aux attentats de novembre. Ce sera évidemment "Michelle", la  "seule chanson que je connaisse en français", avec accordéon de rigueur dans le groupe et monuments parisiens qui défilent sur les écrans géants en fond de  scène.

Aux rappels, l'ex-Beatles débarquera avec les drapeaux français et britannique, déclenchant une "Marseillaise" spontanée dans le public.
Rusty Anderson, Paul McCartney and Brian Ray sur scène en 2016

Rusty Anderson, Paul McCartney and Brian Ray sur scène en 2016

© Steve Jennings / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Généreux jusqu'au bout, Paul McCartney invite aussi quelques fans sur scène dont un couple : l'occasion pour un certain Nicolas de faire sa demande en  mariage à sa compagne Clémence devant un McCartney hilare et sous les  applaudissements des près de 20.000 spectateurs !

Lancée en Amérique du nord en avril, cette tournée sillonne l'Europe jusqu'à la fin juin avant de retourner de l'autre côté de l'Atlantique avec des concerts prévus jusqu'en octobre.

A la mi-octobre, le bassiste et chanteur doit participer à deux concerts  événements dans le désert californien rassemblant des légendes du rock : Rolling  Stones, Bob Dylan, Neil Young, Roger Waters, les Who et lui-même !