Paul McCartney attaque Sony pour récupérer les droits des chansons des Beatles

Par @Culturebox
Publié le 19/01/2017 à 10H17
Beatles, 1965

Beatles, 1965

© PETER SKINGLEY / UPI / AFP

Paul McCartney a déposé plainte mercredi à New York contre la société d'édition musicale Sony ATV Music Publishing pour s'assurer les droits sur certaines chansons des Beatles, une bataille qui pourrait être lourde de conséquences pour l'industrie du disque.

Selon la loi américaine sur la protection des droits d'auteurs ("Copyright Act") de 1976, les artistes peuvent prétendre à la récupération des droits de leurs oeuvres 35 ans après l'année de leur première édition, ou jusqu'à 56 ans pour des oeuvres datant d'avant 1978. En 2018, cela fera 56 ans que les Beatles ont publié leur premier single, "Love me do".

Précédents avec Duran Duran

Selon la plainte, le chanteur britannique a demandé à Sony ATV Music Publishing de reconnaître sa volonté de récupérer les droits sur des chansons qu'il a composées à l'époque avec John Lennon, mais "les accusés ont refusé de fournir une telle confirmation".

Une affaire similaire a opposé en décembre le groupe de pop anglais Duran Duran à sa société d'édition, détenue par Sony ATV Music Publishing, devant la justice britannique. Duran Duran voulait récupérer les droits de certains de ses anciens tubes comme "Rio" ou "A view to a kill", chanson du générique du James Bond "Dangereusement vôtre", mais les juges ont estimé que la loi américaine ne s'appliquait pas en Grande-Bretagne.

En 1985, Michael Jackson avait mis la main sur les droits

Le groupe japonais Sony a racheté en septembre 2016 les parts détenues par Michael Jackson dans leur société commune Sony/ATV. La légende veut que Michael Jackson ait décidé d'investir dans la propriété intellectuelle et la gestion de droits d'auteur après une conversation avec Paul McCartney, qui avait attiré son attention sur l'importance des éditeurs de musique.

En 1985, le roi de la pop avait racheté ATV Music, qui détenait notamment les droits de tous les titres des Beatles, au grand dam de Paul McCartney. Dix ans plus tard, Michael Jackson créait avec Sony la société commune Sony/ATV Music Publishing, qui contrôle aujourd'hui un catalogue considérable, fort de plus de trois millions de titres.