Nue sur le bitume, la pop-jazz expérimentale d'un groupe en devenir

Par @Culturebox
Publié le 13/06/2013 à 09H57
Nue sur le bitume : Rémi Sauze, Rodolphe Castan et Clara Cahen

Nue sur le bitume : Rémi Sauze, Rodolphe Castan et Clara Cahen

© Marion Brunel

« Nue sur le Bitume », c’est le nom d’un groupe rhône-alpin qui signe son premier album 5 titres baptisé « Not So Hard ». Avec cet opus, le trio, emmené par Clara Cahen, propose une belle plongée dans un univers sonore qui navigue entre pop-rock et jazz, avec une vraie place laissée à l’improvisation et aux contrastes. Un album qui laisse présager de belles choses pour l’avenir.

Tout l’état d’esprit musical de ce trio est dans son nom : « Nue sur le bitume » évoque tout à la fois la douceur et l’âpreté, une certaine sensualité qui s’oppose à un élément plus froid et plus rude. Jouer sur les contrastes, c’est bien ce que voulait Clara Cahen dès le départ. Cette jeune grenobloise de 25 ans qui venait de groupes de jazz où elle pratiquait le « scat » a eu envie de rendre cette musique plus accessible. D’où l’idée de monter un projet qui mêle musique pop et harmonies jazz, compositions ciselées et improvisations débridées. Encore fallait-il trouver les musiciens pour réaliser ce rêve.
Clara Cahen

Clara Cahen

© Vincent Assie
C’est à l’Apeje à Chambéry que Clara Cahen a rencontré ceux qui allaient devenir ses "compagnons de bitume". Comme elle, Rémi Sauze (batterie et vibraphone acoustique) et Rodolphe Castan (guitare basse, batterie) venaient parfaire leur pratique dans cette école qui forme des musiciens professionnels en deux ans. Le premier avait une formation  classique, quant au second, il était plutôt orienté rock. Leurs différences leur ont donné envie de travailler ensemble.
A cette époque, il y a de cela quatre ans, Clara s’est mise à écrire, beaucoup. « Ca a explosé d'un seul coup» explique la jeune femme qui est un peu "la tête pensante" du groupe. Elle écrit tous les textes et apporte aussi l’idée de base en terme de composition. A partir des bribes de musique qu’elle propose, « les garçons » comme elle les appelle, amènent leur touche à eux et au final « chacun trouve sa place par rapport aux idées qu’elle ramène » comme l’explique Rodolphe Castan.
Rodolphe Castan, guitariste de Nue sur le bitume

Rodolphe Castan, guitariste de Nue sur le bitume

© Vincent Assie
Le groupe s’est vraiment formé il y a un an, enchaînant tremplins et concerts. Et puis en mars dernier, le trio a franchi un cap en sortant un EP 5 titres baptisé «Not so hard».  Pour ce premier opus, Clara Cahen a plongé dans son intimité pour écrire : « Je me suis mis un coup de pied aux fesses, en me disant « allez, faut déballer ! » reconnaît-elle. Et chanter des choses très personnelles, c'est aussi s'offrir la possibilité de les interpréter avec davantage de caractère.
"Not so hard", le premier EP 5 titres de Nue sur le bitume

"Not so hard", le premier EP 5 titres de Nue sur le bitume

© Mikk Blanc
Et c’est cette personnalité qui ressort quand on écoute cet album. On a le sentiment que le premier instrument de Nue sur le Bitume, c’est d’abord la voix de Clara Cahen. Au demeurant, ce n’est pas une « grande voix », en terme de puissance ou de tessiture. Mais la jeune femme sait parfaitement jouer avec elle. Avec un timbre délicat, elle murmure parfois plus qu’elle ne chante. Mais cette délicatesse s’accorde parfaitement avec des « nappes » de sons parfois évanescents qui se déroulent et finissent par nous emmener dans un univers un peu irréel. Puis, sans prévenir, musique et voix éclatent dans une énergie très rock, à l’image de « Sea my Fear », une chanson qui évoque la phobie de Clara Cahen pour l'eau. Pour ce titre, Nue sur le bitume a réalisé un clip enregistré dans une chapelle à Chambéry (avec le collectif de vidéastes Shoot It).
Nue sur le bitume sea my fear
Avec ses musiciens, Clara est arrivée là où elle voulait : faire cohabiter dans un même morceau des énergies et des styles différents, naviguer d’un univers à un autre sans s’imposer de limite. Le groupe se présente comme pop jazz expérimental et ce titre ne semble pas usurpé. La preuve avec « You know what it Mean » où la voix de Clara s’amuse, scat, allant chercher des aigus, comme si sa voix faisait des ricochets sur les notes.

Un univers très personnel

Au final, ce qui fait  le charme de cet album, c’est sa fraicheur et l’énergie qui s’en dégage. Le trio doit encore se rôder et progresser mais il possède un vrai potentiel créatif. Chose rare chez un groupe aussi jeune, Nue sur le bitume a réussi à créer son propre univers sonore qui ne ressemble à aucun autre. Le travail de Clara y est pour beaucoup : « J’étudie beaucoup le fond musical que fait la basse, la batterie…je fais beaucoup de recherches sur ce qui a été ou n’a pas été fait. Mais au final, je fais toujours des choses qui me ressemblent ».
Nue sur le Bitume lors d'un concert à l'Epicerie Moderne à Lyon

Nue sur le Bitume lors d'un concert à l'Epicerie Moderne à Lyon

© Vincent Assie
Mais pour rentrer pleinement dans l'univers de Nue sur le bitume, il faut aller le voir en concert. C'est là que le goût pour l'improvisation de Clara s'exprime vraiment et que la complicité avec ses musiciens prend tout son sens : "Soit on la suit , soit on essaie de l’emmener vers autres choses" explique Rodolphe. D'où la nécessité d'être à l'écoute des uns des autres. Quant à Clara, elle donne beaucoup : "Sur scène, je ne dis pas un mot. Je donne tellement dans les morceaux, ça me prend mon énergie...Quand j'improvise, je pars vraiment". Et nous avec. De quoi nous laisser, non pas nue sur le bitume mais un peu sonné et carrément ailleurs...
Nue sur le bitume en concert