Les Bee Gees : 40 ans après "Stayin' alive", la magie perdure

Par @Culturebox
Mis à jour le 05/02/2017 à 18H16, publié le 05/02/2017 à 16H18
Les Bee Gees en 1979 à Miami Beach

Les Bee Gees en 1979 à Miami Beach

© Phil Sandlin/AP/SIPA

Il y a quarante ans, la bande son disco de "Saturday night fever" relançait la carrière des Bee Gees. Ce groupe pop composé de trois frères, Barry et les jumeaux Robin et Maurice Gibb avait composé le son d'une génération. Aujourd'hui, seul l'aîné est encore en vie, mais les compositions du trio font partie de la vie de chacun. Les Bee Gees ont vendu 220 millions de disques.

B comme "brothers", G comme "Gibbs". Les Bee Gees, à la manière des Jackson Five ne sont pas allés chercher plus loin que dans leur famille les membres de leur groupe et les ingrédients de leur succès. L'aîné, Barry a encore un peu plus d'une tête de plus que ses frères jumeaux Robin et Maurice quand le trio commence à chanter sur scène. Ils sont bien anglais, mais la famille était partie un peu plus tôt s'installer en Australie. C'est à leur retour à Manchester que démarre vraiment leur aventure musicale. Avec deux autres musiciens, ils deviennent officiellement les Bee Gees. Cette première partie de carrière est marquée par quelques morceaux très originaux. S'ils sont influencés par le son pop de ces années 60, ils possèdent cependant une originalité qui, dès les premières notes, les differencie des autres groupes de l'époque. leur premier album britannique (Bee Gees 1rst) comporte déjà un morceau inoubliable "New York Mining Disaster 1941". Mais c'est "Massachussets" en 1967, puis l'année suivante "I started a joke" qui porteront les Bee Gees jusqu'aux premiers rangs du classement des ventes de disques.

Reportage : C. Rougerie / J-M. Lequertier / C. Ferron

Renaissance

Fin des années 60, le temps des Bee Gees paraît terminé. Une nouvelle décennie commence qui semble devoir les condamner à l'oubli. C'est alors qu'en 1975, "Saturday Night Fever", le film étendard de la génération disco, sort dans le monde entier. C'est en fait un petit film qui raconte l'histoire d'un jeune New Yorkais transcendé par la danse et qui attend le samedi soir pour pouvoir s'éclater sur les pistes des boîtes disco. Le public découvre alors un John Travolta époustouflant, dansant sur des chansons interprétées par un groupe dont le chanteur est doté une incroyable voix de fausset. Cette voix haut perchée c'est bien sûr celle de Barry Gibb qui, toujours flanqué de ses deux frères, a trouvé un second souffle. Les disques, 33 et 45 tours, se vendent par millions. Les succès planétaires s'enchaînent ensuite, ils ont pour titres "Night fever", "Stayin' alive", puis "How deep is you love" , "You should be dancing", "Too much heaven" ou "Jive talkin'" .

Une troisième période

Comme comme toute mode, celle du Disco a fini par passer. Et la suivante, celle du punk, les Bee Gees ne pouvaient vraiment pas l'épouser ! Mais il faudra attendre 1987 pour qu'ls renouent avec le succès, dans une moindre mesure cependant. Dans l'intervalle, le trio avait composé des grands noms de la chanson. "You win again", ou "Alone" prouvent que l'inspiration des trois frères a su se renouveler et coller à l'air du temps. Mais le temps commence à être compté pour le trio. Andy, le quatrième frère Gibb qui avait fait de son côté une carrière solo dans la chanson, meurt en 1988 d'une overdose à l'âge de trente ans. Janvier 2003, Maurice meurt subitement à 53 ans d'une crise cardiaque. Mai 2012, c'est Robin qui succombe à un cancer. Il ne reste plus qu'un Bee Gee, au singulier, Barry Gibb. Il a sorti en octobre 2016 "In the now" son deuxième album solo. A ses côtés, deux nouveaux Gibb, ses fils Stephen et Ashley !

Alerte résultats de la présidentielle 2017
M'alerter dès que les résultats seront publiés !