Hindi Zahra et Dam, un parfum de Moyen-Orient flotte sur le Printemps

Par @Culturebox
Mis à jour le 29/04/2015 à 16H23, publié le 29/04/2015 à 15H26
La transe et le charme d'Hindi Zahra électrise la scène du Printemps de Bourges

La transe et le charme d'Hindi Zahra électrise la scène du Printemps de Bourges

© France 3 / Culturebox

Le Printemps de Bourges se termine doucement avec encore quelques douces surprises. Au programme de cette quatrième journée, un peu de chaleur et de soleil. Du folk oriental de la chanteuse marocaine Hindi Zahra au rap énergique de Dam, le festival a vibré au son du Moyen-Orient.

Du Maroc à Israël, le Printemps de Bourges était placé ce lundi 27 avril sous le charme du métissage et de l'engagement. Une journée pleine de chaleur et d'énergie en terres orientales ménée par Hindi Zahra et Dam.

Reportage : A. Métais /A. Blanchard / L. Vaury / S. Teissier  


Hindi Zahra : la musique sans frontières

Pour la chanteuse franco-marocaine, les influences sont multiples. Hindi Zahra chante en anglais, en français, en berbère et ne semble avoir aucune frontières. Son nouvel album "Homeland" qu'elle a composé à Marrakech puise dans toutes les cultures musicales et culturelles. Du soul au rock, en passant par les musiques cubaines ou brésiliennes. "Le Maroc est un pays avec beaucoup de dialectes donc pour moi c'est tout à fait naturel de chanter dans toutes ces langues". 

 



Dam : le rap palestinien qui dénonce l'occupation

Basé à Lod, à une vingtaine de kilomètres de Tel Aviv, DAM est le groupe pionnier du rap palestinien. Né en 1999, son nom signifie "sang" en hébreu et "durer toujours" en arabe. Un paradoxe linguistique que l'on retrouve dans le mix fascinant et prophétique de l'album "Debke on the Moon" sorti en 2013. "Ce que l'on peut faire en tant que musicien c'est donner de l'espoir aux gens, être artiste... et avoir la foi", Assure Mahmoud chanteur du groupe.

Le voyage énergique entre l'urbain et le traditionnel, l'Orient et l'Occident relate en grande partie les difficultés que chacun rencontre dans un pays où la répression est vécue au jour le jour. "Pour nous, la politique fait partie de notre vie quotidienne. Parce que peu importe ce que nous faisons, que ce soit pour travailler, pour voyager, ou pour aimer… tout, tout est affecté par l'Occupation et la guerre en cours", ajoute encore Maysa Daw, chanteuse de Dam. 

 



La Tournée d'Hindi Zarha se poursuit. Le 29 avril à Epinal, le 30 à Metz, le 20 mai à la Cigale de Paris, le 20 juin aux Nuits de Fourvière et le 3 juillet à la Philharmonie de Paris