Au Printemps de Bourges, Dominique A chante ses chansons oubliées

Par @Culturebox
Mis à jour le 17/04/2016 à 16H09, publié le 16/04/2016 à 16H56
Dominique A chante ses chansons oubliées au 40e Printemps de Bourges, le 15 avril 2016

Dominique A chante ses chansons oubliées au 40e Printemps de Bourges, le 15 avril 2016

© Guillaume Souvant / AFP

Chaque artiste a une "discographie parallèle" à côté de ses albums officiels : des chansons écartées au dernier moment et finalement sorties en "bonus" sur des éditions collector, ou bien écrites pour d’autres... Ce sont ces petites "orphelines" que Dominique A a choisi de chanter au Printemps de Bourges.

"Il y a toujours un regret vis-à-vis de certaines chansons qu'on a l'impression d'avoir un peu négligées", explique à l'AFP le chanteur, qui s'est offert vendredi soir à Bourges un petit extra en fin de tournée, dans l'écrin  du Palais Jacques-Coeur, somptueuse bâtisse du XVe siècle.
 
A priori sans lendemain, avec des chansons largement méconnues, ce tour de chant fut parfois un peu bancal et décousu, le chanteur enchaînant rapidement pour insuffler du rythme et les spectateurs ne sachant pas toujours quand applaudir.
 
Mais le concert, longuement salué à la fin, a offert un nouveau regard sur Dominique Ané, 47 ans, devenu au fil des années une valeur sûre de la chanson française élégante et lettrée, avec une Victoire de la musique en 2013.
Dominique A, "Les menteurs". Une chanson écartée puis ajoutée en bonus à la réédition de l'album "Si je connais Harry"


Une vingtaine de chansons "à la périphérie"

Au programme, sous une tente transparente installée dans la cour du Palais :  une vingtaine de chansons figurant "à la périphérie" de la discographie officielle d’un artiste qui a sorti dix albums studio en 25 ans.
 
"Certains fans les connaissent, mais elles n'ont pour ainsi dire pas eu de destin scénique à part quelques-unes", relève le chanteur, qui a participé cette semaine au spectacle anniversaire de la 40e édition du Printemps en reprenant Souchon et Barbara (en duo avec la chanteuse Sapho).
 
On redécouvre ainsi des chansons comme "Les menteurs" ou "Kitchen Room" qui figurent en bonus dans la réédition récente de l'album "Si je connais Harry"  (1993), "Décrocher les trains", proposée aussi en extra de l'album "Auguri"  (2001). Ou encore "La douceur", qui n'avait pas été retenue pour son dernier  album "Eléor" paru l'an dernier.
Dominique A a repris sur scène "L'irréparable", qu'il a écrite pour Jeanne Balibar


Des chansons souvent délaissées pour des questions de rythme de l’album

"’Les menteurs'? C'étaient mes premiers vrais pas dans un studio après avoir fait deux albums dans des conditions domestiques (chez lui, ndlr)...  C'est une chanson un peu fétiche que je n'avais pas jouée depuis longtemps",  observe Dominique A.
 
Il y a aussi celles écrites pour les autres, comme "L'irréparable" pour Jeanne Balibar, une chanson "très bien, mais qui me laissait un vrai regret. Elle n'a pas trouvé encore sa forme définitive".
 
Mais pourquoi finalement écarte-t-on une chanson ? "Le plus souvent,  c'est pour une question de rythme de l'album, la chanson en elle-même est bien mais elle ne s'insère pas", explique Dominique A.
 
Il peut y avoir d'autres raisons, "moins bonnes" : "Parfois, c'est  simplement de la paresse, on n'est pas allé au bout, d'autres fois, c'est parce  que les gens avec qui on travaille sont dubitatifs..."

Fin de tournée avant de se remettre à l’écriture

Dominique A a encore quelques concerts à venir, à la Réunion le 4 juin,  puis en Espagne et aux Francofolies de Montréal le 17 juin. Une tournée qu'il  terminera à domicile, à Nantes, le 24 juin avec un concert au profit d'une  association de lutte contre l'exclusion dont il est le parrain.
 
Mais il se projette de nouveau dans l'écriture: après avoir signé deux livres inspirés par son enfance à Provins ("Y revenir", Points Seuil, 2012) puis son adolescence nantaise ("Regarder l'océan", Stock, 2015), il a mis un peu la littérature "de côté" et  compte maintenant écrire "beaucoup de chansons".
 
 
"