Elton John à l'Olympia pour son nouvel album, le dépouillé "The diving board"

Par @Culturebox
Mis à jour le 11/12/2013 à 11H48, publié le 11/12/2013 à 11H33
Elton John à l'Olympia le 10 décembre 2013

Elton John à l'Olympia le 10 décembre 2013

© KENZO TRIBOUILLARD / AFP

A l'occasion de la tournée autour de la sortie de son nouvel album "The diving board", Sir Elton John passait à l'Olympia pour trois soirées les 9, 10 et 11 décembre 2013. A 66 ans, après plus de quarante années de carrière, l'artiste britannique n'a rien perdu de sa voix phénoménale ni de son sens du rythme et de la mélodie.

Elton John est un musicien à part dans le paysage de la musique pop. Quels qu'aient pu être les courants en vogue, il a toujours surfé sur le succès sans jamais perdre son originalité ni se plier aux exigences du moment. Pianiste et mélodiste d'exception, celui qui se dit le plus à l'aise avec les chansons mélancoliques a pourtant signé, très longtemps avec Bernie Taupin,  quelques uns des rocks les plus dansants comme "Bennie and the Jets",  "Don't go breaking my heart", "I'm still standing" ou "Crocodile rock". Elton John a visité presque tous les styles de musique occidentale, la balade avec "Candle in the wind", "Sacrifice" ou "Good Bye Yellow Brick Road", le gospel avec "Burn down the mission", la country "My father's gun".

Elton John interviewé par David Pujadas dans le 20h de France 2
Classique de formation
Premier prix de piano, docteur Honoris Causa de l'Académie Royale de Musique de Londres, Elton John véritable virtuose, aurait pu suivre une carrière prestigieuse dans la musique classique. Doté d'un esprit curieux et fantaisiste, il a préféré le strass et les projecteurs de la pop, certes plus rémunératrice aussi. D'une autre extravagance que ses contemporains David Bowie ou Marc Bolan, il a su suivre sa propre "route de brique jaune" pour, au bout du compte, creuser un sillon absolument personnel et complètement cohérent. L'influence de sa formation classique se fait sentir même dans les morceaux les plus rocks mais l'a poussé parfois à commettre des chansons très sirupeuses, le summum étant sans doute atteint dans la bande originale du film de Disney "Le Roi Lion" (chanson pour laquelle il reçut un Oscar). Elton John a également enregistré nombre de duos avec d'autres vedettes de la pop. Les plus grands ont repris ses chansons, comme The Who, Aretha Franklin, Sting, Les Beach Boys, Frank Sinatra ou Tina Turner. Une autre consécration lui est venue quand des artistes plus récents ont samplé plusieurs de ses chansons. 
La "bande annonce" du nouvel album d'Elton John "The diving board"
Extravagant et impliqué
Elton John est depuis plusieurs décennies l'une des stars les moins contestables de la musique pop. Il est aussi une personnalité de la jet set les plus en vue, portant toujours des tenues extravagantes et des lunettes démesurées devenues son emblème. Décomplexé, il n'a pas eu peur de dévoiler sa bisexualité dés 1976 et de prendre part à des actions spectaculaires dans la lutte contre le Sida à une époque où cette maladie paraissait encore circonscrite à ce qu'il était convenue d'appeler la communauté homosexuelle. Il est aujourd'hui marié à son compagnon de longue date David Funish et a adopté deux enfants dont la marraine n'être autre que la chanteuse Lady Gaga.
Elton John interprète "Sacrifice" à Rome en 2005 (Rai 2)
350 millions de disques
Reginald Kenneth Dwight, le vrai nom d'Elton John, a vendu plus de 350 millions de disques (singles et albums confondus) et donné plus de 3000 concerts dans le monde entier (dont en URSS où il fut le premier artiste occidental a donner une prestation scénique). Sa chanson "Candle in the wind", originellement composée en hommage à Marylin Monroe est devenue la "chanson officielle" du deuil de la princesse Diana.
"The diving Board"

"The diving Board"

© DR