David Bowie : l'émouvant témoignage de sa cousine sur l'enfance de David Jones

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 19/02/2016 à 11H57, publié le 18/02/2016 à 21H01
David Bowie en 1967, à 20 ans.

David Bowie en 1967, à 20 ans.

© Dezo Hoffmann / Rex Features / Sipa

Ce n'est au départ qu'un simple courrier adressé au journal The Economist par la cousine de David Bowie, disparu prématurément le 10 janvier. Une lettre qui aurait pu passer inaperçue (et a bien failli l'être) s'il ne s'agissait d'un témoignage inédit et précieux sur l'enfance de la star.

"Ses parents l'ont encouragé tout petit"

Dans sa lettre, Kristina Amadeus s'adresse à The Economist dans le but de rectifier l'image de garçon à la dent dure élevé dans la morne banlieue de Bromley (au sud-est de Londres) par des parents n'ayant aucune aspiration pour lui. Au contraire, souligne-t-elle, ses parents l'ont poussé à faire de la musique et à devenir artiste. "David a accompli et dépassé tous les rêves de son père", assure-t-elle.

"Les parents de David, en particulier son père, "John" Jones, l'a encouragé tout petit", écrit-elle. "Sa mère, Peggy, parlait souvent de notre grand-père décédé, qui était chef de musique dans l'armée et jouait de différents instruments à vent", précise-t-elle.
 
"Les premiers instruments de David, un saoxophone en plastique, une boîte à guitare et un xylophone, lui furent données avant l'adolescence. Il possédait également un tourne disques à une époque où peu d'enfants en avaient.", se souvient encore Kristina Amadeus qui semble avoir partagé une partie de ses jeunes années avec la future icône aux mille visages.

"Nous dansions comme des elfes possédés sur Bill Haley"

"Lorsqu'il avait 11 ans, nous dansions comme des elfes possédés sur les disques de Bill Haley, Fats Domino et Elvis Presley", raconte-elle.

"Le père de David l'emmenait rencontrer des chanteurs et d'autres artistes se préparant pour la Royal Variety Performance. Je me souviens d'un après-midi de la fin des années 50 lorsque David a été présenté a Dave King, Alma Cogan et Tommy Steele. "Mon fils va devenir un artiste lui aussi", avait-il dit. "N'est ce pas David ?". "Oui, papa" avait couiné David de sa voix aigue d'enfant, son visage rougissant et rayonnant de fierté.'
 
"Bien qu'Oncle John n'ait pas vécu (assez longtemps) pour voir l'énorme succès de David, il était convaincu qu'il adviendrait. Mon cher David a accompli et dépassé tous les rêves de son père.", conclut-elle.