Dani revient avec un album et une autobiographie

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/10/2016 à 11H42, publié le 10/10/2016 à 11H39
Dani sort un nouvel album et une autobiographie

Dani sort un nouvel album et une autobiographie

© Miguel Medina / AFP

Son magnétisme androgyne a séduit les plus grands depuis 1963, de François Truffaut à Helmut Newton, en passant par Serge Gainsbourg et Etienne Daho, l'égérie rock et comédienne Dani est de retour avec un best of et une autobiographie : "La nuit ne dure pas".

"La nuit, on n'est pas les mêmes. C'est un espace incroyable de liberté. Malheureusement, la nuit ne dure pas, mais elle est magique !", assure à l'AFP l'ex-reine du "Paris by night" des années 1970, aux commandes alors de L'Aventure, night-club branché, version française du mythique " Studio 54 " de  New York.
 
Surnommée la "Marianne Faithfull française" pour son parcours chaotique et sa voix envoûtante, Dani, 72 ans tout juste, a connu un joli come-back en 2001 avec la chanson "Comme un boomerang", une chanson écrite et composée pour elle en 1975 par Serge Gainsbourg mais restée dans les tiroirs.

Un album avec Etienne Daho en coulisses

Sous le charme de Dani, Etienne Daho l'incitera à ressusciter le titre. Pour ce nouvel album (Universal), dans les bacs mercredi, avec plusieurs titres réenregistrés, le chanteur est en coulisses en tant que directeur artistique avec "Etoiles et Revers (Ce n'est rien)", "Rouge Rose" initialement écrite pour elle par Daniel Darc ou "La Vie à 25 ans", titre créé par Dani en 1974.
 
"Y'a pas d'mal à s'faire du bien / La vie c'est du cinéma / Qu'on ne regarde qu'une fois / Pourquoi bouder son désir", chante-t-elle avec la même fougue,  tour à tour rockeuse, crooneuse et même punk.
 
"Etienne a choisi les chansons, comme des bijoux. Il est mon petit frère. Je ne peux rien faire sans lui en parler. Son regard est juste, ses conseils sont précieux", confie-t-elle.
 
"Est-ce qu'on m'a choisie ou est-ce que c'est moi qui ai choisi ? Va savoir !", s'interroge Dani dans son autobiographie à paraître mercredi chez Flammarion.

"A fond" dans tout ce qu'elle fait

" J'ai rencontré sur ma route des gens extraordinaires. C'est peut-être la chance, je ne sais pas...", raconte-t-elle à l'AFP. " A mes débuts, j'étais dans l'inconscience totale. Espérant poser pour des  photos de mode, j'ai frappé à la porte de Jours de France, le seul magazine qu'on lisait à Perpignan avec Elle. Je n'oserais pas le faire aujourd'hui...",  dit-elle. La semaine suivante, elle fait la couverture.
 
"A l'époque, les choses n'étaient pas aussi cadrées qu'aujourd'hui. C'était une époque généreuse, où les choses évoluaient vers la liberté ", estime Dani.
 
Dix ans plus tard, Truffaut la choisit pour le rôle de Liliane dans "La Nuit américaine", Oscar 1974 du meilleur film étranger.
 
"Cinéma ou chanson, je suis à fond dans tout ce que je fais", assure-t-elle. "Je n'ai aucune nostalgie. Je vis dans mon temps avec des choses merveilleuses et d'autres moins bien."
 
Dani refuse le titre d'icône: "Le dictionnaire dit qu'une icône est un symbole doré et figé. Je ne serai jamais figée, c'est clair ! J'ai toujours des désirs. Je ne me vois pas m'arrêter malgré mes 72 ans. Et puis, cela m'a toujours plu d'être rebelle! ".

Bientôt, un rôle dans une comédie policière

En 1987, Dani a raconté sa descente aux enfers dans " Drogue la galère" (éditions Michel Lafon). Trente ans après, l'égérie yéyé a " la sensation de faire du rabe".
 
" J'ai eu la chance encore une fois d'être bien entourée. C'est très dur de se débarrasser des paradis artificiels. La drogue, c'est comme un toboggan, sans savoir si ce sera bien ou pas à l'arrivée ", dit-elle.
 
Dans quelques semaines, Dani  va rejoindre le tournage du prochain film d'Olivier Marchal, une comédie policière dont elle a décroché l'un des principaux rôles : "Cela me touche et m'épate que l'on pense encore à moi pour des choses comme ça."
 
Dani  "aime le présent" et encore plus les lendemains radieux. Tous les matins, elle ne résiste pas à jouer au Loto "avec la monnaie des clopes ". " Je suis partante pour tout, et je rêve encore de prendre le train de Perpignan de 20h55", avec lequel elle est montée à Paris à l'âge de 19 ans.